Une hausse des prix du gaz à venir ?

On était habitué depuis quelque temps à des baisses successives des tarifs réglementés du gaz, mais la tendance pourrait bien s’inverser très vite. En effet, dans son dernier avis rendu public, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) évoque la possibilité de plusieurs hausses jusqu’à la fin de l’année. Dans cette configuration, la baisse de 4,6 % prévue en juillet 2020 pourrait tout simplement être annulée… Alors comment éviter de voir flamber ses factures d’énergie ?

Une hausse importante qui pourrait être lissée sur la fin de l’année 2020

Après une nouvelle baisse en février 2020, les tarifs réglementés du gaz étaient supposés poursuivre leur chute, puisqu’une réduction de 4,6 % était aussi programmée pour juillet 2020. Contre toute attente, elle pourrait ne pas avoir lieu… Et même être remplacée par une hausse !

Selon la CRE, les tarifs doivent augmenter d’ici la fin de l’année 2020. Et pour que cela ne soit pas trop difficile à supporter du côté des ménages, elle conseille d’anticiper cette inflation dès que possible, notamment en annulant la baisse du 1er juillet.

D’après les chiffres de la CRE, dans le contexte actuel et si la baisse de 4,6 % est conservée, on s’expose à une première hausse de 0,7 % dès le 1er août, puis + 1,7 % et même + 4 % en octobre. Bien qu’ils ne soient pas définitifs, ces indicateurs risquent de déplaire aux 4 millions de clients Engie qui sont toujours abonnés aux tarifs réglementés du gaz naturel.

La crise liée au Covid-19 a naturellement bouleversé beaucoup de projections et, du côté d’Engie, on doit assurer des conditions budgétaires pour permettre la couverture du réseau et l’approvisionnement des consommateurs… Ce qui implique une hausse des tarifs de vente, alors même qu’ils ont littéralement chuté en Europe : on a observé des valeurs à 4 € par mégawattheures, et il faudra atteindre 10 € avant la fin de l’année pour maintenir l’équilibre.

Limiter l’impact de la hausse du prix du gaz sur son pouvoir d’achat

Faut-il se détourner du gaz parce qu’il est victime de l’inflation ? N’oublions pas qu’il s’agit d’une énergie compétitive : ces 15 dernières années, elle impliquait en moyenne des dépenses inférieures à 100 € par mois pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire. De plus, il existe aujourd’hui des appareils et chaudières de plus en plus perfectionnés, qui émettent peu de CO2 et qui offrent de bons rendements. L’enjeu n’est pas de se détourner du gaz, mais plutôt de « mieux » le consommer.


Vous vous chauffez au gaz ? Une chaudière à gaz à condensation ou à basse température peut vous faire faire des économies et gagner en confort de vie. Découvrez les différentes chaudières à gaz !


Prendre les bonnes habitudes

Certains réflexes peuvent alourdir votre facture de gaz sans que vous ne vous en aperceviez. Par exemple, quand vous prenez votre douche ou que vous vous lavez les mains, coupez l’eau pendant que vous vous savonnez, pour ne pas consommer au-delà de vos besoins.

Concernant le chauffage, vous pouvez investir dans un programmateur qui vous permettra de moduler la température souhaitée en fonction de vos heures de présence, mais aussi simplement penser à aérer les pièces plus souvent. En chassant l’humidité, vous chaufferez l’air plus vite !

Isoler sa maison

Vous payez peut-être cher chaque année pour vous chauffer, parce que vous perdez beaucoup de chaleur en raison d’une isolation vieillissante ou mal adaptée. N’hésitez pas à vous renseigner sur les offres à 1 € d’Effy : sous conditions de revenus, elles permettent d’isoler ses combles ou ses planchers bas pour un reste à charge symbolique. Si vous ne faites pas partie des ménages éligibles, d’autres aides peuvent vous être proposées comme MaPrimeRénov’ ou encore les éco-PTZ.

Remplacer sa chaudière

Les chaudières anciennes utilisent beaucoup d’énergie pour des rendements assez faibles. Renseignez-vous sur les solutions possibles pour installer une chaudière gaz plus performante chez vous. Il existe également des alternatives particulièrement vertes comme la pompe à chaleur (PAC) hybride, permettant de faire jusqu’à 40 % d’économies d’énergie supplémentaires par rapport à une ancienne chaudière.

Cette hausse du prix du gaz n’est pas une fatalité, car vous pouvez toujours faire baisser la facture, en adoptant les bons réflexes et en faisant des travaux s’ils sont nécessaires !

Le saviez-vous ?

 

Quelles que soient vos conditions de revenus, vous pouvez bénéficier d’une aide pour baisser le coût de vos travaux.

 

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :