[L’avis d’expert] Pourquoi réaliser le traitement d’une charpente

[L’avis d’expert] Pourquoi réaliser le traitement d’une charpente

Si votre maison possède une charpente en bois, vous vous êtes sûrement déjà posé des questions sur son traitement et sa protection ! Afin de vous apporter quelques réponses, QuelleEnergie.fr a interviewé sur ce sujet son partenaire Joffrey MALACLET, gérant de la société IDÉPRO Habitat.

Qu’est-ce qui peut détériorer une charpente ?

Selon l’essence du bois (en feuillus ou résineux) et l’implantation géographique de l’habitation, une charpente peut faire l’objet d’agressions causées par deux parasites qui doivent être diagnostiqués par des professionnels :

  • Les insectes et larves xylophages : Les plus répandus sont le lyctus, la vrillette et le capricorne des maisons. Ils creusent des galeries dans la charpente pour se nourrir du bois ;
  • Les champignons lignivores : Principalement la mérule. Elle se développe dans l’obscurité, les espaces mal ventilés et lorsque le bois est humide.

Quelles sont les signes alarmants sur un mauvais état de la charpente ?

Traitement CharpenteIl est complexe de diagnostiquer un problème sur sa charpente bien qu’il y ait des signes précurseurs qui doivent alarmer :

  • La présence de foyers d’infestation dans le voisinage. Les insectes volent à la recherche de bois sains où ils auront le loisir de se reproduire ;
  • Des tâches blanches à brunâtres ou l’apparition de trous pouvant mesurer jusqu’à 10 mm sur la surface de la charpente ;
  • Des bruits dus au grignotement du bois qui peuvent être entendus en ambiance calme ;
  • La production de sciure de bois ;
  • Une couverture qui s’affaisse ou se déforme.


Avec QuelleEnergie.fr, découvrez quelles sont les solutions de rénovation énergétique les mieux adaptées pour votre logement et quelles aides financières vous pourriez obtenir. >> Simulateur gratuit et sans engagement


Quelles sont les risques si la charpente n’est pas traitée correctement ?

Dans le cas où le traitement n’a pas été réalisé dans les règles de l’art, les parasites peuvent continuer à se développer au sein de la charpente. Le risque encouru est triple :

  • Un affaiblissement de la résistance mécanique des bois créant une discontinuité de l’étanchéité au niveau des tuiles. L’eau s’infiltre et crée un terrain favorable au développement de champignons, c’est une double peine lorsque l’on subi déjà l’attaque d’insectes xylophages ;
  • Cette aggravation conduit la plupart du temps à un décapage / renfort de la charpente et une reprise partielle ou totale de la toiture dont les coûts ne sont pas négligeables ;
  • Dans les cas les plus avancés, on risque un dégât des eaux et un endommagement irréversible de l’isolation en place venant dégrader les performances thermiques du bâtiment.

Peut-on traiter une charpente dans n’importe quel cas ? (combles perdus ou aménagés/hauteur sous la toiture, etc…)

Il existe aujourd’hui des solutions de traitement préventives ou curatives adaptées pour éradiquer les désordres évoqués précédemment. Il y a cependant des contraintes à prendre en compte :

  • Le degré de développement : si le bois est attaqué à plus de 2/3 de sa section, un traitement seul ne sera pas efficace. Il faudra prévoir une décontamination des parties vermoulues avec une herminette suivie d’un renforcement voire d’un changement des pièces maîtresses (lorsqu’il s’agit des pannes par exemple) ;
  • L’accessibilité en combles perdus : lorsque la hauteur entre la partie basse (solivage) et la partie haute (faîtage) de la charpente est importante, il devient nécessaire d’installer des échafaudages mobiles afin d’accéder à toutes les pièces de bois ;
  • L’intervention en combles aménagés : cela est tout à fait possible, il suffit de passer par le toit et d’enlever les tuiles qui seront remises aussitôt le traitement réalisé. Il est important que les techniciens applicateurs soient aussi couvreurs pour assurer un travail de qualité.

Combien de temps faut-il pour réaliser le traitement ? L’intervention est-elle contraignante pour les occupants ?

La durée d’intervention est en fonction de la taille de la charpente et de son accessibilité. Il y a également une phase de protection à ne pas négliger lorsque le grenier sert de lieu de stockage. A titre indicatif, un traitement curatif par injection en combles perdus se réalise en moyenne sur un jour. Il n’y a pas de contraintes pour les occupants puisque rien ne transite par les pièces de vie du logement. Lors d’une intervention en combles non aménagés, des ouvertures sont réalisées dans le toit afin de créer une ventilation. Il faut impérativement veiller à ce que l’entreprise intervenante soit titulaire du label Certibio. Les applicateurs sont systématiquement munis de protections individuelles, notamment de masques panoramiques P3 et de combinaisons chimiques. A savoir que la nouvelle génération de produit employée est peu agressive car en phase aqueuse et sans solvant, il existe même une gamme bio sourcée pour un plus grand respect de l’Homme et de son environnement.

La société IDEPRO Habitat est basée à Dijon et intervient en Bourgogne Franche-Comté dans les domaines de la protection de l’enveloppe du bâtiment (traitement, imperméabilisation des toitures & façades), de la couverture (étanchéité, zinguerie, bardage & assainissement de charpente) et de la rénovation énergétique (isolation intérieure & extérieure). Labellisée QUALIBAT « Reconnu Garant de l’Environnement », l’entreprise est réputée pour l’accompagnement de ses Clients de A à Z dans leurs démarches de rénovation : recherche des meilleures solutions au juste prix, prise en charge des formalités pour l’obtention des aides financières et suivi rigoureux des chantiers.

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :