Artisans du BTP : que faire des déchets de chantier ?

Puisque le secteur du bâtiment et des travaux publics génère les ¾ des déchets en France (à savoir 250 millions de tonnes chaque année), des mesures sont en train d’être mises en place pour lutter contre ce gaspillage dû aux déconstructions et à la rénovation des logements. L’objectif fixé au secteur est de valoriser 70 % des déchets d’ici 2020. Même si le secteur a d’autres retards comme celui de ses émissions de CO2, la gestion et le traitement des déchets sont des enjeux cruciaux pour la transition énergétique. Seulement, les acteurs peinent à se mettre d’accord sur la forme que doivent prendre les obligations.

l

Le BTP : un mauvais élève pour l’environnement

En plus de générer les ¾ des déchets en France, le secteur du BTP émet beaucoup de CO2.

Émissions carbone

La gestion actuelle des déchets du BTP (incinération, enfouissement) génère d’importantes émissions de gaz à effet de serre. Le recyclage permettrait donc de réduire ces émissions.

Les mesures mises en place par la FFB

La Fédération Française du Bâtiment (FFB) a mis en place des mesures en insistant sur trois axes :

  • Encourager les entreprises dans la gestion de leurs déchets en les accompagnant pour que des mesures soient mises en place.
  • Sensibiliser les maîtres d’ouvrage à la gestion des déchets dans le secteur du bâtiment puisque les responsables de ces déchets doivent non seulement s’occuper de leur devenir mais aussi anticiper cette gestion en réalisant un diagnostic de ces déchets avant de démolir les bâtiments de grande ampleur.
  • L’établissement de partenariats pour que tous les acteurs de la construction financent les infrastructures d’élimination des déchets sur les chantiers.
  • Un retard conséquent

    l

    Le secteur du BTP a un retard important en termes de gestion de ses déchets. En effet, le coût d’élimination des déchets actuel est estimé à 2,5 milliards d’euros chaque année, à savoir 3,5 % du chiffre d’affaires global de l’activité. Si la gestion des déchets était efficiente, le secteur pourrait dédier plus que 1,2 milliard d’euros à la gestion de ses déchets et donc économiser 1,3 milliard d’euros.

    Des mesures ont été mises en place sans trop de résultats. Si la loi de transition énergétique de 2017 mentionne que l’Etat et les collectivités doivent utiliser au moins 50% de matériaux recyclés. Cet objectif est pourtant difficile à atteindre dans le secteur et un nouvel objectif de 70 % des déchets réutilisés d’ici 2020 semble également accuser ce retard.

    Comment faire pour recycler ces déchets ?

    l

    Solutions du Gouvernement

    L’objectif du Gouvernement était d’instaurer une responsabilité élargie du producteur (REP) dans le bâtiment, qui permettrait de financer une reprise gratuite des déchets du secteur. Les fournisseurs de matériaux de construction s’occuperaient donc d’organiser les collectes de déchets du bâtiment et de leur reprise.

    Des solutions alternatives

    De plus, les prix de mise en décharge augmentent beaucoup, ce qui encourage les solutions alternatives comme le recyclage. Inspirées par cette problématique, des start-ups ont eu l’idée de créer des solutions digitales pour faciliter la gestion des déchets et plus précisément les relations entre chantiers et les infrastructures de récupération des déchets. C’est ce que fait Backacia puisqu’elle permet de transformer les surplus de commandes et les déchets du bâtiment en réduction sur le prix des ressources (pouvant atteindre 80 %) aux artisans. Pour ce qui est des plus gros acteurs du secteur (Bouygues, Vinci, Eiffage…), ils investissent plus dans la R&D pour que de nouvelles solutions innovantes et efficientes émergent.

    Une opposition de taille aux projets de loi

    l

    Le Conseil supérieur de la construction et de l’efficacité énergétique (CSCEE), composé de tous les acteurs du secteur du BTP (quatorze organisations professionnelles comme l’Unicem, l’AIMCC, la FFB ou encore l’Union sociale pour l’habitat) s’est opposé à l’instauration d’une filière de reprise des déchets du bâtiment (REP). Ce Conseil est chargé de formuler des avis et des recommandations sur les thématiques liées à la construction depuis 2015 et c’est dans ce cadre que le projet de loi a été critiqué. De plus, l’instance regrette que la voix des acteurs du secteur n’ait pas été écoutée par le Gouvernement.

    Pourquoi cette opposition ?

    « C’est sans concertation que cette mesure a fait son apparition dans le projet de loi. C’est donc sans surprise que le CSCEE émet un avis défavorable sur cette mesure obligatoire », a indiqué le Conseil dans un communiqué de presse daté du 25 juin. Les quatorze acteurs regrettent aussi « que le dispositif législatif ne se soit pas inspiré de l’étude des quatorze organisations professionnelles (maîtrise d’ouvrage, industriels, entreprises de travaux, distributeurs, opérateurs déchets), qui se sont réunies sur recommandations des pouvoirs publics. Cette étude propose des actions pour améliorer significativement la gestion des déchets du bâtiment dans le cadre d’une économie circulaire. »

    Plus concrètement, l’instance alerte sur les conséquences néfastes d’une telle mesure qui d’après eux « aura un impact négatif sur l’ensemble des filières des matériaux de construction (béton, plâtre, verre, plastiques, laines minérales) qui pour certaines ont déjà mis en place des pratiques de recyclage propres et des réseaux de récupération (souvent sous l’impulsion des conventions passées avec le ministère chargé de l’environnement (ECV) ». Enfin, les négoces de proximité seraient selon eux les seuls à porter le poids du dispositif et c’est pourquoi le Conseil alerte les pouvoirs publics sur les « effets induits sur l’économie locale du bâtiment ».

    De nouveaux enjeux de taille

    Alors que le secteur du BTP doit déjà faire face à de gros enjeux en ce qui concerne la gestion de ses déchets, le projet du grand Paris avec 200 km de lignes et 69 gares, représente des chantiers de taille et donc des tonnes de déchets. Ces grands projets devraient permettre d’accélérer la prise de décisions concernant la gestion de l’après-travaux propre à l’activité.

    Le saviez-vous ?

     

    Quelle Energie Pro vous met en relation avec des clients sérieux à la recherche d’artisans.  Rejoignez notre réseau de partenaires !

     

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :