Du nouveau pour la recharge des véhicules électriques !

Nouveautés pour la recharge des véhicules électriques
Crédit : site Drive Eco

Les véhicules électriques et hybrides sont au cœur de la transition énergétique. Moins polluants, leur développement permettrait de remplacer progressivement le parc automobile français. Face à des problématiques comme l’autonomie des véhicules ou l’accessibilité aux bornes de recharge, le secteur est dynamique et de nombreux projets voient le jour ! Au programme : un parasol solaire pour la recharge des véhicules électriques, du carbure de silicium pour booster leurs performances et une meilleure modularité des bornes de recharge.

Le solaire au service de la transition énergétique

Les utilisateurs de véhicules électriques sont bien souvent sensibles à l’origine de l’électricité. A n’importe quelle borne de recharge en France, elle sera d’origine nucléaire. Mais pourquoi ne pas utiliser une énergie renouvelable pour la recharge des véhicules électriques ? C’est ce que propose la start-up DrivEco, filiale de Corsica Sole avec son concept Parasol, primé aux Trophées de la Transition Energétique 2016 dans la catégorie Transport.

Une toiture photovoltaïque de 150 m² est équipée de 88 panneaux pour une puissance de 29 kWc (kiloWatt crête). En forme de parasol, elle est capable de recharger jusqu’à 8 véhicules simultanément grâce à une puissance de charge maximale de 70 kW. Le système est flexible puisque les bornes sont universelles et adaptables à n’importe quel type de véhicule (voiture, deux roues, électrique seul ou hybride) grâce à des prises en courant alternatif triphasé AC (socle E/F, T1, T2, T3) et en courant continu DC (Chademo et Combo II).

Pour pallier le problème de l’intermittence, le Parasol dispose d’une batterie capable de stocker 8 kWh d’électricité, autorisant ainsi la charge des véhicules de jour comme de nuit. L’ensemble du système est pensé pour adapter la consommation à la production et inversement. Ainsi, la batterie de stockage permet une consommation plus élevée que la production en cas de forte demande. Et au contraire, lorsque la demande est moindre, le surplus de production d’électricité photovoltaïque est injecté dans le réseau électrique.

Tout ceci est bien sûr relié à un logiciel de gestion intelligente de l’énergie, capable de diriger l’électricité produite vers une borne si un véhicule est branché, à défaut vers la batterie du Parasol ou bien la réinjecter sur le réseau électrique local. Les Parasols peuvent également communiquer entre eux pour optimiser les puissances et les temps de charge.

Deux Parasols sont déjà installés à Ajaccio et Bastia, bénéficiant du bon ensoleillement sur l’Île de Beauté. A terme, l’objectif est d’étendre la présence des Parasols sur toute l’Île pour créer un réseau de stations-services solaires.

Le saviez-vous ? Quelle Energie Pro peut vous aider à développer votre entreprise en vous apportant de nouveaux clients.

Enedis facilite la recharge des véhicules dans le résidentiel collectif

Toujours sur la problématique de la recharge des véhicules, on constate aujourd’hui que le manque de bornes est un frein pour l’utilisateur. En réponse au droit à la prise, Enedis (anciennement ERDF) propose l’implantation de systèmes de bornes modulables dans le résidentiel collectif. C’est le projet BienVEnu, soutenu par l’ADEME et vainqueur du Grand Prix du jury des Trophées de la Transition Energétique 2016.

Depuis 2014, le droit à la prise peut être invoqué par tout utilisateur de véhicule électrique résidant dans une copropriété comprenant un parking clos et couvert. Si le comptage et la facturation de l’électricité sont individuels, l’utilisateur peut installer une borne de recharge des véhicules sur sa propre place de stationnement, à ses frais. Mais en avoir le droit ne signifie pas qu’il soit aisé de le faire. Les travaux peuvent être lourds et décourager plus d’un conducteur de se lancer.

Pour faciliter ce droit à la prise et parce qu’il est persuadé que la recharge des véhicules électriques dans l’avenir aura lieu chez l’utilisateur directement, Enedis a développé un système de pré-équipement des parkings en vue du raccordement de futures bornes de recharge de électriques. Ce dispositif sera complété par deux voitures électriques en autopartage accessibles à tous les résidents. Le projet s’adresse bien sûr prioritairement aux bâtiments neufs.

Pour favoriser la mobilité bas carbone et aller dans le sens de la transition énergétique, l’accès aux infrastructures nécessaires doit être facilité. Le projet BienVEnu est un bel exemple en réponse aux lois Transition Energétique, Massat et Grenelle 2. Cette dernière exige qu’au moins 10% des places de stationnement soient pré-équipées pour recevoir des bornes de recharge dans les bâtiments collectifs et immeubles de bureaux construits depuis le 1er juillet 2012.

Le Carbure de Silicium miniaturise l’électronique et le rend plus puissant

L’Université d’Etat de Caroline du Nord a développé un onduleur plus performant et moins encombrant que ceux utilisés majoritairement dans les batteries des véhicules électriques.

L’onduleur intervient dans un ensemble de composants que l’on appelle électronique de puissance, faits notamment de Silicium. Pour améliorer leurs performances, les chercheurs américains ont remplacé le Silicium par du Carbure de Silicium (SiC). Ce semi-conducteur à « grande bande interdite » améliore l’efficacité du système électronique et plus globalement le rendement de toute la chaîne électrique. Il permet de ce fait de réduire la taille de la batterie, un enjeu actuel majeur. Le matériau favoriserait également la dissipation de la chaleur. Le prototype mis au point fonctionne avec une puissance de 55 kW, adaptée aux véhicules hybrides. Les recherches se poursuivent donc pour atteindre les 100 kW nécessaires pour une utilisation sur des véhicules 100% électriques.

Ces recherches contribuent à la miniaturisation de l’électronique de puissance et plus largement à la diminution de la masse des voitures électriques afin d’augmenter leur autonomie, frein majeur de beaucoup de consommateurs pour sauter le pas vers les voitures électriques.

L’intérêt pour le Carbure de Silicium n’est pas nouveau. Des constructeurs et laboratoires se sont déjà intéressés à ce semi-conducteur à large bande interdite pour réduire les pertes liées à l’électronique de puissance. Le cabinet de conseil américain Lux Research estimait déjà en 2014 pouvoir faire baisser de 4500€ le prix d’une Tesla Model S grâce à l’utilisation du Carbure de Silicium. Pour se poursuivre, les recherches sur cette thématique nécessitent encore plus de fonds.

Découvrez tous les services Quelle Energie Pro



Vos réactions

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi lu