Effet de serre : Pourquoi se concentrer sur le CO2 ?

Effet de serre : Pourquoi se concentre t-on sur le CO2 ?

L’effet de serre. Souvent évoqué lorsque l’on parle des enjeux climatiques, ce phénomène est pourtant méconnu. Retour sur le principe de l’effet de serre, les différents gaz contribuant au réchauffement, et la manière de mesurer leur influence respective.

L’effet de serre, un phénomène nécessaire… avec modération

Il convient tout d’abord de dire que l’effet de serre est un processus naturel et nécessaire. C’est lui qui permet de retenir une partie de la chaleur fournie par le soleil. Sans effet de serre, pas de vie sur Terre, il y ferait des températures négatives en permanence. Le principal gaz à effet de serre est d’ailleurs la vapeur d’eau. Les problèmes naissent lorsque trop de chaleur est réfléchie.

C’est précisément le phénomène qui est à l’œuvre à l’heure actuelle. Les gaz à effet de serre étant émis en trop grande quantité, la composition de l’atmosphère est changée, ce qui augmente sa capacité à retenir la chaleur. En fait, c’est la partie artificielle (ou anthropique) de l’effet de serre qui est en cause.


Vous voulez limiter votre impact sur l’environnement ? Ayez le réflexe de penser aux travaux de rénovation énergétique. Calculez les économies réalisables grâce à notre simulateur.


Le dioxyde de carbone, source de tous les maux ?

Mais au fait, pourquoi se concentre-t-on beaucoup sur le dioxyde de carbone ? Le méthane a en effet un pouvoir réchauffant vingt-cinq fois plus élevé. En revanche, il ne reste qu’un peu plus de vingt ans dans l’atmosphère quand le CO2 peut mettre 200 ans à être évacué après son émission. De plus, nous émettons quatre fois plus de CO2 que de méthane.

Certains gaz synthétiques appelés halocarbures, comme les gaz contenus dans les systèmes de climatisation, ont même un pouvoir de réchauffement sans commune mesure avec celui des gaz naturels que sont le CO2 et le méthane. Heureusement, leurs émissions sont très limitées et ces gaz sont beaucoup plus volatils. Il est donc logique de se concentrer sur le CO2, même si les efforts ne doivent bien sûr pas être exclusifs.

Le saviez-vous ?



Notre bilan énergétique en ligne vous permet de savoir combien vous pourrez économiser grâce aux différents travaux de rénovation énergétique. Faites le test.



Comment chiffrer l’impact des différents gaz ?

Ces quelques précisions étant données, il n’en demeure pas moins très difficile pour les scientifiques de pouvoir comparer les effets de l’émission d’une même quantité des différents gaz. En effet, l’impact de l’émission marginale d’un gaz dépend de la quantité déjà présente dans l’atmosphère. En clair, un milliard de tonnes de CO2 émis n’a pas le même impact si l’atmosphère en est déjà saturé (sans que cela ne constitue une justification à un rejet massif).

Pour pouvoir mettre en œuvre des comparaisons, l’étalon utilisé est le PRG à 100 ans (Pouvoir de réchauffement global du gaz au bout de 100 ans, soit sa capacité à empêcher l’évacuation de chaleur). À partir de cette échelle, il est possible d’établir des comparatifs en termes d’équivalent tonne de CO2 et donc de savoir quelles sont les cibles prioritaires. Tout un programme.

Vos réactions

04 Juil

je suis curieux de savoir comment vous réagissez au phénomène de saturation de l’effet de serre du CO² qui prouve que ce gaz ne peut pas provoquer un quelconque rechauffement climatique. Je voius invite si ce fait vous avit échappé à aller voir la vidéo « Accusé CO² levez vous sur YouTube. Et surtout ne vous référer pas à une quelconque « altitude d’émission’ ou à l’argument que « l’effet de serre est plu subtil qu’on croit » qui est un empilement d’absurdités.
Je serais heureux si vous contestez ces faits que vous m’addresiez un email avec vos objections.
Pour info j’envoie cet email à tous les sites « réchauffistes » et jusqu’à présent personne ne m’a répondu !

Jean-Marc Bonnamy
05 Juil

Y a-t-il des mesures de concentration du CO2 en fonction de l’altitude ? et des mesures (pas des calculs) de l’effet de serre correspondant ? J’imagine qu’au ras du sol la concentration est maximale mais aussi que l’effet de serre est minimal. Des mesures confirment-elles ou infirment-elles cette hypothèse ?

Jean-Michel
18 Juil

Bonjour,

La concentration de CO2 dépend de l’altitude mais pas uniquement puisque, par exemple, les océans sont les plus grands réservoirs de CO2. L’effet de serre est tout de même maximal en altitude puisque la partie naturelle du phénomène (pas celle provoquée par l’activité humaine) repose sur des rayons solaires piégés par la couche atmosphérique.

Bien à vous,

Céline Lequeux
17 Fév

Heu il fait quoi de la loi de Kirchhoff l’expert autoproclamé ? Et il se plaint qu’on ne lui réponde pas ?

Robert
12 Mai

Le CO2 est un gaz très intelligent, il ne laisse passer le rayonnement solaire que dans le sens Espace -> Terre et le bloque dans le sens Terre -> Espace. Le professeur Benvénite devrait s’y pencher, c’est là la source d’un futur médicament oméhopathique prometteur. On ignore encore d’où provient sa remarquable intelligence (à n’en point douter bien supérieur à une majorité d’humains) mais on cherche, on cherche… Ou plutot, on fait comme les moutons, on accepte sans réfléchir…

zarbi boulo
11 Juin

Mr Zarbi, le rayonnement qui vient du soleil et majoritairement de courte longueur d’onde, celui qui est emis de la terre est de grande longueur d’onde. L’effet de serre repose sur cette différence. Comme la vitre d’une serre qui laisse passer la lumière et qui absorbe le rayonnement infrarouge émis par l’intérieur de la serre.
Simple principe de physique…Désolé de vous contredire

Jiemp
25 Juin

Effet de serre : Pourquoi se concentrer sur le CO2 ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_du_carbone

ça permet aussi de délocaliser en Chine et de leur revendre des crédits-carbone comme ça ils payent la pollution que nous générons de chez eux ^^

Gohu
05 Sep

En réponse à Jiemp
Merci de cette précision « sur le rayonnement venant du soleil de courte longueur d’onde,alors que celui émis de la terre est de grande longueur d’onde » ce que je ne comprends pas , c’est comment les 400 PPM de Co² peuvent réfléchir la chaleur réémise par la terre de façon aussi importante , la vapeur d’eau et les autres G E S représentant 999 600 PPM

Charles Antoine
26 Sep

Charles Antoine.

La vapeur d’eau est le principal gaz à effet de serre. Le CO2 anthropique vient rompre un équilibre énergétique entre l’énergie qui arrive sur terre et celle qui repart vers l’espace. Un nouvel équilibre se faisant à une température supérieure. Une balance peut être en équilibre avec 1 tonne dans chaque plateau, rajouter 1kg d’un côté fera pencher la balance. Ou encore, une serre avec une épaisseur de verre de 4 mm donnera une température T1. Rajouter une mince feuille de plastique transparent donnera une température T2 supérieure.

Jolivet



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :