Appelez-nous !

du lundi au vendredi - 8h à 19h

Service gratuit + prix appel

La déperdition thermique pèse sur votre facture énergétique

Par L’équipe de rédaction

Publié le 23/10/2015 à 16h32, mis à jour le 06/09/2021 à 14h27

Qu’est-ce que les « déperditions thermiques » ? Où sont-elles les plus importantes ? Quels impacts sur la facture énergétique et comment y remédier ? Quelle Energie vous répond et vous conseille.

Qu’appelle-t-on au juste les déperditions thermiques ?

Un bâtiment 100 % hermétique n’existe pas ! Des entrées et sorties d’air sont essentielles afin de garantir l’assainissement de l’air par le biais de la ventilation ou du renouvellement de l’air. Seulement, certaines d’entre elles ne sont pas voulues. Elles proviennent de différents endroits de l’habitat comme les fenêtres, les murs, les sols, les combles perdus et ont pour conséquences fâcheuses de refroidir le logement en hiver ou bien de le rendre plus chaud l’été.

 

Lorsque l’isolation thermique est faible, la chaleur emmagasinée à l’intérieur s’échappe par les parois vers l’extérieur. C’est ce que l’on appelle des déperditions thermiques ou des pertes de chaleur.

Pour éviter les déperditions thermiques, Quelle Energie met à votre disposition un simulateur d’isolation gratuit qui vous permettra de trouver des solutions adaptées.

Le toit : principale source de déperdition thermique

Selon l’ADEME, 30 % des pertes de chaleur s’effectuent par les toits. Viennent ensuite les murs avec 25 % et la ventilation avec 20 %. Ces pertes diminuent la sensation de confort, été comme hiver. Il faut donc compenser la rentrée d’air froid en chauffant plus et ce processus gonfle considérablement la consommation d’énergie et donc la facture énergétique, sachant que selon l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH), 3,4 millions de ménages consacrent plus de 10 % de leur ressources à payer leur facture d’énergie.

Que faire pour limiter ces pertes de chaleurs ?

Il n’existe pas pléthore de solutions. La seule efficace pour combattre les déperditions thermiques, consiste à isoler les combles de son logement, qu’ils soient perdus ou aménagés. On estime que la réalisation de tels travaux permettrait de réaliser en moyenne un gain de performance énergétique de 25 % à 30 % (d’après l’ADEME) et gagner ainsi 3 à 4 °C supplémentaires l’hiver. Bien entendu le procédé d’isolation utilisé sera différent en fonction de ces deux types de configuration. L’isolation se fera au sol au moyen de matériaux isolants (laine de verre, laine minérale, etc) en ce qui concerne les combles perdus et sur les pans de toiture pour les combles aménagés.
Afin de garantir une bonne isolation, le matériau isolant doit être posé entre le volume chauffé et l’extérieur du bâtiment. L’épaisseur doit être suffisante et le matériau doit avoir une résistance thermique convenable. Cette résistance est représentée par la lettre R et doit être supérieure ou égale à 7 m2K/W pour l’isolation de combles perdus et 6 m2K/W pour les combles aménagés. Ces deux conditions sont essentielles afin de pouvoir bénéficier du Crédit d’impôt et de la Prime énergie.

👉 Le saviez-vous ?

Vous disposez de combles perdus ? Vous pouvez désormais tester votre éligibilité au Pacte Energie Solidarité grâce à notre simulateur. D’autres aides existent pour vous accompagner dans vos démarches de rénovation énergétique.

Je calcule mes aides

Simulation gratuite et immédiate

L’isolation des combles, une affaire de professionnels

L’isolation des combles perdus ou aménagés est l’une des opérations les plus efficaces pour faire baisser sa facture d’énergie. Mais encore faut-il qu’elle soit bien réalisée. En cas de pose approximative, cela pourra engendrer de nouveaux phénomènes de déperdition de chaleur comme les ponts thermiques. Mieux vaut donc laisser un professionnel de l’isolation s’en occuper.

L’équipe de rédaction

Plus d’articles sur ce thème