Chaudière condensation : l’évacuation

L’évacuation de la chaudière gaz à condensation
Dans le cas d’une chaudière condensation on peut identifier deux types de conduits d’évacuations : l’un concernant les fumées de combustion et l’autre celui des condensats (eau acide corrosive issue de la condensation).

L’évacuation des fumées

Concernant les fumées, la chaudière condensation peut les évacuer via un conduit de cheminée moyennant un tubage ainsi que d’autres adaptions éventuelles au moins dans le cas du changement d’une chaudière classique.

Par ailleurs, une norme régit par le DTU 24.1 (document technique unifié) réglemente l’emplacement ainsi que la hauteur de débouché du conduit en toiture de façon à dépasser de 40 cm du faitage du toit (sommet reliant les deux versants d’une toiture) et de tout autre obstacle situé à moins de 8 mètres. Le cas des toits avec une pente inférieure à 15° de même que les toits-terrasses est traité à part, en effet pour ces derniers le conduit doit les surplomber de 1,20 mètre (ou 1 mètre au-dessus d’un acrotère supérieur à 20 cm).

L’expulsion des fumées peut aussi être réalisée par le biais d’une ventouse correspondant à deux tubes concentriques dont l’un rejette les fumées et l’autre aspire de l’extérieur l’air nécessaire à la combustion. Les normes concernant l’implantation de la sortie de la ventouse sont différentes : elle peut être située sur un mur de l’habitation car réglementée plutôt par rapport à sa distance avec un orifice de ventilation, le sol ou une quelconque ouverture.

L’évacuation des condensats

Concernant, le conduit d’évacuation des condensats, il convient simplement de le relier au conduit d’eaux usées du logement, en installant un conduit en PVC car cette eau est acide.

La plaque signalétique

Enfin, tout conduit de fumée doit comporter une plaque signalétique mise en place par l’installateur et où y est décrit de manière normative (NF EN 1443) l’ensemble des particularités de l’ouvrage et ce, de la manière suivante :

Exemple : T450 N1 D  2  G50

  • T450 est la classe de température des composants correspondant à la température de service nominale de fonctionnement du conduit.
  • N1 est la classe de pression des composants correspondant à leur aptitude à supporter des gaz de combustion en pression négative (tirage naturel) ou positive.
  • D est la classe de résistance à la condensation. Il en existe deux classes : W (fonctionnement en condition humide correspondant aux chaudières basse température ou condensation) et D (en condition sèche pour chaudière standard).
  • 2 est la classe de résistance à la corrosion : de 1 à 3 elle correspondant à l’aptitude de la paroi intérieure à résister aux agressions chimiques des condensats des fumées. Si elle est métallique alors la mention est précédée d’un « V ».
  • G50 est la résistance à un feu de cheminée (« O » = non résistance) suivie de la distance de sécurité (ici : 50) par rapport aux matériaux combustibles (exprimée en mm).

En plus de cela, la plaque signalétique doit mentionner :

  • La désignation des composants utilisés pour l’ouvrage,
  • L’identification de l’installateur du conduit,
  • L’identification du ou des fabricants des composants,
  • La date de l’installation,
  • Le texte suivant : « Le conduit doit être entretenu selon la réglementation en vigueur ».

Vous trouverez sur le site Quelle Energie des informations précises et mises à jour sur tous les différents systèmes de chauffage pour réaliser des économies d’énergie. Pour aller plus loin, vous pouvez trouver via notre simulateur le système de chauffage convenant le mieux à votre logement.

Vos réactions

21 Jan

un grand merci pour vous

BOUKHRISS Mohamed
11 Fév

@Boukhriss Mohamed : Merci beaucoup !

Mathilde Chevallier
13 Déc

je remplace une chaudière en 1981 chauffant 800M2 en 3 étages , par une à condensation pour 400 M2. une personne m’a proposé de refaire le tube centrale qui est énorme pour pouvoir utiliser la nouvelle; une autre m’assure que l’on peut se brancher dessus sans problème.???? Merci

VO
11 Mai

La question de l’évacuation des condensats et des fumées est effet centrale !

Lorsque l’on passe d’une chaudière « classique » à une chaudière « à condensation », il est en effet nécessaire d’effectuer quelques adaptations :
– Prévoir l’évacuation des condensats, avec possible installation d’une pompe de relève (si la chaudière est située en sous-sol)
– Gérer l’évacuation des fumées acides en tubant le conduit de cheminée ou en installant un système de ventouse (pas très esthétique, mais meilleur marché)

AlexisDD



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :