[Reportage] Les dessous de la Conférence Environnementale

Conférence Environnementale
La Conférence Environnementale du 14 et 15 septembre au Palais d’Iéna, qui avait pour principal enjeu « de faire de la France la nation de l’excellence environnementale » (François Hollande), vient de s’achever. Quelle Energie était présent durant tout l’évènement et vous dévoile ses dessous.

Le gouvernement a mis en avant 5 grands objectifs pour cette Conférence Environnementale. Tout d’abord, permettre la promotion d’une nouvelle méthode de partenariat écologique afin de sélectionner les sujets prioritaires, de convenir des objectifs à poursuivre et de pouvoir faire un bilan. La mise en place du développement durable est aussi au centre des préoccupations du gouvernement qui s’engage pour son intégration dans toutes ses politiques. Ensuite, le rassemblement des partenaires est essentiel au bon fonctionnement de cette conférence. Il est aussi très important d’afficher les priorités à travers les tables rondes : préparer le débat national sur la transition énergétique, faire de la France un pays exemplaire en matière de reconquête de la biodiversité, prévenir les risques sanitaires environnementaux, mettre en oeuvre une fiscalité plus écologique et améliorer la gouvernance environnementale. Enfin, l’élaboration d’une feuille de route pour la transition écologique permet de fixer clairement les objectifs et de pouvoir s’y référer au moment du bilan.

Les engagements de François Hollande

Lors de son discours d’ouverture du vendredi 14 septembre, le Président, François Hollande, a tenu à confirmer les engagements pris en 2008 dans le cadre du « paquet énergie-climat » à savoir réduire à l’horizon 2020, nos émissions de gaz à effet de serre de 20%, porter à 20% la part de nos énergies renouvelables dans la consommation énergétique et réduire de 20% notre consommation d’énergie. Mais il a surtout décidé d’aller plus loin ! Avec un objectif de -40% en 2030 et de -60% en 2040. Il a aussi rappelé qu’écologie et croissance n’étaient pas antinomiques mais que la lutte pour le réchauffement climatique devra être le levier d’un nouveau modèle de croissance, à la fois intelligente, durable et solidaire.

Le Président souhaite aussi que la rénovation thermique des logements soit une des grandes priorités de son quinquennat. Son objectif est de mettre aux normes énergétiques 1 million de logements par an. L’essentiel du marché sera constitué de petits chantiers qui feront appel aux compétences des Artisans et des PME. Le gouvernement devra aussi simplifier les dispositifs, clarifier les démarches, mobiliser les opérateurs (ADEME et ANAH) et dégager de nouveaux financements.
François Hollande regrette le retard pris par la France dans le domaine des énergies propres renouvelables : les capacités de production d’énergie éolienne installées en 2011 ont régressé de 20% par rapport à 2010; celles de la filière photovoltaïque sont 25 fois moindres que nos capacités hydroélectriques. Trois nouveaux principes doivent guider la politique du renouvelable en France : la clarification des règles administratives, la stabilité des aides et le soutien à l’innovation.

Pour le nucléaire, il s’est engagé sur une part dans la production d’électricité à 50% à 2025, en sachant que la part actuelle est de 75%, et a confirmé que la centrale de Fessenheim sera fermée en 2016. Au sujet du gaz de schiste, il a prononcé le rejet des sept demandes de permis déposées auprès de l’Etat.

Les conclusions de Jean-Marc Ayrault

Pour le discours de clôture, Jean-Marc Ayrault, le Premier Ministre, a partagé sa vision de l’écologie qui n’est pas un frein ou une contrainte, elle est un puissant levier de croissance et de compétitivité de nos entreprises. Selon lui, le premier grand chantier est la transition énergétique qui repose sur un modèle de développement sobre et efficace : « Consommer mieux pour consommer moins ».

Le Premier Ministre a mis en avant deux exigences. La première est de faire reculer la précarité énergétique avec la tarification progressive de l’électricité et du gaz. Le tarif social sera étendu à 4 millions de ménages modestes. La seconde exigence est de développer et de structurer une filière des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. Il a fixé un nouvel objectif : dans 10 ans nous devrons disposer de véhicules consommant 2 litres d’essence pour 100 km.

Au niveau du développement des énergies renouvelables, Jean-Marc Ayrault a réaffirmé son soutien à la filière éolienne avec la suppression de l’obligation d’appartenir à une ZDE (Zone de Développement de l’Éolien). Il a aussi déclaré que le solaire a un avenir en France et en Europe, à condition de miser sur la qualité. Il est important que les entreprises se sentent pleinement soutenues. Un appel d’offres sera lancé avant fin 2012, pour favoriser de grandes installations visant à promouvoir des technologies innovantes et le développement économique local. Les réseaux de chaleur, la biomasse ou encore la géothermie seront également soutenus, en prenant appui sur les initiatives locales.

Pour le financement, la Banque publique d’investissement sera la banque de la transition énergétique, tournée vers les entreprises. Une nouvelle fiscalité écologique, qui est trop souvent perçue comme une menace pour le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité des entreprises, sera mise en place. Un projet de loi de finances sera présenté dans 15 jours avec une augmentation générale sur les activités polluantes (TGAP). De plus, il y aura une baisse progressive des taux de défiscalisation des biocarburants et une augmentation du malus automobile.

Le saviez-vous ? Quelle Energie Pro peut vous aider à développer votre entreprise en vous apportant de nouveaux clients.

Les satisfaits de la Conférences Environnementale

Les discours du Président de la République et de son Premier Ministre ont été accueillis diversement par les parties présentes. Cécile Duflot, Ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, a qualifié le discours de François Hollande d’historique sur Twitter. Elle indique aussi, à la sortie de l’hémicycle, après les discours de Jean-Marc Ayrault et des facilitateurs des 5 tables rondes, se sentir très à l’aise avec les discours tenus et salue une feuille de route extrêmement claire de la part du gouvernement.

Serge Oru de WWF tire aussi un bilan très positif de ces deux jours de débats. Il avait été très sensible au discours de Nicolas Sarkozy, lors du Grenelle de l’Environnement, il y a 5 ans mais à l’époque le Premier Ministre avait complètement été occulté. Lors de la Conférence Environnementale non seulement le discours de François Hollande a été très fort mais le Premier Ministre s’est aussi engagé et avec lui tout son gouvernement. Pour WWF, « nous devons maintenant attendre un an pour vérifier que les engagements ont bien été tenus ».

Guillaume de Bodard de CGPME (Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises) trouve qu’il y a eu beaucoup d’avancées sur la reconnaissance des petites structures et que l’annonce d’une simplification des textes est une très bonne chose. Il considère avoir bien été écouté et est d’accord avec 80% de ce qui a été dit. Le temps est maintenant à la concertation et un vrai bilan pourra être fait d’ici plusieurs années.

Astuce ! Réduisez le coût de votre prospection commerciale avec le service Quelle Energie Pro d'apporteur d'affaires.

Les déçus de la Conférences Environnementale

Laurence Parisot, Présidente du MEDEF, était très remontée. La Présidente du MEDEF explique qu’elle a été mise de côté et n’a pas eu la possibilité de s’exprimer. Elle est particulièrement déçue par « le Président [qui] a semblé fermer complètement la porte, pas simplement à l’exploitation des gaz de schiste mais au débat sur le sujet ».

Sur ce dernier point, le Collectif Stop au Gaz de Schiste est très en colère mais pour la raison contraire. Pour eux, il n’y a aucun changement car même si de nouveaux permis ne seront pas accordés, il en reste encore plusieurs dizaines en circulation et le gouvernement n’a pas voulu prendre position sur les anciens permis. Le collectif se bat pour que plus aucun permis ne soit en circulation (anciens permis, permis conventionnels, expérimentations…) afin qu’aucune fracture ne soit effectuée sur la roche-mère ce qui pourrait provoquer une catastrophe écologique sans précédent.
Pour eux, il est important de lancer réellement la transition énergétique dès maintenant. Ils déplorent le fait que le photovoltaïque et l’éolien ne pourront pas régler seuls le problème car nous sommes trop nombreux. Il faudrait changer notre mode de consommation pour pouvoir enfin se détacher des énergies fossiles et fissiles.

Sylvain Angeraud, membre des Amis de la Terre, est lui aussi mécontent car cette conférence n’a apporté absolument rien de nouveau. Il considère que le compte rendu de la table ronde « Préparer le débat national sur la transition énergétique » ne représente pas les débats qui y ont eu lieu. Il regrette amèrement que les débats soient restés franco-français et il aurait souhaité que nous invitions d’autres pays et en particulier ceux du Sud.

Découvrez tous les services Quelle Energie Pro



Vos réactions

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi lu