Les ENR en constant développement !

Les EnR se développent
©Ideol
Que ce soit en laboratoires ou sur les sites de constructions, plus rien ne semble pouvoir stopper l’avènement progressif des EnR dans nos sociétés. Production de carburant solaire, d’hydrogène à bas prix à partir d’eau et installation des premiers parcs français d’éoliennes en mer…voici le programme riche en perspectives de ce nouveau tour d’horizon d’un secteur qui n’en finit plus d’innover !

Le Soleil, prochaine source de carburant ?

L’idée peut sembler complètement surréaliste, pourtant des chercheurs suisses de l’Institut Paul Scherrer et de l’Ecole Polytechnique de Zurich ont bien réussi à mettre au point un procédé permettant de transformer l’eau et le C02 en carburant grâce à l’énergie solaire ! Cette prouesse technique ouvre la porte à de nombreuses applications tant pour l’utilisation de l’énergie solaire que pour son stockage…
Ce nouveau procédé s’inspire du principe de fonctionnement des fermes solaires, ou des centaines de panneaux solaires réfléchissants concentrent les rayons solaires sur un « chaudron », qui en chauffant à plus de 500°C dégage de la vapeur, convertie par la suite en électricité par une turbine.
Les chercheurs suisses se sont basés sur le principe du cycle thermochimique en soumettant de l’oxyde de cérium, sur lequel une fine couche de rhodium a été déposé, à des températures dépassant les 1500°C, poussant cet oxyde à perdre des atomes d’oxygène et cherchant à en récupérer à mesure que la température chute. Le rhodium maximise les effets de cette réaction.
En faisant réagir ce matériau en « manque » d’oxygène avec de l’eau (H2O) et du dioxyde de carbone (CO2), ils ont pu provoquer la transformation de l’eau en hydrogène(H2) et du dioxyde en monoxyde de carbone (CO), tous deux utilisables pour produire du carburant (méthane, essence, diesel…) et aisément stockables. Le cérium se ré-oxydant durant le processus, le cycle peut alors recommencer !
Les premiers tests ont été concluants et les matériaux utilisés ont résisté aux températures extrêmes nécessaires…Une invention à suivre de très près !

Astuce ! Réduisez le coût de votre prospection commerciale avec le service Quelle Energie Pro d'apporteur d'affaires.

Transformer l’eau en hydrogène à bas prix !

Nous restons dans le domaine de l’hydrogène avec cette découverte d’une équipe de chercheurs de l’Institut Royal de Technologie de Stockholm permettant la production peu coûteuse d’hydrogène à partir d’eau !
L’oxydation électrochimique existe déjà, cependant elle implique l’utilisation de métaux rares et coûteux. C’est en ayant en tête l’idée de rendre ce processus moins coûteux et facilement applicable à grande échelle que l’équipe menée par Ke Fan a mis au point un nouveau catalyseur.
Ils ont ainsi conçu un hydroxyde double composé de nickel et de vanadium, disposés en couches nanométriques, plus compétitif tant en terme de prix que de performances que ses concurrents faits à partir de métaux rares.
A terme, Ke Fan et son équipe et son équipe espèrent bien lancer une révolution basée sur la production de l’hydrogène à bas coût, et généraliser l’utilisation de cette énergie 100% renouvelable et non- polluante.

Le saviez-vous ? Quelle Energie Pro peut vous aider à développer votre entreprise en vous apportant de nouveaux clients.

Le vent marin souffle sur les pales françaises

Deux excellentes nouvelles pour le secteur de l’éolien français avec le feu vert donné par 3 préfectures françaises(…) aux premiers parcs éoliens offshore en France et l’exportation de la solution éolienne flottante d’Ideol, jeune pousse française, au Japon .

Le coup d’envoi officiel des 3 premiers parcs éoliens offshore français a été donné en ce début juillet. Ces 3 projets se situeront, sauf recours, au large de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), de Fécamp (Seine-Maritime) et de Courseulles (Calvados). Ces projets ont été choisis au cours de l’année 2012 suite au premier appel d’offres de projets éoliens lancé par le gouvernement.
La mise en service de ces parcs devrait s’effectuer en 2020 sauf recours ou complications techniques. Chacun de ces parcs sera composé de 75 à 80 éoliennes développant entre 450 et 498 MW et sera situé à une douzaine de km des côtes. Ils représentent un investissement de 2 à 2.5 milliards d’euros chacun, assumé en majorité par EDF Nouvelles Energies, Alstom Renewable Power et le groupe canadien Enbridge.

L’éolien français intéresse aussi à l’étranger comme en témoigne le contrat d’ingénierie passé en juin 2015 par le groupe Hitachi Zosen, leader mondial de l’éolien marin portant sur la construction de deux éoliennes flottantes conçues par Ideol, jeune société française de l’éolien offshore, au large des côtes japonaises. Ces deux éoliennes flottantes dont la mise en service est prévue courant 2017, seront conçues de manière différentes, tout comme leurs flotteurs et leurs lignes d’attaches, afin d’évaluer les performances des différents matériaux et d’opter pour la meilleure solution afin de construire à terme les « premières fermes éoliennes de dimension commerciale ».

Découvrez tous les services Quelle Energie Pro



Vos réactions

Les internautes qui ont lu cet article ont aussi lu