Personne tenant deux micros

Les règles d’or pour se chauffer au bois

Par L’équipe de rédaction

Le 17 novembre 2014

Le chauffage au bois séduit de plus en plus de ménages. En 2014, près de 6 millions de ménages utilisent un appareil de chauffage au bois, le plus souvent en complément d’un autre chauffage. Il s’agit du mode de chauffage le plus économique et le plus écologique.

Le choix de l’équipement dépend de vos besoins, de la surface à chauffer, de votre budget, …

Je calcule mes aides

Simulation gratuite et immédiate

Trouvez la solution qui convient à votre logement

Le chauffage au bois est une bonne solution si vous souhaitez concilier efficacité énergétique, confort et maîtrise des dépenses. Avant de choisir votre système de chauffage, il convient de se poser les bonnes questions.

Le chauffage au bois peut être utilisé comme chauffage central ou chauffage d’appoint. Il convient de disposer d’un conduit de fumée et d’un espace suffisant. Si vous souhaitez un appareil performant relié au chauffage central et produisant, éventuellement, de l’eau chaude, optez pour une chaudière à bûches ou une chaudière à granulés de bois. Si votre besoin est un appoint à votre source de chauffage principale, optez pour le poêle à bois ou équipez votre cheminée d’un insert ou d’un foyer fermé.

Choisissez un combustible de qualité

Bien choisir son combustible est une des règles d’or. Que vous vous chauffez avec des bûches, des granulés ou des plaquettes, il est important de reconnaître ceux qui apporteront satisfaction et de les stocker de façon à préserver leurs qualités.

 

Les bûches

 

Elles sont classées en deux catégories : les bois durs (feuillus durs) et les bois tendres (les résineux et feuillus tendres). Le bois tendre prend feu plus facilement et brûle plus vite. On apprécie leur montée rapide en température. En revanche si les bois tendres sont mal stockés, ils se dégradent facilement.


Il faut éviter la combustion du bois humide tout d’abord pour des raisons environnementales, car la combustion de ce bois « vert » libère des substances polluantes et aussi pour de raisons économiques car la production d’énergie est divisée par deux. Enfin, la combustion de bois humide augmente le risque de détérioration du matériel. L’humidimètre est un petit appareil permettant de mesurer le taux d’humidité de votre bois.


Le mieux est de stocker les bûches sous un abri bien ventilé ou sous une bâche respirante. Il est important de maintenir une aération. Afin d’avoir toujours du bois sec à disposition, l’idéal est de constituer un stock sur deux ans.

Je trouve mes aides

Simulation gratuite et immédiate

Les plaquettes et les granulés

 

La bûche n’est plus la seule solution bois pour se chauffer. Les systèmes comme les poêles et les chaudières peuvent être alimentés avec des dérivés de la bûche et ainsi avoir une plus grande autonomie de chauffage et un plus grand confort d’usage.

 

Les plaquettes forestières sont des bois déchiquetés grâce au broyage de branches ou d’arbres forestiers. Il est important de les stocker dans un local ou silo étanche et ventilé.


Les granulés, ou pellets, sont obtenus par des sciures de bois de résineux et de feuillus. Ils n’ont aucun additif chimique. Ils sont utilisés dans les appareils à alimentation automatique. Ils permettent des rendements élevés et une autonomie importante.
 

Ils peuvent être livrés en vrac grâce à un camion souffleur ou livrés en « big-bag » de 500, 750, ou 1.000 kg, ou en sacs de 10 à 25 kg. Il faut stocker les granulés dans un endroit sec (local ou silo).

Veillez à la qualité de l’air

La combustion du bois génère des polluants. Il s’agit des particules fines, des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), du monoxyde de carbone (CO) et des composés organiques volatils (COV). Ces produits dégradent la qualité de l’air des logements et de l’air extérieur. Un combustible approprié et des équipements performants et bien entretenus permettent de remédier à ce problème.


Il faut veiller sur plusieurs facteurs qui augmentent ces pollutions : l’humidité, la taille des bûches (de plus petites bûches émettent moins), un combustible mal adapté à votre système de chauffage et un mauvais allumage (il faut apporter suffisamment d’air).


Des bois de mauvaise qualité augmentent la libération de substances toxines. Ainsi, il faut éviter les bois issus de récupération (chantiers de démolition, vieux meubles, etc.). Il ne faut aussi de jamais brûler des déchets dans une cheminée ou un poêle.

Assurez l’entretien de votre solution

Les inserts foyers fermés et les poêles nécessitent un entretien rapide mais régulier comme : le décendrage, le nettoyage de la vitre, de l’intérieur de la hotte, des grilles d’air chaud, et une vérification périodique de l’ensemble.

 

Il est très important de bien lire la notice technique de votre appareil de chauffage pour éviter tout mauvais usage de l’équipement.


Pour les chaudières, un entretien annuel par une personne qualifiée est obligatoire. Une attestation d’entretien vous est remise que vous devrez conserver pendant deux ans.


Il est important de ramoner les conduits de fumées au moins deux fois par an, dont une fois lors de la période de chauffe. Cela concerne votre sécurité. N’oubliez pas de demander un certificat de ramonage à chaque fois.

Vous trouverez sur le site Quelle Energie des informations précises et mises à jour sur tous les différents systèmes de chauffage pour réaliser des économies d’énergie. Pour aller plus loin, vous pouvez trouver via notre simulateur le système de chauffage convenant le mieux à votre logement.

L’équipe de rédaction