Appelez-nous !

du lundi au vendredi - 8h à 19h

Service gratuit + prix appel

5 infos-clé sur la chaudière basse température

Par L’équipe de rédaction

Publié le 13/11/2013 à 17h30, mis à jour le 02/09/2021 à 16h31

Vous chauffer avec une chaudière gaz basse température vous permet d’économiser jusqu’à 20% sur votre facture énergétique par rapport à une chaudière gaz classique. Son installation facile permet de profiter rapidement d’un matériel économe en énergie et au fonctionnement simple. Quelle Energie vous livre l’essentiel à savoir sur la chaudière basse température en 5 points.

Un fonctionnement simple pour un rendement optimal

Le fonctionnement de la chaudière basse température repose sur la maximisation de l’utilisation de la chaleur des fumées qu’elle produit. Ainsi, les fumées sont refroidies au maximum afin d’en utiliser l’énergie. Les vapeurs d’eau contenues dans cette fumée ne doivent cependant pas produire de condensation en atteignant une température trop faible, l’eau ainsi produite risquant d’entraîner une corrosion du circuit. Des turbulateurs au sein du corps de chauffe servent à limiter la circulation des fumées, dont l’évacuation ainsi ralentie permet un meilleur rendement en termes de chauffage.

 

Un tel dispositif permet d’abaisser la température des fumées évacuées de 160 °C (chaudière standard) à 120 °C. Afin d’éviter toute corrosion du système, des marges de sécurité sont respectées, préférant la durée de vie de la chaudière à une performance maximale.
Les chaudières à gaz basse température permettent donc un meilleur rendement qu’une chaudière classique, ainsi qu’un bon confort thermique.

Une installation aisée

Une chaudière basse température peut être raccordée à n’importe quel type de radiateur à eau. L’évacuation de la fumée peut se faire par un conduit de cheminée déjà existant. Afin d’éviter toute corrosion causée par une condensation des fumées évacuées, le conduit doit être tubé. Si l’installation existante comporte une ventouse d’évacuation de fumée, elle peut être réutilisée après une vérification de son bon fonctionnement, si elle est compatible avec la nouvelle chaudière. Préalablement à l’installation, un nettoyage du système existant (et notamment des tuyaux) permet de minimiser la formation de boues. Tous les ballons d’eau chaude sont compatibles.

Un entretien annuel

Outre un contrôle régulier de visu, la chaudière nécessite un entretien annuel effectué par un professionnel. De plus, un ramonage est légalement imposé, et a souvent lieu lors de l’entretien. Ce coût total équivaut souvent à une centaine d’euros.

Une rentabilité rapide

La chaudière basse température constitue ainsi une solution de chauffage rapidement rentable, dans la mesure où elle permet davantage d’économies d’énergie qu’une chaudière à gaz classique. De telles chaudières coûtent en effet relativement peu cher (environ 4000 €) et sont durables. Ce système reste cependant moins efficace sur le long terme qu’une chaudière à condensation, dont le coût moyen et à modèle équivalent est plus élevé. Par ailleurs, les chaudières basse température bénéficient d’un taux de TVA réduit à 7 %, et leur prix d’achat peut être réduit grâce à la prime à la casse. Enfin, des subventions locales sont souvent accordées, et l’installation peut être éligible à un éco-prêt à taux zéro.

 

Finalement, l’efficacité d’un tel système permet un amortissement rapide, du fait de son rendement de près de 90%. La facture de gaz se trouve abaissée, tout en profitant d’un meilleur confort thermique. Des économies de 15 à 20% en moyenne sont ainsi constatées.

Une diminution de l’empreinte carbone du logement

La chaudière gaz basse température permet de faire des économies d’énergies de 15 à 20% selon les modèles et l’efficience du système installé. Les émissions de CO2 sont ainsi réduites, et l’empreinte écologique de votre logement aussi. En outre, l’étiquette énergie de votre logement est améliorée, constituant une valorisation de votre patrimoine.

L’équipe de rédaction

Plus d’articles sur ce thème