Appelez-nous !

du lundi au vendredi - 8h à 19h

Service gratuit + prix appel

La climatisation au gaz ou solaire, coûteuse mais performante

Par L’équipe de rédaction

Même s'ils ne sont pas les modèles les plus couramment utilisés, les climatiseurs à gaz et les climatiseurs solaires ont de multiples atouts qui font de ces pompes à chaleur des appareils particulièrement attractifs. Parmi leurs principaux atouts on peut citer un très faible coût d’utilisation, un faible niveau de nuisance sonore, une importante longévité et un respect de l’environnement. Ces atouts sont malheureusement tempérés par un prix d’achat particulièrement élevé (entre 5 000 et 15 000€).

Des pompes à chaleur disponibles en mode réversible

La climatisation au gaz, comme les autres types de climatisation, prélève la chaleur de l'intérieur de l'habitation, la fait transiter via un fluide frigorigène et la renvoie à l'extérieur. Ce type de fonctionnement correspond à celui d'une pompe à chaleur (PAC) air-air (les calories de l'air sont envoyées dehors ou dedans, en mode chauffage), air-eau (la chaleur de l'air est réutilisée dans un réseau d'eau) ou eau-eau (géothermie).

 

Il existe deux modèles de climatiseurs à gaz : ceux à adsorption et ceux à compression. Dans le cas de l'adsorption, on trouve un condenseur, un évaporateur et un détendeur mais pas de compresseur. Un brûleur à gaz engendre une réaction thermochimique au sein du circuit frigorifique permettant de réaliser le phénomène d'adsorption et de désorption. L'appareil à compression fonctionne comme une climatisation électrique excepté le fait que le compresseur est actionné grâce à un moteur à gaz, au lieu d'un moteur électrique.

 

Dans la climatisation solaire, le principe de toute climatisation demeure et c'est la source d'énergie qui varie puisque c'est le soleil qui, via des panneaux solaires, fait fonctionner une pompe à chaleur (eau-eau, air-air ou air-eau). Les climatiseurs au gaz et solaires existent en version réversible et peuvent ainsi chauffer, intégralement (cas du gaz) ou partiellement (appareil solaire) le domicile.

Des appareils peu bruyants, efficaces et mêmes écologiques

La climatisation au gaz, un système discret et économique à l’utilisation :

 

La climatisation au gaz est un système beaucoup moins bruyant que les autres types de climatisation, tout spécialement le modèle à adsorption. En effet, ce dernier contient peu de pièces mécaniques qui bougent. Cela diminue donc le bruit généré tout en donnant à l'appareil une longévité accrue. Les fluides frigorigènes utilisés dans la climatisation au gaz par adsorption ne sont pas nocifs pour l'environnement. La climatisation au gaz utilise de l'énergie (gaz naturel) moins chère par kWh que l'électricité. La chaleur récupérée lors du fonctionnement en mode climatisation peut en plus chauffer l'eau sanitaire de l'habitation. Cela occasionne logiquement une baisse des dépenses énergétiques du foyer.

 

La climatisation solaire, un système cher à l’achat mais écologique et quasi gratuit à l’utilisation :

 

Le premier atout de la climatisation solaire est que l'énergie nécessaire à son fonctionnement est gratuite. Elle permet donc de diminuer la facture énergétique globale du domicile. Comme les modèles à gaz fonctionnant par adsorption, cette climatisation ne crée pas de nuisance sonore (pas de compresseur ni de moteur) et a une durée de vie supérieure aux modèles plus classiques. Elle ne contient pas non plus de fluide frigorigène participant à l'effet de serre.

 

Les climatiseurs solaires et à gaz peuvent fonctionner de façon réversible, assurant ainsi le chauffage du domicile. Le rendement des climatiseurs étant généralement bon, ces appareils sont des moyens de chauffage performants. Ils permettent ainsi de diminuer la consommation énergétique.

Un investissement initial conséquent

L'inconvénient principal de la climatisation à gaz réside dans son coût total, qui comprend non seulement le prix d'achat, élevé, mais aussi les frais d'installation et les éventuels aménagements. Cet appareil étant relativement encombrant, il peut nécessiter des travaux afin de l'installer dans la maison, voire dans un local séparé.

 

Le point faible de la climatisation solaire concerne lui aussi l'investissement important nécessaire lors de l'achat. De plus, en mode réversible, selon le climat de la région d'habitation, l'énergie solaire peut être insuffisante pour subvenir aux besoins en chauffage d'une habitation. Il faut alors ajouter un apport en énergie conventionnelle (gaz ou électricité) afin que la PAC puisse couvrir l’intégralité des besoins en chauffage.

 

Faites une simulation de prix pour une pompe à chaleur

Un prix d'achat élevé mais des incitations financières disponibles

Les climatisations à gaz et solaires sont relativement onéreuses et leur prix varie généralement entre 5 000 et 15 000 €. Les modèles air-air et air-eau sont globalement moins chers (de 5 000 à 11 000 €) que ceux eau-eau (de 7 500 à 15 000 €). Les principaux critères faisant varier le prix sont le rendement et la puissance de l'appareil. Les appareils réversibles sont plus onéreux que les autres. Pour les climatiseurs à gaz, il faut tenir compte de possibles travaux pour libérer la place nécessaire à l'appareil. Pour ceux solaires, le budget doit englober le coût de la pose des panneaux solaires. Afin de s'assurer de la viabilité d'un projet solaire, il est recommandé de faire réaliser une étude préliminaire car le bon dimensionnement des panneaux dépend notamment de la consommation énergétique habituelle du domicile, de la localisation et de l'ensoleillement.

 

L'investissement dans une PAC ainsi que dans des panneaux solaires est encouragé au niveau national comme régional, voire local. Des aides peuvent être octroyées sous conditions. Pour l'installation de l’équipement, on recommande de privilégier les installateurs certifiés « QualiPAC ». De plus, la majeure partie des aides disponibles sont conditionnées par le fait que la PAC soit installée par un artisan possédant cette certification.

 

Quelles sont les aides d'Etat dont vous pouvez bénéficier ?

L’équipe de rédaction