Une Allemagne, championne de l’énergie solaire et une France à la traine

Les économies d’énergie sont un sujet de préoccupation croissant pour les européens qui doivent faire face d’une part à la hausse des prix de l’énergie et d’autre part aux objectifs que l’Europe s’est fixé tout en respectant les nouvelles réglementations environnementales. Les panneaux solaires sont de plus en plus vus comme l’énergie de l’avenir. Et malgré les baisses successives des tarifs d’achat, la production de l’électricité photovoltaïque ne cesse de croître en Europe et notamment en Allemagne. Vu comme le leader mondial de l’énergie solaire, l’Allemagne garde une bonne avance sur la France qui peine à la concurrencer sur ce point.

L’Allemagne, un exemple à suivre

L’Allemagne est encore aujourd’hui en tête du classement des pays producteurs d’énergie solaire. Cela est dû notamment aux objectifs du pays pour améliorer les rendements en énergie solaire des panneaux photovoltaïque à horizon 2020. La loi allemande EEG relative aux énergies renouvelables entrée en vigueur le 1er avril 2000 a largement contribué à son essor. Cette loi donne droit aux producteurs d’énergies renouvelables à la revente de leur excédent de production d’énergie à un prix dont la valeur décroît chaque année. Depuis, les germaniques n’ont cessé d’investir dans les énergies renouvelables et plus particulièrement dans les parcs photovoltaïques. L’Allemagne a même atteint un nouveau record cette année : 22.000 mégawatts produits par les panneaux solaires soit entre 30% et 50% de sa consommation (20 centrales nucléaires). Même si en France le parc solaire a été multiplié par deux en 2011, la part de la production d’électricité photovoltaïque reste bien en dessous de sa rivale de toujours. La France a, en effet, un objectif photovoltaïque pour 2020 qui n’atteint pas la moitié de ce que l’Allemagne avait déjà installé en 2010. Pourtant la France possède un fort potentiel qu’elle pourrait mieux exploiter. Les régions comme le Midi-Pyrénées, la Provence-Alpes-Côte d’Azur et l’Aquitaine sont des régions qui à l’heure actuelle représentent près de 40% des puissances de raccordement au réseau du pays. Et malgré cela, la France peine à imposer cette énergie dans son mix énergétique. A qui la faute ?

La filière mise à mal

Ces dernières temps la filière du photovoltaïque ne cesse de subir différents coups durs. L’effondrement des prix et la forte concurrence asiatique ont fortement déstabilisé le secteur. Vient s’ajouter à cela l’annonce d’une baisse de tarif d’achat de l’électricité photovoltaïque. Cette baisse reste sans surprise pour les français qui voient ces tarifs diminuer depuis 2010 qui reste néanmoins rentable (jusqu’à 1.500€/an de revenus). Outre Rhin, la baisse des tarifs s’annonce plus brutale, de l’ordre de 20% à 29% selon les installateurs. L’objectif de ce projet de Loi est de diminuer les subventions afin d’éviter la surévaluation de l’énergie solaire et d’encourager la consommation personnelle plutôt que sa revente. Cette annonce a provoqué une colère monstre chez les professionnels allemands. Il est assez facile de comprendre l’inquiétude des professionnels du secteur d’autant plus pour un pays où les énergies renouvelables jouent un rôle essentiel notamment pour l’objectif de remplacement de l’énergie nucléaire à horizon de 2020. Rappelons qu’en France, le nouveau gouvernement s’est donné pour objectif une réduction de 25% de la part du nucléaire d’ici 2025. Sommes-nous moins ambitieux ?

On en parle dans cet article

Les panneaux solaires photovoltaïques

Les panneaux solaires photovoltaïques produisent de l’électricité lorsqu’ils sont éclairés par le soleil. L’électricité peut être revendue au réseau ou utilisée pour sa propre consommation.

En savoir plus

Vos réactions

14 Août

Bonjour,
Je ne comprends pas vous indiquer 22’000 megawatt de consommattion de nos amis allemands, mais c est une puissance, qu elle est l energie produite?

Merowig
16 Août

@ Merwig : Selon les chiffres de l’Institut des énergies renouvelables de Münster (en Allemagne), les 22.000 mégawatt produits en Allemagne valent la puissance produite par 20 centrales nucléaires tournant à plein régime.

Farah El hadri
26 Août

Et, comme d’habitude personne ne nous dit quel est le coût énergétique de la fabrication, de la maintenance et du recyclage d’un panneau photo-voltaïque sur son cycle de vie.

Guérin
27 Août

@Guérin : De nombreuses études commencent à émerger sur ce sujet. Certaines avancent une durée précise où le panneau devient bénéfique pour la planète car son impact est devenu neutre (sa production électrique compense son coût écologique au cours de sa fabrication). Cette durée serait comprise entre 5 et 10 ans. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce sujet primordial à travers un article dédié.

Clément Blasco
30 Août

Bonjour,
Je trouve quand même que l’Allemagne fait partie des pays qui développent le plus l’énergie solaire et qui doit être un modèle pour les autres.

énergie solaire
05 Août

Les promoteurs de l’énergie verte nous intoxiquent !
On ne produit pas de MW mais des MWh.
Si la puissance installée est de 22.000 MW, la comparaison avec le nucléaire est une intoxication.
Il faut afficher la production réelle livrée au réseau du fait du facteur de charge :
1.000 MW photovoltaïques représentent 90 MW équivalent temps (FC = 9%)
1.000 MW nucléaires représentent 750 MW équivalent temps plein (FC= 75%)
(Source WIKI « facteur de charge »)
Approximativement, cela représente 3 tranches nucléaires ancienne génération.
Sachant qu’une centrale a, en général, 2 tranches. Les 22.000 MW installés ne représentent qu’à peine 2 centrales ancienne génération et moins d’une nouvelle génération.
Pour fournir l’électricité pour les 90% d’absence du photovoltaïque sur le réseau, l’Allemagne va monter 23 centrales électriques au charbon et on nous parle d’énergie verte.
De plus, le réseau allemand ne suit plus les énormes variations de présence sur le réseau entre les éoliennes, le photovoltaïque.

ITC78
06 Août

Remplacer le nucléaire par le charbon n’est évidemment pas la meilleure des solutions…

Mathilde Chevallier
08 Août

L’Allemagne, un exemple à ne pas suivre.
Suite à votre article, j’ai cherché quelques informations. Tout l’effort de la transition énergétique allemande repose sur les seuls consommateurs non industriels.
La sortie précipitée du nucléaire crée une pagaille inextricable sur le marché de l’électricité.
Les réseaux de transport de l’électricité sont à la limite de la fusion.
Bien sûr qu’il faut avancer vers le renouvelable mais la marche forcée imposée aux Allemands est tout le contraire d’un exemple à suivre.
La réussite de la transition énergétique ne peut être proclamée si le pouvoir d’achat des ménages est entamé et que l’industrie externalise ses installations par perte de compétitivité.

ITC78
09 Août

@ITC78 : Cet article a été écrit il y a un an maintenant. Si l’on peut souligner la production photovoltaïque de l’Allemagne, il n’en reste pas moins que notre voisin outre-Rhin se dirige vers le charbon après avoir annoncé vouloir sortir du nucléaire. Remplacer le nucléaire par du charbon n’est pas vraiment l’idée que l’on se fait de la transition énergétique !

Mathilde Chevallier
10 Août

Comme très souvent, on a cette confusion entre la capacité de production (puissance) et l’électricité produite (énergie).

Pour faire le point sur la question, l’Allemagne dispose d’une capacité photovoltaïque de 34.200 MW en juin 2013, ce qui permet de produire 33.500 GWh ou 33,5 TWh d’électricité en moyenne sur une année complète.

http://energeia.voila.net/solaire/parite_allemagne.htm

C’est équivalent à un peu plus que la production de cinq réacteurs nucléaires standards en France, pour lesquels le taux de charge est seulement de 75%. Le plus faible du monde.

En 2012, l’Allemagne a produit 135 TWh d’électricité renouvelable. C’est l’équivalent de la production de 18 réacteurs nucléaires français ou 33% de toute la production nucléaire française.

—-

Un panneau photovoltaïque « rembourse » l’énergie nécessaire à sa fabrication, son installation et son recyclage en un à trois ans selon l’endroit où il est installé et sa technologie.

Sa durée de vie est maintenant de trente ans.

La CRE proposait d’ailleurs récemment de baser le calcul de la CSPE sur 30 ans au lieu de 20 ans pour mieux la répartir dans le temps.

Verdoux
12 Août

@Verdoux : Merci pour toutes ces informations complémentaires !

Mathilde Chevallier
16 Août

En France aussi, la consommation de charbon a augmenté en 2012 pour la production d’électricité. C’est le cas dans la plupart des pays européens à cause de la baisse des prix mondiaux du charbon.

Mais cela ne durera pas. Le prix du gaz augmente aux Etats-Unis maintenant que la bulle des gaz de schiste est en train d’exploser. Conséquence : les Américains vont consommer plus de charbon en 2014 et moins en exporter.

Les cours mondiaux du charbon vont remonter et il sera moins utilisé en Europe.

Sur une période de plusieurs années, l’utilisation du charbon pour produire de l’électricité a diminué en Allemagne.

http://energeia.voila.net/electri/allemagne_nucle_renouv.htm

En 12 ans, la production est passée de 291 à 276 TWh pour le charbon (avec lignite), de 169 à 99 TWh pour le nucléaire et de 38 à 135 TWh pour les énergies renouvelables.

Les énergies renouvelables remplacent le nucléaire et une partie du charbon.

Les centrales à charbon qui se construisent en Allemagne ont été décidées en 2008 pour remplacer les centrales anciennes devant être fermées avant fin 2015.

Les nouvelles centrales consomment moins de charbon (ou lignite) pour produire autant ou plus d’électricité.

Verdoux
19 Août

@Verdoux
Merci pour ces précisions et les liens pour accéder aux données fort intéressantes que je vais analyser.
Un petit complément d’informations : La production d’électricité thermique d’origine fossile se situe autour de 10% en France (puissance installée plus de 20%).
2012 a été une année sèche et le fossile a remplacé le manque d’eau dans les barrages.
Au niveau actuel des énergies renouvelables intermittentes, l’Allemagne connait des difficultés majeures pour compenser les variations de ressources sur son réseau.
Une autre difficulté liée à l’intermittence des éoliens et photovoltaïques est la super volatilité des cours du MWh qui peut passer en négatif sur le marché. Une conséquence de cette volatilité pourrait être le retrait de certains producteurs.
Une pagaille monstre en somme.
Pour améliorer le rendement d’une centrale thermique fossile, il faut utiliser la chaleur résiduelle en sortie de turbine en cycle combiné donc chauffer piscine, écoles, logements… Dans ce cas, la centrale ne peut plus servir de compensation à l’intermittence des éoliens et photovoltaïques.

ITC78
23 Fév

je suis ravi et j’ai besoin d’avoir un devis de 3 kva en panneaux solaires
Cordialement

DILEMBONO Narcisse
02 Mar

Bonjour,

Vous pouvez demander gratuitement vos devis ici : https://www.quelleenergie.fr/demande-devis/formulaire

Bien à vous,

Céline Lequeux



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :