Qualité de l’air intérieur : comment l’optimiser ?

Pendant les périodes de fortes chaleurs, les médias parlent volontiers de la pollution atmosphérique qui touche nos villes… Mais l’on évoque bien moins souvent la qualité de l’air dans notre maison, qui peut pourtant poser problème dans de nombreux cas. Contre toute attente, notre salon cumule généralement plus de composés nocifs pour la santé que les rues de nos agglomérations… Alors comment mieux respirer chez soi ? Voici quelques conseils simples.

Choisir une bonne ventilation et l’entretenir correctement

Il existe de nombreuses alternatives, sur le marché, pour renouveler automatiquement l’air de sa maison : la ventilation double flux, les systèmes hygroréglables ou encore les VMC, très répandues.

Dès lors que vous emménagez dans un nouveau logement, vous devez vérifier qu’une installation de ce type fonctionne bien, et prendre le temps de localiser toutes les entrées et sorties. En effet, vous ne devrez pas placer de gros meubles à ces endroits, afin de simplifier la circulation de l’air.

Par la suite, il convient de contrôler régulièrement les entrées et sorties de ventilation, pour s’assurer que rien ne les obstrue et n’empêche leur fonctionnement. La majorité des fabricants prévoient des éléments démontables que l’on peut aisément nettoyer, avec parfois des filtres faciles à remplacer.

Aérer la maison, tout simplement

Si la ventilation automatique ou mécanique doit obligatoirement faire partie de vos équipements, cela ne vous empêche bien évidemment pas d’aérer les pièces chaque jour, été comme hiver, pendant au moins un quart d’heure.

L’idéal reste même d’ouvrir les fenêtres deux fois par jour, matin et soir : au réveil pour chasser le dioxyde de carbone émis la nuit et au coucher pour faire sortir les émanations de la journée. L’aération quotidienne n’est contre-indiquée que dans des cas particuliers : pics de pollutions atmosphérique, situation dans une rue très fréquentée aux heures de pointe.


Avec Quelle Energie vous pouvez réaliser un bilan énergétique complet et gratuit. Réalisez des économies d’énergie avec ce test !


Identifier rapidement les problèmes d’humidité

Parmi les premières causes de la dégradation de la qualité de l’air à la maison, on trouve souvent l’humidité. Pour la combattre, des travaux d’isolation sont généralement nécessaires. Il faut les envisager au plus tôt, avant que le phénomène ne prenne de l’ampleur.

En effet, outre les problèmes respiratoires qu’elle crée chez les sujets sensibles, la moisissure détruit l’habitation (effritement des matériaux, champignons, etc.). Véritable problème de santé publique, l’humidité des logements est à l’origine de plus de 80 % des « asthmes, bronchites et rhinites » selon une enquête de l’Institut Pasteur.

Aussi, dès lors que vous voyez des traces de moisissure, cherchez leur origine, demandez des conseils à des experts et faites le nécessaire non pas pour simplement les nettoyer, mais pour empêcher qu’elles réapparaissent !

Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

 

Une bonne ventilation est nécessaire pour gagner en efficacité énergétique. Mais avez-vous pensé aux économies d’énergie possibles en changeant vos dispositifs de chauffage ?

 

Connaître les comportements à risques

Plusieurs mauvaises habitudes dégradent la qualité de l’air de votre logement, et vous devez les identifier pour les bannir : c’est bien évidemment le cas des cigarettes consommées à l’intérieur, mais aussi de l’encens ou des bougies chimiques qui brûlent.

En cuisine également, sachez que certains modes de cuisson polluent davantage, à l’image de la friture. D’une manière générale, la préparation de vos plats peut être à l’origine d’une forte émission de COV (composés organiques volatils). Pour éviter cela, vous pouvez aérer la pièce ou installer une hotte.

Contre toute attente, les meubles rejettent aussi des COV. Par exemple, pour la chambre d’un bébé, on conseille de monter les équipements bien avant la naissance et d’aérer la pièce avant de l’utiliser, tout en privilégiant les produits labellisés.

Manipuler des produits d’entretien sans composés chimiques

Le ménage ne rend pas forcément votre habitat plus sain, même s’il vous procure une agréable sensation de fraîcheur et de propreté ! En effet, les produits d’entretien classiques contiennent une quantité significative de substances reconnues comme cancérigènes ou toxiques, à l’instar du benzène et du formaldéhyde.

Encore une fois, vous pouvez miser sur des labels écologiques pour vous rassurer, ou fabriquer vous-même vos nettoyants avec des matières premières naturelles comme le vinaigre blanc, le citron, le savon de Marseille ou encore le bicarbonate de soude.

Pour conclure, certains ajoutent chez eux des plantes dépolluantes (lierre, azalée, ficus, etc.). Si elles n’ont rien de miraculeux, elles présentent toutefois l’avantage d’absorber le gaz carbonique de la pièce, même si leur pouvoir reste limité à des petites surfaces.

 

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :