MaPrimeRénov au cœur du plan de rénovation

MaPrimeRénov'

France Relance, c’est le nom du plan à 100 milliards d’euros présenté ce jeudi 3 septembre par le gouvernement. Alors que près d’un tiers du budget est consacré au « volet transition écologique », MaPrimeRénov’ occupe une place centrale sur la scène de la rénovation énergétique. L’incitation aux travaux sert à la fois le consommateur grâce aux économies d’énergie, les professionnels du bâtiment par la relance de l’activité et les objectifs ambitieux du gouvernement avec la réduction de l’empreinte carbone du secteur. Comme prévu lors de sa création, la nouvelle aide entre dès 2021 dans sa seconde phase de déploiement. Le point sur les nouveaux bénéficiaires, et les attentes pour l’amélioration du parc résidentiel français.

Bientôt tous concernés par MaPrimeRénov’ ?

C’est l’objectif visé dès le 1er janvier 2021 au moyen d’un budget renforcé. Le dispositif qui avait bénéficié de 800 millions d’euros en 2020, sera financé à hauteur de 2 milliards d’euros sur deux ans. Cet apport, directement issu du plan de relance, couvre notamment l’inclusion de nouveaux entrants :

  • les catégories de revenus « intermédiaires » et « les plus élevés » jusqu’alors écartées du dispositif ;
  • les propriétaires bailleurs et syndicats de copropriété, dans un souci d’amélioration des conditions de vie des locataires.

Propriétaires de passoire thermiqueL’éradication des passoires thermiques reste un enjeu majeur, a rappelé Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique. Dans ces logements, le froid subi s’ajoute aux factures d’énergie excessives qui fragilisent les foyers en situation de précarité. L’ouverture de MaPrimeRénov’ aux propriétaires bailleurs s’inscrit dans la continuité d’autres mesures de lutte contre la précarité énergétique des locataires : la prise en compte du critère de consommation d’énergie dans la qualification de logement « indécent » à l’horizon 2023, ou encore l’obligation de rénovation des habitats les plus énergivores prévue pour 2028.

Quels seront les montants accordés ?

Les modes de calcul devraient reprendre le fonctionnement actuel du tandem « MaPrimeRénov’ – Crédit d’impôt* ». À savoir :

  • des montants qui évoluent en fonction des revenus du bénéficiaire et du type de travaux ;
  • une palette de travaux éligibles restreinte pour les revenus supérieurs.

L’aide couvre ainsi la majeure partie du coût de la rénovation chez les ménages les plus modestes, sans toutefois exclure les foyers aisés, plus enclins à mener des chantiers de grande ampleur, indispensables à l’amélioration du parc résidentiel privé dans son ensemble.

*Version forfaitaire du CITE qui devrait être définitivement supprimé à la fin de l’année 2020.


Retrouvez toutes les aides au financement de votre projet rénovation sur QuelleEnergie.fr : mes aides et subventions.


Pourquoi MaPrimeRénov’ est devenue le fer de lance du plan de rénovation énergétique ?

La nouvelle aide a fait son entrée dans un paysage de dispositifs très dense : Crédit d’impôt, Eco-prêt à taux zéro, Coups de pouce, aides de l’Anah ou encore celles d’Action Logement. Une bonne chose, pour trouver un financement adapté à sa situation et à la nature de son projet. Revers de la médaille, cette multitude de solutions est source de confusion. Certaines d’entre elles peinent à trouver un public, à l’image de l’éco-PTZ. Dans ce contexte, MaPrimeRénov’ a été pensée pour pallier les failles existantes avec :

  • la simplification des démarches par un guichet unique : inscription et suivi en ligne sur le site maprimerenov.gouv.fr ;
  • le versement dès la fin du chantier, faisant écho aux critiques formulées à l’égard du CITE versé l’année suivant la fin des travaux ;
  • des montants évolutifs en fonction des revenus et de la performance des actions envisagées.

Le saviez-vous ?

 

La Prime Effy fait partie des aides perceptibles dès la fin des travaux. Découvrez son montant en fonction de votre projet grâce à l’outil de calcul gratuit proposé par QuelleEnergie.fr.

 

Aussi importants que puissent être les montants en faveur des plus modestes, le reste à charge demeure un frein à la rénovation globale et performante du bâtiment engageant des sommes conséquentes. Des solutions sont actuellement explorées par les acteurs du secteur, notamment en encourageant les banques à accorder davantage de prêts adaptés aux projets des particuliers. Effy, 1er spécialiste de la rénovation énergétique au service des particuliers, recommande également « la stabilisation des aides dans le temps » et l’application de « contrôles massifs » des chantiers afin de rassurer les Français et de les inciter à franchir le pas.

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :