Ces objets du quotidien qui polluent plus que vous ne le croyez

objets

D’année en année, les objets s’accumulent dans votre habitation : même ceux que vous n’utilisez plus subsistent, et vous les oubliez. C’est pour cela qu’ils sont plus nombreux que vous ne le pensez. Mais surtout, vous ignorez peut être à quel point ils sont néfastes pour l’environnement et pour votre santé.

Connaissez-vous réellement l’impact écologique de vos équipements et autres objets du quotidien ? Comment limiter la portée de ces conséquences sur l’environnement ?

L’Ademe y répond dans son enquête « Ces objets qui pèsent lourd dans notre quotidien »

Quel est le véritable poids de cette accumulation ?

Tous les objets accumulés chez vous pèsent au total 2,5 tonnes en moyenne, ce qui correspond au poids d’un gros hippopotame !

Mais ce qui pèse le plus, ce sont les matières premières utilisées lors du processus de fabrication (extraction, exploitation, transport). En les prenant en compte, on atteint les 45 tonnes, soit le poids de 8 gros éléphants !

Et ce n’est pas tout. Lors de son cycle de vie, de l’extraction des matières premières nécessaires à la fabrication de l’objet jusqu’à la destruction de celui-ci, des émissions de CO2 sont générées. C’est ce qu’on appelle le poids carbone.

Quels objets polluent le plus ?

L’Ademe a analysé pièce par pièce le poids des objets qui nous entourent.

Le salon

salon

Si l’on considère un salon composé d’une télévision, une chaine hifi, un canapé, une table, quatre chaises, un modem, un décodeur, une console de jeux et une montre connectée, le poids total s’élève à 603 kilos, ce qui correspond au poids d’une petite voiture.

En rajoutant le poids caché des matières premières, on atteint les 12 tonnes, passant ainsi à l’équivalent de 23 voitures !

Les objets qui pèsent le plus sont les appareils électroniques. Plus un objet est dématérialisé, plus la quantité de matière mobilisée est importante. Plus les composants sont petits et complexes, plus l’impact environnemental est important, puisque le processus demande plus d’énergie et de traitements chimiques.

Le poids carbone est alors plus important puisque la plupart des composants sont fabriqués en Chine ou en Corée, dont l’électricité fonctionne grâce au charbon.

Le poids carbone d’une télévision de 30 à 40 pouces, par exemple, est de 374 kg, ce qui équivaut à un aller-retour Paris-Nice en avion. La production des matières premières et la fabrication des composants sont responsables de la majorité de ce poids (299 kg sur les 374).

La cuisine

cuisine

Si l’on considère une cuisine composée d’un four, un lave-vaisselle, un réfrigérateur, un congélateur, une micro-ondes, un aspirateur, un robot, une machine à pain et une yaourtière, le poids total s’élève à 559 kilos, ce qui correspond également au poids d’une petite voiture. Avec le poids caché, on atteint les 11 tonnes.

Ce chiffre risque d’augmenter, ainsi que de faire augmenter le poids carbone puisque de plus en plus de composants électroniques sont ajoutés dans les appareils ménagers.

Prenons ici l’exemple du réfrigérateur. Il nécessite 31 fois son poids en matières premières pour être fabriqué. Son poids carbone se rapproche de celui d’une télévision : 343 kg de CO2. Contrairement à la télévision, il n’y a pas seulement la production des matières premières qui pèse fort, mais aussi l’utilisation de l’appareil une fois chez vous, puisqu’il fonctionne en permanence, même lorsque vous ne l’utilisez pas.

La chambre

vetements

S’il on prend en compte seulement les vêtements, ils pèsent 51 kilos. Mais le poids carbone reste élevé : 1,3 tonnes de CO2 contre « seulement » 343 kg de CO2 pour un réfrigérateur du même poids.

Le choix de la matière du vêtement est déterminant dans le poids carbone du vêtement. Pour des textiles synthétiques, l’extraction de la matière première, le pétrole, est ce qui contribue le plus au poids carbone, alors que pour le coton, la laine ou autres matières naturelles, il s’agit de la production de ces matières.

Le saviez-vous ?

 

Notre simulateur QuelleEnergie.fr peut vous aider à réaliser des économies d’énergie. Testez-le pour choisir les bons travaux.

 

Comment limiter cet impact écologique ?

Avant l’achat

  • Demandez-vous si vous avez vraiment besoin de cet objet. Adaptez votre achat à vos besoins : pour une télé, pensez à choisir la bonne taille. Plus l’écran est grand, plus le poids carbone est élevé.

  • Certains objets peuvent s’acheter d’occasion, afin de limiter le poids caché des objets.

  • Regardez certaines informations importantes sur l’objet : la fabrication, la composition… Pour les appareils électroménagers, vous pouvez observer l’étiquette énergie, pour les vêtements vous pouvez reconnaître le label GOTS

Après l’achat

  • Quelques astuces pour optimiser l’utilisation de vos équipements :

    • Ne pas installer les objets « froids » (frigo…) près des objets « chauds » (radiateur…)

    • Diminuer la température du lave linge et les faire séchez à l’air libre lorsque cela est possible

    • Protéger son téléphone ou autre appreil électronique pour éviter de le changer trop souvent

  • Si vous n’utilisez plus un objet qui fonctionne encore, pensez à le revendre ou à le louer

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :

  • Top et Flop de la semaine du 8 avril QuelleEnergie.fr reprend avec vous les dernières actualités environnementales. Retrouvez le top/flop de cette semaine.
  • Alerte : taux record du CO2 Des taux de co2 records ont été enregistrés : jamais depuis 3 millions d'années, des taux aussi élevés n'avaient été atteints. Il faut agir […]
  • La concentration de CO2 bondit en 2016 L’année 2016 est une année record : celle de la plus haute concentration en CO2 observée dans l’atmosphère depuis des millions d’années…