La VMC double flux est-elle indispensable en rénovation ?

La ventilation d’un logement est obligatoire depuis la réglementation du 22 octobre 1969. Cette réglementation insiste sur la nécessité de renouveler l’air dans un logement pour permettre une bonne oxygénation des occupants et maintenir un niveau d’humidité correct.

Si le taux d’humidité dans une habitation est trop élevé, les risques sont un développement de moisissures et des problèmes d’asthme pour les personnes les plus fragiles (les enfants en général). Le bâtiment en lui même est également touché car l’humidité dégrade les isolants traditionnels, les matériaux poreux, etc.

Une installation pas toujours aisée

La VMC double flux comparée à une VMC classique a besoin de bouche de soufflage dans les pièces dites « sèches » comme un salon, des chambres, un bureau, etc. L’installation est conditionnée par l’ajout de ces nouvelles gaines en faux plafond. Cette opération peut s’avérer délicate suivant le type de logement et sa disposition. Il est donc indispensable de bien veiller à l’implantation des différentes bouches de soufflage et d’extraction pour permettre une circulation optimale de l’air dans le logement. La VMC double flux sera performante dans les logements bien isolés avec une étanchéité élevée. Il est donc préférable de revoir avant tout l’isolation et l’étanchéité du logement pour permettre une efficacité optimale de cette ventilation très performante. En résumé, l’installation d’une VMC double flux implique des travaux quelquefois conséquents c’est pour cela que cette solution est à privilégier dans les logements en construction ou qui subissent une rénovation lourde.

Le principe de fonctionnement de la double flux

Le but d’une ventilation dans un logement est l’extraction de l’air vicié (chargé en humidité) de l’intérieur du logement vers l’extérieur. Les VMC classiques et hygroréglables remplissent très bien ce rôle. Alors qu’apporte la VMC double flux par rapport à ses homologues VMC ? Des économies tout simplement. Sur une VMC classique, l’air neuf qui entre dans le logement à la même température que l’air extérieur, c’est-à-dire que le flux d’air en hiver peut avoir une température négative. La différence avec une VMC double flux est de ne pas faire rentrer directement de l’air extérieur mais d’échanger en amont les calories de l’air intérieur (à température ambiante) avec celles de l’air extérieur. Ainsi l’air neuf venant de l’extérieur se réchauffe au contact de l’air intérieur qui est extrait de l’habitation par les bouches situées dans les pièces humides. Cette récupération de chaleur permet d’effectuer des économies en « recyclant » les calories présentes dans votre habitation.

Vos réactions

17 Juin

Merci pour cet article.

A sa lecture, je me rappelle 2 constats :

– Une double flux installée dans un bâtiment possédant une mauvaise étanchéité à l’air est inefficace. Le rendement de l’échangeur devient dans ce cas extrêmement faible et l’investissement financier est très difficile à retrouver.

– Il est dangereux de rendre étanche un bâtiment ancien sans étudier les impacts sur les transferts d’humidité. Il est en effet possible de bloquer tout transfert de vapeur d’eau en installant une barrière d’étanchéité. L’humidité s’accumulant, on trouve alors un risque de condensation avec les risques sanitaires et structuraux qui y sont liés.

La méthodologie suivante est communément admise pour éviter ces problèmes :

1- traiter les problèmes d’humidité (supprimer les sources, supprimer les points froids, permettre l’évacuation de l’humidité par les murs)
2- rendre le bâtiment étanche à l’air
3- installer une ventilation double flux

Merci pour vos remarques complémentaires sur le sujet

Julien

Julien
24 Juin

@Julien : Vous avez tout à fait raison et nous sommes d’accord avec vos constats. L’installation d’une VMC double flux demande une réflexion approfondie de son bâtiment avant travaux. Un bâtiment bien étudié avec des travaux de perméabilité à l’air adéquat et une isolation performante permettront de grandes économies avec l’installation d’une VMC double flux.

Mathilde Chevallier
02 Déc

A mon avis, de l’air provenant de l’extérieur, à – 13 en moyenne, n’a pas de comparaison avec de l’air à 0. Même mal isolée, une maison avec une double flux va mettre cette maison en surpression, va empêcher l’air froid de rentrer. Même avec 1 seul degré d’écart, vous êtes gagnant.

imir
02 Déc

Je continue mon commentaire… Si de plus, vous éjectez l’air extrait dans votre garage ou votre vide sanitaire, vous réchauffez ceux-ci. J’ai l’impression d’être un innovateur là ! Ça marche très bien chez moi avec la sortie dans le vide sanitaire !

imir
03 Déc

@Imir : Et oui ! Le renouvellement d’air représente environ 20% des pertes de chaleur dans une maison, et ceci est directement lié au système de ventilation. La VMC double flux permet de réduire de 70 à 90% ces pertes de chaleur par renouvellement d’air, elle représente donc une source d’économies non négligeable.

Mathilde Chevallier
09 Fév

A défaut d’une VMC double flux, une bonne aération régulière des pièces est largement suffisant. Il suffit de quelques minutes par pièce par semaine en choisissant une température extérieure pas trop froide… Si vous avez des soucis d’humidité ou de cov, ce n est pas la VMC qui les réglera, mais le traitement a sa source du problème et le choix de matériaux fabriqués de façon plus écologique.

Michael
14 Mar

@Michael : Il est toujours important de bien aérer son logement. La VMC Double Flux a quand même l’avantage de réchauffer un peu l’air venant de l’extérieur. Par exemple, un air extérieur à 3-4 °C ressortira à 12°C dans le logement grâce au récupérateur de chaleur de la VMC. Pour atteindre ensuite une température de confort à 19°C , il est évident que les dépenses de chauffage seront bien moindres. Quant aux questions d’humidité, nous avons écrit un article à ce sujet http://www.quelleenergie.fr/magazine/isolation/traiter-humidite-murs-21740/ qui peut aider les personnes qui subissent ce genre de problèmes.

Mathilde Chevallier
30 Jan

bonjours, j’ ais eu le droit a un bilan de la part de mon fournisseur d’ energie.. pour le gaz et chadière… je fait biensur mon entretien…
le bilan dit que c’ est pas au norme, car j’ ais effectivement une vmc, mais pas d’ arrivé d’ aire exterieur.
le technicien m- as dit de se fait l’ aire n’ ais pas renouvelé.
donc meme l’ entretien chaudière ne devrais pas etre fait… en gros je paye un entretien qui sert a moitier?
le bailleur ne veux pas faire de travaux.
je me sent en dangé… je ne parle pas des moississure permanente… que faire? quel recours, vu que le bailleur s’ en fou!
le dianostique est claire, , le technicien de cham ne devrais meme pas faire l’ entretien , sans travaux.
j’ aimerais assigné mon bailleur en procès pour atteinte a la santé.
je suis dans mes droits? merci pour vos futur réponse! urgent!

alex



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :