Les capteurs géothermiques

Et si la terre pouvait chauffer votre maison ? Vous n’y avez jamais pensé ? Et bien pourtant sachez que c’est possible avec la géothermie.
Grâce à un réseau de capteurs enterré dans le sol, ou plongé dans une nappe d’eau souterraine, on récupère la chaleur de la terre pour la redistribuer dans votre maison, et tout ça grâce à une pompe à chaleur. Le principe est simple, mais cela peut se corser lorsque l’on parle des différents modes de captage… Alors surtout ne paniquez pas, Quelle Energie est là ! Grâce à cet article, les capteurs géothermiques n’auront plus aucun secret pour vous.

A ce jour en France, seuls trois modes de captages géothermiques sont utilisés : le captage horizontal au sol, le captage vertical au sol et le captage vertical sur nappe phréatique. La performance mais aussi le coût de votre installation géothermique dépendront directement du mode de captage utilisé, et comme ce système de chauffage représente un investissement non négligeable, il est préférable de se renseigner avant de s’équiper.

Le captage horizontal au sol

Ce mode de captage se compose de capteurs enterrés horizontalement dans le sol (d’où son nom). C’est le moins coûteux d’entre tous (de l’ordre de 20.000€ l’installation complète *) mais également le moins performant car comme les capteurs sont enterrés à faible profondeur (entre 0,6m et 1,2m), leur efficacité dépendra en partie des variations de température extérieure, ce qui n’est pas le cas avec les autres modes de captage.

Autre point négatif de ce système, il faut pouvoir disposer d’une grande surface au sol non occupée (de 1,5 et 3 fois la surface habitable à chauffer) et suffisamment éloignée de toute canalisation souterraine pour pouvoir l’installer. C’est pourquoi il est plus facile d’installer ce mode de captage avant de construire sa maison, au moins dans ce cas, la place ne devrait pas manquer !

Le captage vertical au sol

Les capteurs de ce système sont enterrés verticalement dans le sol et à une grande profondeur (100m maximum). De ce fait, ce type de captage ne nécessite pas une grande surface au sol et ses performances ne sont pas atténuées par les changements de température extérieure. Par contre, il faut réaliser un ou plusieurs forages pour installer les capteurs, ce qui rend l’installation plus coûteuse (environ 25.000€ l’installation complète *) et plus contraignante. Notons qu’une autorisation est nécessaire pour réaliser ces forages.

Le captage vertical sur nappe phréatique

Ce mode de captage ne vous dit peut être rien, et pourtant, il est de plus en plus répandu. Son principe est simple. Tout comme le captage vertical au sol, les capteurs sont aussi enterrés verticalement et à une grande profondeur (là aussi pas plus de 100m), par contre ils sont plongés dans une nappe souterraine d’eau (plus couramment appelée nappe phréatique). Ses performances, son coût et son encombrement sont comparables à ceux du captage vertical au sol. La seule particularité sera au niveau de l’exploitation de la nappe phréatique. Tout d’abord, il faudra disposer d’une autorisation pour l’exploiter (en plus de celle pour le forage), ensuite comme la chaleur est récupérée en captant l’eau de la nappe, vous aurez deux possibilités pour l’évacuer :

  • Soit la remettre dans la nappe à l’aide d’un forage supplémentaire (ce qui occasionnera donc un surcoût),
  • Soit de la redéposer dans un plan d’eau ou un réseau d’eau pluviale (mais il faut pouvoir en avoir un à proximité, ce qui n’est pas le cas de tout le monde).

Dans tous les cas, pour choisir cette solution, il faudra bien sûr que vous ayez à disposition une nappe phréatique près de votre maison, ce qui impose donc l’avis d’un professionnel qualifié. Quel que soit le type de captage, sachez également qu’une installation géothermique est éligible au crédit d’impôt, une aide non négligeable pour ce genre d’investissement.

Les autres modes de captage

Parmi les modes de capteurs géothermiques couramment utilisés, certaines technologies très prometteuses se développent. Celle qui a plus attiré notre attention s’appelle le captage géothermique à spirale. Ce système est un intermédiaire entre captage horizontal et vertical au sol. Sa particularité réside dans la forme de ses capteurs : ceux-ci ressemblent à des bobines. De ce fait, ils occuperaient moins de surface au sol que des capteurs horizontaux mais auraient une efficacité comparable aux capteurs verticaux, sans pour autant être enterré à grande profondeur. Ce type de captage serait donc plus pratique à installer que des capteurs horizontaux, mais également plus économique que des capteurs verticaux (car le coût de l’installation est lié en partie à la profondeur du forage).
Cependant, les capteurs sous forme de spirale seraient plus sensibles à la nature du sol que des capteurs conventionnels. Ainsi, ils ne seraient pas installables n’importe où.

Quoi qu’il en soit cette technologie n’est pas encore développée en France, et quand bien même ce sera le cas, Quelle Energie sera là pour vous en reparler !

* capteurs et pompe à chaleur inclus.

Crédit photo : © L’énergie D’avancer.

On en parle dans cet article

Le chauffage

Il existe de nombreux types de chauffage allant du chauffage à inertie au plancher chauffant alimenté par une chaudière à condensation en passant par les énergies renouvelables.

En savoir plus

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :