Ce qu’il faut retenir de la stratégie française pour l’énergie et le climat

À l’horizon 2028, la France va devoir réduire de 14 % ses consommations énergétiques, notamment en recourant le moins possible aux énergies fossiles. Dans la nouvelle stratégie française pour l’énergie et le climat, cet objectif apparaît comme une priorité centrale : pour l’atteindre, plusieurs évolutions sont envisagées. Au programme, une simplification des CEE (certificats d’économies d’énergies) et des aides à la rénovation énergétique plus accessibles.

La programmation pluriannuelle de l’énergie met l’accent sur les économies d’énergie

Dans sa nouvelle PPE (programmation pluriannuelle de l’énergie), la France dresse ses principaux axes stratégiques pour accélérer la transition énergétique et diminuer son empreinte carbone, de manière à atténuer les effets de notre activité sur le réchauffement climatique.

Pour cela, la priorité reste de faire un maximum d’économies d’énergie. La première échéance est fixée en 2023 : il faudra que les consommations énergétiques soient 7 % inférieures à celles de 2012. Ensuite, les efforts devront se poursuivre pour atteindre une baisse de 14 % en 2028.

Initialement, la loi pour la transition énergétique imposait une réduction de 20 % des consommations d’énergie finale pour 2030, toujours par rapport à 2012. Le gouvernement freine clairement ses ambitions sur cette nouvelle PPE, estimant qu’elles ne sont pas réalistes dans les conditions actuelles. Malgré tout, de nombreux changements sont prévus pour réussir à respecter ces objectifs.

Mieux utiliser le CEE, un instrument efficace pour favoriser les rénovations énergétiques

Méconnu des consommateurs, le Certificat d’Économies d’Énergies permet, par exemple, d’installer une pompe à chaleur à partir de 1 € (grâce au cumul avec les aides de l’Anah). Dans la PPE, on lit que ce dispositif génère 530 TWh d’économies d’énergies chaque année, avec des investissements entre 2 et 3 milliards d’euros.


Estimez le coût de vos travaux de rénovation grâce au simulateur gratuit de QuelleEnergie.


Avant la fin de l’année, la PPE va éclaircir, selon le gisement estimé, les modalités d’application des deux prochaines périodes.

Simplifier l’accès aux aides à la rénovation

De nombreuses études statistiques prouvent que les Français connaissent mal les leviers susceptibles de les aider à rénover leur maison. C’est la raison pour laquelle, dès 2020, le CITE va être transformé en prime versée directement aux ménages modestes par l’Anah.

Pour tous les consommateurs dont les revenus dépassent les plafonds de l’Anah, un nouveau CITE sera mis en place, avec un barème forfaitaire élaboré en fonction de l’efficacité des chantiers. Aujourd’hui, le taux unique du CITE ne permet pas de favoriser les actions les plus profitables pour faire davantage d’économies d’énergies. Cette réforme vise aussi à faciliter, pour les particuliers, le choix des travaux à privilégier.

Dans cette même optique, dès 2021, tous les ménages modestes auront droit à un audit énergétique 100 % financé (pour les logements classés F ou G).

Finalement, pour inciter davantage les Français à rénover, il ne s’agit pas uniquement d’augmenter les aides, mais bel et bien d’adapter les modes de distribution aux besoins de chacun.

Le saviez-vous ?

 

En réalisant des travaux d’économies d’énergie, vous pouvez diviser jusqu’à 3 vos factures de chauffage et ainsi augmenter votre pouvoir d’achat. Grâce aux nombreuses aides existantes, le coût des travaux de rénovation énergétique est considérablement allégé. Profitez-en !

 

Rénover les biens locatifs : un vaste chantier prioritaire

En France, beaucoup de passoires thermiques sont des logements loués. Le gouvernement envisage une politique bien particulière pour encourager les propriétaires à rénover ces habitats qui consomment trop d’énergies.

Dès 2023, il est question d’interdire la mise en location des logements dont la classe énergétique est égale ou inférieure à F. À ce titre, le groupe Effy propose d’ailleurs d’expérimenter le bonus-malus des passoires thermiques dans les zones détendues, avant sa généralisation, afin d’analyser son impact sur les prix de vente. Il souhaite parallèlement qu’une réflexion soit lancée autour des dispositifs d’incitation fiscale à la rénovation pour les propriétaires bailleurs.

La nouvelle PPE fixe des objectifs et des moyens pour les atteindre, mais elle engage aussi de nouvelles discussions pour favoriser la transition énergétique. Dans les prochaines semaines, notamment avec les conséquences du grand débat national, on peut espérer d’autres initiatives pour le climat et les énergies renouvelables.

 

 

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :