Comparatif : Eolien vs Photovoltaïque

Eolien vs photovoltaïqueMise à jour : pour la période du 1er octobre 2011 au 31 décembre 2011, le tarif d’achat de l’électricité d’origine photovoltaïque est désormais de 0,4063 € / kWh.

A l’heure où la France annonce sa volonté de relancer le nucléaire civile avec la construction prochaine de 3 EPR de troisième génération, il devient important de trouver une alternative aux énergies fossiles et à la fission. La fusion relevant toujours du domaine de l’hypothétique (son utilisation industrielle n’étant pas prévue avant 2035) c’est vers les énergies renouvelables qu’il faut se tourner. Ici, nous n’avons que l’embarras du choix : solaire, éolien, hydraulique, biomasse ou géothermie. Cependant, dans le cadre de la production électrique par les particuliers, les solutions mises en avant sont l’éolien et le photovoltaïque. L’énergie ainsi générée peut être revendue à EDF et assurer un revenu annuel confortable. Laquelle de ces 2 solutions est la plus rentable pour les particuliers ?

Le constat de départ est simple : l’éolien n’a pas le vent en poupe. Avec un tarif de rachat de 0,082 €/kWh pendant 10 ans, puis entre 0,028 et 0,082 €/kWh pendant 5 ans selon les régions, les prix sont dérisoires par rapport aux 0,58 €/kWh garantis pendant 20 ans dans le cadre du rachat de la production photovoltaïque. Ainsi, le tarif de revente de l’électricité produite est à peine plus élevé que les offres « traditionnelles » des fournisseurs d’énergie. A ce prix-là, il est difficile d’amortir le coût d’une installation éolienne qui est compris entre 10.000 € pour une installation de 1 kW, et 70.000 € pour une de 20 kW. A titre de comparaison, une installation standard de 3 kWc de panneaux solaires photovoltaïques coûte environ 20.000 € (temps de retour sur investissement : entre 6 et 10 ans). Les deux solutions bénéficient certes d’un crédit d’impôt de 50%, mais le gain économique n’est pas au rendez-vous pour l’éolien.

L’éolien possède toutefois un léger avantage sur le photovoltaïque au niveau de son empreinte carbone. Pour effectuer un bilan carbone correct d’une installation, il faut prendre en compte tous les moyens mis en œuvre pour son édification, la production de CO2 lors de son utilisation et enfin le traitement des déchets. Là où l’éolienne marque des points, c’est à cause du niveau de technicité et de la difficulté de traitement des cellules photovoltaïques standard. Ainsi la production de CO2 en gramme par kWh est comprise entre 25 et 150 pour le photovoltaïque, tandis que pour l’éolien, elle est de l’ordre de 20 g/kWh. Il s’agit bien sûr d’une approximation faite à partir des technologies actuelles, et pas de ce qui nous attend d’ici peu. Dans ce cas, pourquoi le solaire photovoltaïque est-il privilégié ? Le raison est simple : sa production journalière est quasi-régulière, tandis que l’éolien est trop intermittent et tributaire de l’activité des vents. Ceci entraîne une utilisation plus importante de solutions d’appoint pour lisser la production électrique éolienne (centrales charbon ou hydrocarbures). C’est précisément ici que la donne change, et que le photovoltaïque gagne des points en développement durable.

Par contre, la donne change radicalement dans le cas d’une production à l’échelle nationale, avec de grands parcs, et un réseau de distribution assez vaste pour permettre de palier aux moments de faiblesse de la production. Ainsi, l’éolien individuel n’est pas la panacée à la crise énergétique à venir, mais le grand éolien n’a pas dit son dernier mot pour autant…

Faites des économies d'énergie !

On en parle dans cet article

Les panneaux solaires photovoltaïques

Les panneaux solaires photovoltaïques produisent de l’électricité lorsqu’ils sont éclairés par le soleil. L’électricité peut être revendue au réseau ou utilisée pour sa propre consommation.

En savoir plus

Vos réactions

12 Mar

La bise souffle sur l’éolien et le soleil réchauffe le photovoltaïque…
Bien que votre explication est légitime, il est dommage que l’éolien ne bénéficie pas des mêmes avantages que les panneaux solaires. C’est un créant un mix énergétique cohérent, c’est à dire en multipliant les sources que se trouve notre avenir dans ce domaine.

carbone11
14 Mar

Comme toujours, un énorme baratin écolo/marketing sur les énergies renouvelables. D’ici 2050, si tout va bien, le vent et le soleil produiront entre 2 et 5% de l’énergie électrique dans le monde. Plutôt que de laisser aux individuels le soin d’effectuer le investissements qui n’auront un retour sur investissement qu’après un minimum de 6 ans, d’après vos calculs, qui impliquent un maintien du prix de rachat par EDF, ce qui n’est jamais évident (preuve le permis à point : une loi rétrospective malgré la législation française). Il vaudrait mieux forcer EDF à effectuer l’entretient du parc des centrales nucléaires en service, ce qui permettait à la France d’être, de nouveau, exportatrice d’électricité, de développer le renouvellement du parc dans la technologie EPR, encore moins gourmande en uranium et diminuant les déchets des produits toxiques et d’effectuer les investissements d’enfouissement des lignes moyenne et base tension, plutôt que de forcer l’opérateur français à racheter de ci de là des petites quantités d’énergie qu’il faut relier aux réseaux de grande distribution. Cessez de faire miroiter aux gens qu’avec des subventions d’Etat qui pèsent sur règle d’égalité de tous devant l’impôt, ils vont remplacer la production d’énergie électrique conventionnelle en sauvant la planète. Les chinois, premier producteur mondial de charbon auront du mal à cesser la production d’électricité à partir du charbon. Par contre, notre industrie, dominée dans ce domaine par Alstom, offre des possibiltés de produire de l’électricité à partir du charbon tout en réduisant les émissions de CO2 et en captant ses émissions pour les utiliser dans l’extraction du pétrole dans les champs sous-marins par exemple. Cessez donc de ne proposer que la solution la plus anti-économique qui soit, mais qui fait la une des médias ne comprenant rien au sujet et qui permet aux politiciens de tenter de se faire réélire sans penser à l’avenir plus lointain et leur permet à court terme de lever un nouvel impôt sous forme de la taxe carbone.

Chassagnol
15 Mar

L’éolien demande un entretient tandis que le photovoltaique est pratiquement autonome.
C’est ce qui permet à certaines sociétés d’engranger des profits illicites.
Elle a bon dos la planette

DUSFOUR
15 Mar

Bonjour, je suis étonnée de voir dans votre article de panneaux solaires photovoltaiques. Pour moi, ce sont 2 notions completement différentes, à savoir : les panneaux solaires ont besoin du rayonnement du soleil, alors que le photovoltaique n’a besoin que de lumiere

Veronique
15 Mar

Bonjour.
Je suis d’accord avec vous sur le principe, mais dans l’article il n’est pas fait mention au solaire thermique. Il s’agit de la comparaison entre le solaire photovoltaïque et l’éolien.

Julien Nargeot
15 Mar

Les éoliennes sont fabriquées en chine. Elles donnent du travail aux monteurs. Les bénéficiaires sont donc les Chinois: Les devises.
Actuellement, la fabrication des cellules ph-voltaïques ne consomment plus ce qu’elles produiront en énergie. C’est un produit typiquement Français. Il est normal que l’État français subventionne cette fabrication… au détriment de l’éolien.

Laffitte
16 Mar

Eolien VS Photovoltaïque, je ne sais pas ce que signifie « VS » mais ça ne m’empèche pas d’être surpris de cette comparaison.
Je pense que nous devrions développer tout moyen de production d’énergie propre et renouvelable là où nous vivons.
Pour cela il faut utiliser le potentiel énergétique en zone rurale : multiplier les « toits solaires » (y compris en zone urbaine) et les éoliennes en créant de petits réseaux locaux.
La géothermie et la petite hydrolique là où elle est à notre portée. Des milliers de petits cours d’eau pourraient être utilisés sans détruire le paysage ni contrarier la nature. Les grands toits des hangars agricoles peuvent fournir assez d’énergie à plusieurs dizaines de foyers. Les moulins à vent (chers à Alfonse Daudet) pourraient être remis à la mode et modernisés et ainsi compléter la production énergétique là où c’est possible. Le soleil brille partout, le vent est plus présent dans certaines zones, la géothermie plus rentable ici que là, OK, mais tous ces choix sont, avant tout, du bon sens.
Si l’économie était fondée sur l’intérêt général et non sur la course au fric dont seuls les plus « gros » tirent profit, nous aurions depuis longtemps, développé des solutions adaptées à nos réels besoins et réduit considérablement nos gaz à effet de serre ainsi que beaucoup de polutions en tous genres qui détruisent notre planette et nous par la même occasion.

Piteur
16 Mar

Bonjour Piteur,

VS signifie versus, que l’on peut approximer à « contre ». Cette accroche osée qui voulait rappeler les plus grands combats de boxe ne cache pas un duel, mais un réel état des lieux de ces deux énergies renouvelables. Cet article est factuel, mais je suis totalement d’accord avec votre vision des choses. Le soucis, comme vous l’avez souligné vient bien de l’aspect économique de la chose. Le constat est simple : le petit éolien souffre de la comparaison avec le solaire photovoltaïque, de par son coût élevé et son faible rendement. Mieux vaut laisser l’exploitation de cette solution à de gros exploitants, ayant des reins solides plutôt que de miser sur le particulier, qui ne représentera de toute façon, qu’une goutte d’eau dans la production.

Concernant l’exploitation des richesses énergétiques naturelles, et du bon sens nécessaire à cela, je suis une fois de plus d’accord avec vous. Étant géologue de formation, je ne peux qu’encourager l’usage de la géothermie, qui représente à mon sens une excellente alternative, très peu polluante. Mais l’idée reste que pour convaincre les personnes n’ayant que peu de conscience environnementaliste, il faut bien un argument. Et l’argument financier reste l’un des plus efficaces. Je reste persuadé qu’une fois l’engrenage enclenché, et que la nécessité sera visible pour tous, personne ne regrettera ce parti pris en faveur de l’environnement. En tous cas, merci de votre intérêt!

Julien Nargeot
17 Mar

Bonjour,
Le bons sens est de multiplier les sources de productions en mettant à profit les ressources de chaque endroit : Le soleil ici, la force hydraulique là, l’éolien ailleurs.
Ce nécessaire mix énergétique minimise les risques de grosses coupures et permet de mieux distribuer les revenus produits. En effet, une politique volontariste de promotion de « ferme énergétique » serait un outil efficace d’aménagement du territoire en fournissant une source supplémentaire de revenus aux agriculteurs.
Par ailleurs, il existe un gisement important et non exploité de production d’électricité par méthanisation dans l’agiculture aujourd’hui.
Les solutions ne manquent pas, la volonté politique ?

guillaume 48
18 Mar

Effectivement, les pistes sont nombreuses et prometteuses. C’est avant tout un problème d’argent, donc un problème politique. Mais l’urgence est là, et les mentalités changent. Faisons notre maximum, et espérons que cela s’avère suffisant!

Julien Nargeot
20 Mar

En réponse à M. CHASSAGNOL, il est vrai que le nucléaire est bien meilleur économiquement parlant. Pour le reste, il aura raison quand nous saurons que faire des déchets qui serons radioactifs pendant quelques milliers d’années. A ma connaissance, il n’y a pas de solution si ce n’est de se mettre la tête dans le sable ou de prier.

jacqueline
29 Mar

L’éolien industriel exploite sans vergogne notre bonne conscience et nous est vendu comme un bienfait par des promoteurs dont l’intérêt est purement financier. Pour chaque ‘gentille’ éolienne installée, on doit utiliser (voire construire) des centrales thermiques au gaz ou au fioul qui prennent le relais quand il n’y a pas de vent. Voulons-nous suivre la trace du Danemark et de l’Allemagne, couverts d’éoliennes, et qui émettent deux fois plus de CO2 par tête que la France? Les anti-nucléaires nous font croire que l’éolien est une alternative au nucléaire mais c’est complètement faux, nous aurons le nucléaire et l’éolienne industrielle. Diversité des sources d’énergie, mais quelle perte de diversité des paysages et des régions !

Jean-Michel
30 Mar

Bonjour,
Petite précision concernant le Danemark : l’essentiel des émissions de CO2 par habitant vient du fait que les maisons anciennes ne sont absolument pas isolées et sont donc énergivores au possible. Cela n’est pas le cas en France, grâce à la facilité de réaliser des travaux et aux aides associées. Je maintiens que le Danemark devrait être un exemple pour ce qui est de la production éolienne. L’idée étant de prendre le meilleur de chaque pays pour servir une noble cause, et pas les intérêts de l’industrie! Mais cependant, il faut tout de même un moteur pour inciter les collectivités à investir dans les énergies renouvelables…

Julien Nargeot
16 Avr

Pour une étude plus complète et argumentée, je recommande le site de Jean Marc Jancovici.

http://www.manicore.com/documentation/eolien.html

http://www.manicore.com/documentation/solaire.html

N’en déplaise à Chassagnol le nucléaire seul ne peut pas être la solution, ni l’éolien ni le solaire ne pourrons produire l’énergie consommée actuellement. Seul la sobriété énergétique sera viable dans un contexte de diminution des ressources pétro gazières.

re
16 Avr

Bonjour,

Merci pour ces précisions ! M. Jancovici étant une légende vivante dans notre secteur d’activité, c’est effectivement une de nos références favorites !

Julien Nargeot
25 Oct

Bonjour,

Cela me surprend que vous ayez pour référence M. Jancovici, qui est pour moi un pro-nucléaire masqué !

J'arreteLeNucleaire
01 Fév

Bonjour à tous ! J’ai lu l’ensemble de vos messages, car à la base je voulais savoir ce qui était le plus vite « amorti » ou « rentable à mon umble niveau pour une installation d’appoint histoire de faire baisser un peu ma facture d’électricité.
Mais malheureusement, je n’ai toujours pas de réponse à ma question…. je me suis trompé de discutions ? Ou le débat s’est écarté du sujet de base ?
Si je me suis trompé, merci à l’avance de vous avoir fais perdre un temps qui doit vous être precieux (au moins autant que le miens) à lire ma « conclusion » sur cet…. échange. ..

Bubble
21 Mai

Regardions aussi l’aspect esthétique dans le paysage. Franchement les éoliennes, c’est moche au possible et bruyant. Les panneaux solaires orientables sur terrain plat avec une haie tout autour, on ne les voit même pas.

phil



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :