Conférence de presse : pour une loi énergie-climat ambitieuse

Le 12 juin, nous étions présents à la conférence de presse organisée par le Réseau Climat Action qui a partagé ses propositions concernant la loi énergie-climat débattue au parlement cette semaine. En effet, depuis 2015, la France s’est fixé des plafonds d’émissions carbone à ne pas dépasser, mais ces derniers n’ont pas été respectés. La loi énergie-climat est donc l’occasion de faire le bilan des résultats obtenus et des urgences à prendre en compte. WWF et Greenpeace étaient présents, comme d’autres associations qui sont impliquées dans la lutte contre le dérèglement climatique. La loi, qui prévoit de décaler les objectifs de 10 ans et de renforcer quelques objectifs, devrait, selon eux, donner la priorité à l’action immédiate.

Pourquoi cette conférence ?

l

Bilan rapide des efforts réalisés

Le Réseau Action Climat a proposé des solutions concrètes en termes de transition énergétique puisque le bilan des efforts réalisés par la France est, d’après eux, loin d’être satisfaisant. En effet, si la consommation d’énergie en 2017 a été supérieure de 4,2 % aux objectifs fixés par le gouvernement, la France est aussi en retard de 18,7 % sur la consommation d’énergies renouvelables prévues en 2020 et ne respecte donc pas son engagement vis-à-vis de l’Union européenne. Le Directeur du CLER (Réseau pour la transition énergétique), Jean-Baptiste Lebrun, a rappelé que l’objectif avancé par Edouard Philippe au début du mandat était de supprimer les passoires thermiques en 10 ans. Concernant ces logements de classes F ou G, au nombre de 7,4 millions en France, l’objectif de 500 000 logements rénovés par an, fixé en 2017, est loin d’être atteint et la mise en œuvre semble plus complexe que prévue.

Un projet de loi débattu cette semaine

l

D’après le Réseau Action Climat, c’est le bon moment pour agir puisqu’un arsenal administratif existe déjà depuis plusieurs années, qu’il s’agisse de la loi Brunel ou de la loi sur la transition énergétique. La situation n’est, d’après eux, plus à la planification de mesures à long terme mais d’actions immédiates, compte tenu de l’urgence climatique. Celle-ci a été soulignée dans le dernier rapport du GIEC qui alerte sur les conséquences d’un réchauffement global supérieur à 1,5°. A ce sujet, Célia Gautier, Responsable Climat-énergie de la Fondation Nicolas Hulot pour la Nature et l’Homme, a avancé lors de la Conférence de Presse qu’ « entre 1,5° et 2°, il y a tout un monde ».

Des propositions de rénovation énergétique à court terme

Éliminer les passoires thermiques

  • L’obligation de rénovation des logements F et G en cas de changement de locataire dès 2020
  • L’obligation de rénovation des logements F et G en cas de changement de propriétaire dès 2022
  • Un accompagnement nécessaire et lucide

    Pour ce faire, il a été rappelé que le Service Public de la Performance Energétique de l’Habitat (SPPEH), qui a été instauré par la loi sur la transition énergétique, n’a toujours pas été mis en œuvre. De plus, il est nécessaire, selon le Réseau Action Climat, de mettre en place des outils financiers simples et accessibles pour la rénovation énergétique.

    Des solutions possibles
    l

    Certains ont peur que trop de logements sortent du parc locatif à cause de l’obligation de rénovation énergétique des passoires thermiques. Pourtant, cet argument semble désavoué quand Réseau Action Climat avance que le nombre de logements dans le parc locatif a augmenté de 23,5 % entre 2001 et 2017 alors même que des mesures plus strictes concernant la décence de ceux-ci ont été mises en place. De plus, les associations ont précisé que seulement 7 % des passoires du parc locatif privé, à savoir 218 000 logements, appartiennent à des bailleurs très modestes et 6 % à des bailleurs modestes. Aussi, la plupart des propriétaires bailleurs peut investir sans aide publique supplémentaire.

    Les annonces d’Edouard Philippe à l’Assemblée nationale

    l

    Le Premier Ministre a annoncé que « Les douze prochains mois seront ceux de l’accélération écologique » dans son discours de politique générale puisqu’au « aujourd’hui les jeunes nous bousculent » sur ces thématiques environnementales. Edouard Philippe a donc présenté plusieurs mesures dont certaines qui concernent la rénovation énergétique. De plus, un amendement adopté en commission du développement durable et de l’aménagement du territoire prévoit l’interdiction de louer des « passoires thermiques » en 2025 pour les zones tendues et en 2028 pour le reste du territoire français.

    • Ouverture des discussions à l’échelle européenne pour définir une nouvelle régulation du prix de l’électricité
    • Réforme des aides à la rénovation énergétique et notamment la transformation du crédit d’impôt en « aide plus massive » pour ceux qui en ont le plus besoin

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :