Conseiller en économies d'énergies : panneau solaire, pompe à chaleur, isolation, chaudière Quelle Energie Antoine Chatelain, Julien Lestavel logo Quelle Energie
Prime coup de pouce pour la chaudière biomasse
4.000.000€ de primes déjà versées

Choisir entre une chaudière au fioul et une chaudière à biomasse

Avant d'opter pour une chaudière au fioul ou une chaudière biomasse, il est recommandé de s'informer sur le mode de fonctionnement de ces appareils, leur rendement, leur impact environnemental, les éventuelles contraintes d'installation et leur coût global.

Calculez vos économies

Gratuit et Sans Engagement

Des rendements dépendant de la technologie plus que du combustible

Les chaudières au fioul et à la biomasse fonctionnent de manière semblable : lorsque le combustible est brûlé, la chaleur dégagée sert à chauffer le liquide caloporteur circulant dans le système de chauffage central. Elle peut également être utilisée pour produire l'eau chaude sanitaire.

Les appareils à basse température se différencient des modèles traditionnels par la température de l'eau envoyée dans les canalisations (50°C environ au lieu de 90°C). Ils consomment moins de combustible mais doivent être couplés avec des émetteurs à basse température afin d'atteindre un rendement optimal. Les chaudières à condensation récupèrent l'énergie contenue dans les fumées issues de la combustion pour chauffer l'eau de retour du système de chauffage central.

prime coup de pouce pour la chaudière biomasse

Indépendamment du combustible utilisé, la technologie utilisée par la chaudière est le facteur influant de manière prépondérante sur le rendement :

  • condensation : entre 100 et 110%
  • basse température : environ 90%

La biomasse moins polluante et plus écologique que le fioul

Fabriqué à partir du pétrole, énergie fossile et non renouvelable, le fioul est un combustible peu écologique. Par contre, la biomasse utilisée pour le chauffage ne nécessite aucune production ou culture spécifique pour sa fabrication. Elle est issue de la récupération de déchets organiques et végétaux : bois (plaquettes, granulés, sciure, écorce), paille, coques de fruits, pellets d'origine agricole, résidus de céréales…

Concernant les différents polluants émis durant la combustion, le bilan est meilleur pour les chaudières à biomasse :

  • gaz à effet de serre : un appareil à bûches ou à plaquettes produit 33 kg équivalent CO2/MWh utile contre 466 kg équivalent CO2/MWh utile pour une chaudière au fioul selon l'ADEME
  • poussières et COVNM (Composés Organiques Volatils Non Méthaniques) : émissions supérieures pour la combustion du bois
  • dioxyde de soufre : production supérieure pour la chaudière au fioul
  • oxydes d'azote : émissions équivalentes pour les deux chaudières
  • dioxyde de carbone : grâce au cycle de croissance des arbres, on considère que le CO2 produit pendant la combustion est absorbé durant la photosynthèse

Un espace de stockage dédié pour les combustibles

L'installation d'une chaudière, qu'elle fonctionne avec du fioul ou de la biomasse, se fait de manière similaire. La différence réside au niveau du stockage du combustible :

  • fioul : il se conserve dans une cuve installée à l'extérieur (enterrée, non enterrée ou dans une fosse) ou à l'intérieur (dans une pièce ventilée au niveau du sous-sol ou du garage)
  • biomasse (chargement manuel) : le combustible peut être stocké dehors ou dedans
  • biomasse (chargement automatique) : le silo de stockage doit être installé juste à côté de la chaudière

Un coût global fortement lié à la nature du combustible

Lorsqu'on projette de s'équiper avec un nouvel appareil de chauffage, il est important de considérer :

  • le coût de l'équipement et de son entretien: La chaudière au fioul nécessite un investissement initial moins important (entre 7 000 et 11 000 €, prix incluant la cuve de stockage) que celle à biomasse (de 8 000 à 20 000 €, silo de stockage compris). Quel que soit leur combustible, les chaudières doivent faire l'objet d'un entretien annuel si leur puissance est comprise entre 4 et 400 kW.
  • le prix du combustible: Le fioul est un combustible plus onéreux que la biomasse. Il coûte environ 8,2 cts d'€/kWh alors que le prix du bois varie entre 2,7 (bois déchiqueté) et 5,7 cts d'€/kWh (pellets en sacs). Le prix du fioul peut être soumis à des variations difficilement prévisibles en raison de son indexation sur le prix du pétrole et dépend également de fluctuations saisonnières.
  • les possibles aides financières: Seules les chaudières au fioul ayant de très hautes performances énergétiques peuvent bénéficier de certaines aides pour la rénovation énergétique. Le Crédit d'Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) ne leur sera plus attribué dès le 01/07/2018. Par contre, les chaudières à biomasse peuvent être éligibles à plusieurs dispositifs (Éco-prêt à taux 0, CITE, TVA à taux réduit, programme Habituer Mieux de l'ANAH…).

Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

remplacer une chaudière à fioul par une chaudière biomasse vous permettra de recevoir une prime Coup de Pouce d’un montant de 2 000€ si vous appartenez à la catégorie des ménages à revenus modestes et d’un montant de 3 000€ si vous appartenez à la catégorie des ménages à revenus très modestes.


Les lecteurs ont aussi aimé :