Pourquoi choisir de la mousse isolante ?

La mousse isolante est une alternative utile et accessible en termes de coût parmi les différents matériaux d’isolation thermique utilisés dans la rénovation énergétique d’une habitation. Vous souhaitez en apprendre davantage à propos de cet isolant ? Quelle Energie vous en dit plus au fil de cet article, et vous aide à estimer les économies réalisables en isolant votre logement.

Je calcule mes aides

Simulation gratuite et immédiate

Qu’est-ce que la mousse isolante ?

La mousse de polyuréthane (PUR) est utilisée dans le cadre de l’isolation de toiture, de plafond et des planchers bas. La méthode employée pour l’isolation de la maison à l’aide d’une mousse isolante est une technique de projection, au-dessus de la surface devant être isolée. Le PUR est une matière synthétique à haute densité de cellules fermées, qui possède une forte capacité d’isolation thermique et phonique.

 

Sa composition ne présente aucune toxicité, et en cas d’incendie elle ne dégage aucun gaz nocif. Elle est également constituée d’air en très grande partie, ce qui en fait l’un des matériaux d’isolation les plus légers. La mousse de polyuréthane peut s’insinuer partout afin de combler les déperditions thermiques.

 

Même s’il s’agit d’un matériau synthétique, il ne s’agit pas d’un produit toxique. La mousse isolante est relativement respectueuse de l’environnement. Notez que cette matière apporte également une protection contre l’humidité. Ce qui entrave le développement et la prolifération des moisissures qui endommagent le bâti et nuisent à la santé des occupants.

Quelles économies peut-on réaliser en isolant une habitation ?

Le prix d’une isolation par projection d’isolation de mousse de polyuréthane oscille entre 26 et 60 euros au m², pour une moyenne de 43 euros par m². En raison de sa nature compacte et de sa capacité à s’insinuer dans les espaces restreints, elle est privilégiée pour l’isolation des combles, l’isolation de toiture, l’isolation des sols et des murs.

 

D’après l’ADEME, ces différentes zones de la maison sont responsables des déperditions thermiques à l’origine d’une perte d’efficacité énergétique du système de chauffage présent à l’intérieur. En d’autres termes, lorsqu’une habitation est mal isolée, une partie de la chaleur générée par ses radiateurs, convecteurs et autres cheminées est perdue, car elle passe à l’extérieur du logement :

 

  • Le toit est à l’origine de 30% des déperditions de chaleur.
  • Les murs en sont responsables de 25%.
  • Les parois vitrées à 15%.
  • Les planchers bas de 7 à 10%.

 

Cela signifie qu’une maison correctement isolée permet de réduire la consommation d’énergie dans des proportions similaires. Pour un confort thermique équivalent, le système de chauffe est moins sollicité et le montant des factures énergétiques diminue.

Quelles sont les aides disponibles pour poser de la mousse isolante ?

Si vous décidez de procéder à des travaux d’isolation impliquant l’usage d’une mousse isolante, vous pouvez bénéficier d’un certain nombre d’aides mises en place par l’Etat :

 

  • Le Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE 2018) est au taux de 30% pour des dépenses éligibles plafonnées à 8 000 euros dans le cas d’une personne seule et à 16 000 euros pour les couples soumis à une imposition commune. Ces plafonnements sont majorés de 400 euros par enfant ou personne âgée de plus de 65 ans supplémentaire.

 

  • Les subventions de l’ANAH (Agence nationale de l’habitat) s’inscrivent dans le programme « Habiter Mieux », et sont attribuées aux ménages modestes et très modestes. Pour être éligibles, ces ménages doivent donc répondre à des conditions de revenus. A titre d’exemple, une personne seule en Ile-de-France considérée comme modeste ne doit pas gagner plus de 24 443 euros, contre 18 598 euros ailleurs dans le pays. Une personne considérée comme très modeste est quant à elle soumise à un plafond de revenus fiscaux à hauteur de 20 079 euros en Ile-de-France, et de 14 508 ailleurs dans l’Hexagone.

 

  • L’éco-prêt à taux zéro, ou éco-PTZ, est un emprunt réalisé par les personnes souhaitant mener des travaux de rénovation énergétique. Son montant maximal de 30 000 euros peut être remboursé en 15 ans. Les intérêts sont payés dans leur totalité par l’Etat, à la place de la personne souscrivant ce prêt.

 

  • La Prime énergie est octroyée par des organismes délégataires des Certificats d’Economies d’Energie, aussi appelés CEE. Vous recevrez ce chèque bancaire à l’issue des travaux si vous en faites la demande avant leur commencement.

 

  • La TVA réduite à 5,5% concerne les propriétaires occupants, les propriétaires bailleurs, les locataires ou les sociétés civiles immobilières qui entament des travaux d’amélioration de la performance énergétique du logement tels que l’isolation thermique en utilisant de la mousse isolante.

Plus d’articles sur ce thème