Conseiller en économies d'énergies : panneau solaire, pompe à chaleur, isolation, chaudière Quelle Energie Antoine Chatelain, Julien Lestavel logo Quelle Energie
Pression d’une chaudière
1.000.000 propriétaires ont déjà effectué un bilan gratuit

Tout savoir sur la pression d’une chaudière

Une chaudière doit être régulièrement contrôlée pour éviter les risques de pannes ou détecter les petits problèmes avant qu’ils ne deviennent plus importants. Si certaines opérations doivent être confiées à des professionnels, vous pouvez en réaliser certaines vous-même : la pression de la chaudière en fait notamment partie. On vous en dit plus sur le sujet !

Mais au fait, une chaudière, comment ça marche ?

Une chaudière, qu’elle soit à bois, au gaz, ou au fioul, classique ou à condensation, fonctionne sur le même principe : un combustible brûle, produisant des calories. Cette chaleur est récupérée par de l’eau froide qui circule dans des tuyaux à proximité du foyer de combustion, jusqu’à atteindre la température nécessaire pour être envoyée grâce à une pompe dans le circuit de chauffage central. Là, l’eau chaude parcourt toute la maison de radiateur en radiateur et revient refroidie au niveau de la chaudière, où le circuit recommence. Il y a un robinet pour alimenter le circuit en eau, et d’autres robinets sur le circuit pour purger les radiateurs , c’est-à-dire retirer l’air en cas de besoin, ou bien un trop plein d’eau.

Quel réglage pour la pression de votre chaudière ?

La pression exercée sur l’eau provoque son déplacement, qui peut même être vertical si l’habitation a plusieurs étages. Pour que la chaudière fonctionne correctement, on estime que la pression de l’eau doit être constamment comprise entre 1 et 1,5 bar. Mais certains modèles de chaudière peuvent exiger une pression différente. Dans ce cas, une indication en sera faite par l’installateur ou le mode d’emploi.

Autre exception : si la chaudière est installée dans un logement comportant des étages, la pression au point le plus haut doit être comprise entre 0,2 et 0,5 bar. Comme on considère que la pression chute de 1 bar pour 10 mètres de dénivelé, il faut en tenir compte pour le calcul de la pression au départ de la chaudière. Si le radiateur le plus élevé est situé à 10 mètres au-dessus de la chaudière, la pression à la chaudière devra être réglée entre 1,2 et 1,5 bar. Enfin, les légères variations de pression sont normales, à conditions qu’elles ne dépassent pas 0,3 bar. Avoir trop de pression est dangereux, mais pas assez de pression peut détériorer votre chaudière également. Trois éléments sont nécessaires pour le contrôle et le maintien de la pression adéquate : le manomètre, le vase d’expansion et la soupape de sécurité.

Contrôler la pression de sa chaudière, mode d’emploi

Le manomètre permet de surveiller la pression de l’appareil : toutes les chaudières doivent en être équipées. Il s’agit d’un petit appareil, généralement de forme ronde, placé sur la surface de la chaudière ou sur les tuyaux, près des vannes de remplissage. Il se présente comme un boîtier avec un cadran et des aiguilles. Parfois, une zone est colorée en rouge, une autre en vert, pour montrer la zone « normale » et la zone problématique. Il y a sur aussi certains modèles deux aiguilles : l’une montre la bonne pression à maintenir, l’autre est mobile et doit être superposée à la première.

La plupart des manomètres sont gradués de 0 à 4 bar, voire de 0 à 10. Vérifiez régulièrement que la pression reste à peu près constante entre 1 et 1,5 bar.

Le vase d’expansion est un autre élément important : ce ballon rempli de gaz absorbe les variations de volume que prend l’eau en changeant de température ; en effet plus chaude, l’eau se dilate et plus froide, elle se rétracte. En absorbant le surplus d’eau généré par sa dilatation, la vas d’expansion permet de maintenir une pression constante.

La soupape de sécurité : sa présence est obligatoire pour toute chaudière. Son bon fonctionnement est essentiel pour votre sécurité et la pérennité de votre installation (chaudière, réseau de tuyaux, radiateurs). En cas de surpression importante (généralement plus de 3 bar), la soupape de sécurité est prévue pour laisser échapper un peu d’eau.

Que faire en cas de dysfonctionnement ?

Il peut arriver que votre chaudière présente certains signes de dysfonctionnement tels qu’une augmentation ou une baisse anormale de sa pression.

Si vous constatez une augmentation anormale de la pression :

  • Il est possible que de l’eau entre en permanence dans le système : vérifiez que le robinet d’arrivée d’eau est bien fermé.
  • Si c’est le cas, vous pouvez essayer d’évacuer de l’eau en purgeant un radiateur. Si cela reste sans effet, mieux vaut couper la chaudière et appeler un professionnel.

Si vous constatez une baisse anormale de la pression :

  • Essayez de faire rentrer un peu plus d’eau en ouvrant le robinet. 
  • Il peut y avoir une fuite quelque part, soit sur le circuit, soit au niveau d’un radiateur. Faites le tour pour repérer un éventuel écoulement d’eau.
  • Le vase d’expansion peut être dégonflé (il est possible de le regonfler) ou l’une de ses valves peut être abîmée (les valves se remplacent pour un prix modique).
  • La pompe est peut-être en panne ou bloquée et n’envoie plus l’eau correctement dans le circuit. La durée de vie d’une pompe n’excède pas une douzaine d’années en général.

En cas de problème sur votre chaudière, il est toujours recommandable de demander conseil à un artisan qualifié. Chez Effy, nous avons un réseau de plus de 2000 professionnels partenaires, compétents et répartis sur tout le territoire !