Conseiller en économies d'énergies : panneau solaire, pompe à chaleur, isolation, chaudière Quelle Energie Antoine Chatelain, Julien Lestavel logo Quelle Energie
5 idées reçues sur
le Chauffe-Eau Solaire
Le chauffe-eau solaire est-il adapté à votre situation ?

Chauffe-eau solaire : 5 idées reçues

Lorsqu'il n'est pas confondu avec le photovoltaïque, le Chauffe-Eau Solaire Individuel (CESI) souffre de quelques idées reçues qui peuvent prêter à confusion. Rappelons tout d'abord que le Chauffe-Eau Solaire Individuel produit de l'eau chaude sanitaire (ECS), et non pas de l'électricité.

Calculez vos économies

Gratuit et Sans Engagement

Crédit d'impôt 2017

Depuis le 1er septembre 2014, bénéficiez d'un crédit d'impôt de 30% pour installer un Chauffe-eau Solaire.

Consulter la fiche explicative sur le crédit d'impôt 2016 pour le chauffe-eau solaire

1. Le CESI couvre 100 % des besoins en ECS

 FAUX Le chauffe-eau solaire individuel contribue à diminuer votre consommation électrique pour ce qui est de l'usage de l'Eau Chaude Sanitaire mais il nécessite un appoint non négligeable pour subvenir à l'intégralité de vos besoins. Il peut fournir environ 50 % de ce qui vous est nécessaire, mais le reste provient d'un système électrique au sein du ballon d'eau. Il existe une solution pour diminuer encore sa consommation électrique liée à l'ECS : le couplage d'un chauffe-eau thermodynamique avec un chauffe-eau solaire. Cela peut réduire de 90 % vos besoins en électricité.

2. Le Chauffe-Eau Solaire Individuel n'est pas aussi facilement adaptable que le Système Solaire Combiné (SSC)

5 idées reçues sur le chauffe-eau solaire

 FAUX Le CESI est moins contraignant dans la mesure où il n'est pas question d'alimenter une chaudière mais seulement un ballon d'eau chaude sanitaire. Ainsi, il nécessite moins de surface de capteurs solaires qu'un SSC. De plus, l'installation est moins complexe et s'intègre à merveille dans un espace restreint. Le CESI est définitivement plus facile à mettre en place qu'un SSC.

3. L'inclinaison du toit n'a pas d'incidence sur le rendement du Chauffe-Eau Solaire Individuel

 FAUX L'inclinaison du toit possède une grande importance au contraire pour maximiser l'efficacité des rayons solaires reçus. L'idée est qu'un maximum de rayons lumineux doit être reçu avec un angle de 90 ° par rapport à la surface du capteur. La valeur optimale dépend de l'endroit où l'on se situe et aussi de la date, car le soleil n'effectue pas le même parcours dans le ciel en été et en hiver. La question est donc de savoir si vous voulez privilégier une saison pour votre production d'eau chaude solaire au détriment d'une autre. Un bon compromis est de prendre une valeur égale à la latitude du lieu + inclinaison du soleil en fonction de la période de l'année. Le résultat final est compris entre 25 et 70 °. Pour un rendement moyen sur toute l'année en France, une inclinaison de 45 ° est optimale.

135 € / an Simulation rapide

C’est le montant des économies réalisables grâce à l’installation d’un Chauffe-Eau Solaire dans un logement.

4. Le Chauffe-Eau Solaire Individuel est polluant

 FAUX Il faut séparer la partie interne (chauffe-eau) de la partie externe (panneaux solaires). L'intérieur est tout autant recyclable qu'un chauffe-eau classique. Le panneaux se composent de tubes en verre sous vide ou d'un absorbeur de chaleur noir couvrant une vitre. Ce n'est pas particulièrement polluant. Le seul élément polluant est le fluide caloporteur qui transmet la chaleur au chauffe-eau. Il s'agit d'un puissant gaz à effet de serre mais les doses sont minimes. Tant qu'il n'y a pas de fuites et que les fluides sont pris en charge par un professionnel en fin de vie de l'installation, il n'y a pas de risque environnemental.

5. Le Chauffe-Eau Solaire Individuel n'est rentable que dans le sud

 FAUX Dès qu'il est question de solaire, le Nord n'aurait pas droit d'en profiter ? Erreur ! Même s'il est vrai que le rendement sera inférieur, cela reste rentable dans la plupart des cas. Les capteurs solaires thermiques fonctionnent avec un très faible rayonnement calorifique et les températures ambiantes de fonctionnement extrêmes sont de l'ordre de -40°C à +70°C. La seule chose qui changera sera l'inclinaison optimale comme vu plus haut. Ainsi, même le grand Nord français est à l'abri de la pénurie d'Eau Chaude Sanitaire solaire !

Chauffe-Eau Solaire : vos questions