Les principaux isolants pour le sol

Afin d'isoler efficacement le sol de votre domicile, il faut choisir une technique adaptée à la configuration des lieux (sol sur terre-plein, vide sanitaire accessible ou non, local non chauffé) et à la nature de la construction (neuve ou à rénover). Une fois la méthode choisie, certains facteurs (résistance, compressibilité, prix…) permettent de faire un choix parmi les multiples isolants existants.

Je calcule mes aides

Simulation gratuite et immédiate

L'isolation sur le plafond du sous-sol

En construction comme en rénovation, lorsque le sol se trouve au-dessus d'un vide sanitaire accessible ou d'un espace non chauffé (garage, cave, cellier…), la méthode recommandée consiste à installer l'isolation au niveau du plafond. Selon la nature du plafond, les matériaux isolants conseillés diffèrent :

 

  • plafond suspendu : il est préférable de choisir un isolant souple tel que la laine minérale (de verre ou de roche), animale (de mouton) ou végétale (de bois, de coton, de chanvre…)

 

  • plafond standard : on préfère des panneaux rigides se fixant avec des chevilles. Ils peuvent être fabriqués à partir de laine minérale rigide, polystyrène, polyuréthane, liège, fibres de bois rigides…

👉 Mais au fait, comment est fabriquée la laine de verre ? Jamy vous explique tout !

 

 

376 € / an
C’est le montant des économies réalisables grâce au renforcement de l'isolation des murs dans un logement.

Je calcule mes aides

Simulation gratuite et immédiate

L'isolation sur terre-plein ou sur dalle

Lorsque le sol se trouve sur un terre-plein, on peut positionner l'isolant directement sur la terre. On conseille alors de choisir un isolant sous la forme de granulats cumulant les fonctions d'isolation et de drainage : pouzzolane (roche volcanique), mousse de verre, argile expansée… L'épaisseur minimale recommandée est d'environ 25 à 30 cm. La dalle est ensuite coulée au-dessus de cette couche isolante.

 

On peut aussi choisir d'isoler sur la dalle et sous la chape ou la dalle flottante. On emploie plusieurs types d'isolants dans ce cas de figure :

 

  • polystyrène extrudé ou expansé en panneaux;

 

  • laine de roche en panneaux;

 

 

  • mélanges de matériaux : plaques prêtes à poser constituées par du plâtre mélangé avec des fibres (cellulose, bois, textiles), de la laine minérale ou du polystyrène.

 

Vu la position spécifique de ces isolants sous chape, il est important de s'assurer de leur résistance à la compression. Ces matériaux font l'objet d'une nomenclature spécifique :

 

  • facteur SC1 : isolant permettant de recevoir un sol scellé, une chape ou une dalle flottante

 

  • facteur SC2 : isolant autorisant uniquement la pose de tous les types de chapes et dalles flottantes

 

  • paramètres a et b : valeurs maximales supportées en kg/m2

 

  • indices de 1 à 4 : évaluation de la diminution de l'épaisseur du matériau après 10 ans d'utilisation (4, réduction maximale)

 

  • lettre A : atteste des propriétés isolantes phoniques

 

  • mention Ch : indication de la compatibilité avec un plancher chauffant

L'isolation sous le revêtement existant

En rénovation, lorsque le sol est sur un vide sanitaire inaccessible ou un terre-plein, on peut enlever le revêtement existant afin d'installer l'isolant. Les matériaux utilisés doivent être performants tout en ne nécessitant pas une grande épaisseur d'isolant comme par exemple le liège, les fibres de polyester ou la mousse de polyéthylène. Une fois l'isolant mis en place, on peut le protéger grâce à un film plastifié. On installe ensuite un treillis pour couler la dalle en béton puis on repositionne le revêtement d'origine.

Des facteurs de comparaison entre les matériaux

Pour comparer le coût des matériaux isolants, on prend comme référence une épaisseur de 100 mm. Leur prix moyen, en €/m2, est de l'ordre de :

 

  • fibres de bois : 15 à 20 ;
  • fibres de coton : 15 à 20 ;
  • fibres de lin : 15 à 20 ;
  • laine de verre : 5 à 14 ;
  • laine de roche : 6 à 9 ;
  • laine de mouton : 20 à 25 ;
  • liège : 25 à 30 ;
  • polystyrène extrudé : 15 à 20 ;
  • polystyrène expansé : 10 à 15 ;
  • polyuréthane : 15 à 20 ;
  • polyéthylène : 15 à 20 ;

 

Selon leur taille, les granulats coûtent :

 

  • entre 0,5 et 1 €/litre pour la pouzzolane ;
  • entre 0,1 et 0,4 €/litre pour la mousse de verre ;
  • entre 0,8 et 1 €/litre pour l'argile expansée.

 

On peut également comparer les isolants via leur résistance thermique (R, en m2/K/W). Cet indice est calculé avec le coefficient de conductivité thermique et l'épaisseur de l'isolant. Il représente le pouvoir isolant du matériau : plus il est important, meilleures sont ses performances.

376 € / an
C’est le montant des économies réalisables grâce au renforcement de l'isolation des murs dans un logement.

Je calcule mes aides

Simulation gratuite et immédiate

Plus d’articles sur ce thème