Le congrès Smart Energies 2018 – Jour 2

ecologie-tennis1

Vers le résumé du jour I

En ce mercredi 6 juin, le magazine QuelleEnergie.fr était présent à l’édition 2018 des Smart Energies. Les grands enjeux énergétiques des prochaines années ont été évoqués par différents experts de l’énergie. Voici un résumé de la seconde journée du congrès.

Intelligence artificielle machine learning, quelle place dans le monde énergétique de demain ?

Arnaud de Moissac de Dcbrain et Jean-Laurent Shaub de Ween ont échangé sur le potentiel de l’intelligence artificielle dans le secteur de l’énergie. Pour Jean-Laurent Schaub « on peut parler de vraie révolution lorsque l’IA est capable de s’occuper de l’objet, de façon plus sécurisée que ce que ferait un être humain ; lorsque l’objet devient autonome dans son fonctionnement ». Arnaud de Moissac a évoqué l’Intelligence artificielle hybride, à savoir « l’intelligence artificielle comme support et non comme modèle de remplacement. »

Mobilité durable et multi énergie : outil d’un développement économique global au service du local

Edouard Cereuil, responsable des énergies à Morbihan Energie, a abordé la mobilité durable en présentant de nouvelles opportunités: l’existence d’infrastructures de recharge pour véhicules électriques (IRVE), mais également d’autres types de carburants pour les véhicules tels que l’hydrogène ou le gaz naturel (GNV) : « Nous avons des solutions complémentaires en fonction des usages, des territoires et des services que l’on attend ». Il a ensuite présenté la mobilité dé-carbonée comme étant un moyen de gestion complémentaire des énergies renouvelables : « Le but est d’aller chercher les objectifs de communication sur le véhicule ainsi que sur la borne. Ces deux éléments vont permettre d’optimiser la recherche et d’abaisser les appels de puissance. La deuxième étape est la partie vehicule-to-grid, où il s’agit de décharger l’énergie du véhicule pour aller dans le bâtiment.».

ecologie-tennis1

Open data pour piloter la transition énergétique

Claire Niclot de RTE et Adeline Truffier de GRTgaz ont ouvert le débat de l’open data. Elles ont souligné l’importance de l’ouverture des données pour le monde énergétique et par la création d’une plateforme partagée par les différentes entités. Claire Niclot expliquait ainsi que « la consolidation des analyses a toujours été très attendue par les parties prenantes d’où la production régulière de bilans lourds. Les lois adoptées sur l’écologie et le numérique ont accéléré la mise en place de formats inédits et exploitables. »
Le format de la mise à disposition de ces données est en pleine réflexion afin d’en tirer une efficacité maximale. Au-delà de l’utilité des data, elles sont revenues sur le traitement des données multi-énergies et multi-territoires et la cohérence de ces dernières.
La possibilité de trouver de manière centralisée toutes ces données de référence représente un riche outil non négligeable pour les utilisateurs, sur l’aspect diagnostic comme prospectif. Adeline Truffier a conclu l’intervention en plaçant la fiabilité et la transparence à la base même de ce dispositif.

En bref

Lors de cette deuxième journée de Smart Energies 2018, les intervenants ont démontré que l’innovation chamboule tous les pans du monde de l’énergie. Blockchain, open data, intelligence artificielle ou digitalisation s’imposent comme les outils privilégiés pour façonner l’énergie de demain. Ils bouleversent les modèles traditionnels pour tous les acteurs et à tous les niveaux. La mutation énergétique est plus que jamais d’actualité.

*certaines parties de l’article sont inspirées des comptes-rendus officiels du congrès*

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :