Secteur de l’énergie : ce qui change en 2018 !

Secteur de l'énergie, ce qui change en 2018

En 2018, le visage du secteur de l’énergie est une nouvelle fois changé. Chaque année apporte avec elle son lot de nouveautés, en matière de réglementation, de normes et de taxes. Zoom sur tout ce que les Français vont payer de plus ou de moins pour se chauffer, s’éclairer ou isoler leur logement.

Une augmentation des tarifs du gaz Engie

Engie – ex GDF Suez- a choisi au 1 er janvier 2018 d’augmenter d’une moyenne de 6,9 % le prix règlementé du gaz naturel. Le groupe industriel énergétique français expliqué cette hausse par l’augmentation d’une taxe elle-même prélevée par la Commission de régulation de l’énergie, une répercussion directe de l’augmentation du prix du gaz sur les marchés de gros.


Quelle Energie vous rappelle que depuis plus de 10 ans, l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence a permis aux Français de changer de fournisseur de gaz ou d’électricité librement.


Retrouvez toutes les informations sur les différents fournisseurs d’électricité/gaz
dans cet article


L’arrivée d’un petit nouveau : le chèque énergie

Les tarifs dits « sociaux » dont bénéficiaient près de 4 millions de ménages français pour le gaz et l’énergie prennent la forme d’un « chèque énergie ». Délivré au printemps, et d’une valeur moyenne de 150 €, le chèque énergie permettra aux consommateurs d’énergie les plus fragiles de bénéficier d’un coup de pouce financier non négligeable.

Testé et approuvé en 2016 par quatre départements, ce dispositif concerne ainsi un plus grand nombre de Français et change sur la forme comme sur le fond : il permet maintenant de palier à tous types de dépenses énergétiques et peut également être utilisé pour payer les travaux de rénovation énergétique de son logement.

Ce chèque énergie sera donc adressé aux ménages français percevant des revenus annuels de moins de 7 500 € pour une personne seule et de 16 100 € pour un couple avec deux enfants.

Le saviez-vous ?

Le saviez-vous ?

 

Vous souhaitez réaliser des économies d’énergie ? Le simulateur gratuit Quelle Energie vous permet de savoir quelles sont les solutions les mieux adaptées pour votre logement.

 

Les changements à noter du Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique

24 Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) a été prolongé jusqu’à la fin de l’année 2018 mais comporte tout de même quelques changements. Désormais, ce crédit d’impôt est concentré sur des travaux réduisant significativement les dépenses énergétiques d’un logement : isolation des combles ou changement du système de chauffage par exemple. Il convient alors de se renseigner correctement sur toutes les modalités de ce nouveau crédit d’impôt avant d’entamer ses travaux. Deux précisions figurent déjà sur le site du gouvernement :

  • Le taux du crédit d’impôt est ramené à 15 % (au lieu de 30 % précédemment) pour les dépenses d’acquisition de matériaux d’isolation thermique des parois vitrées, de volets isolants et de portes d’entrée donnant sur l’extérieur […]
  • Les chaudières à fioul sont exclues du dispositif dès le 1er janvier 2018 […]

Pour l’année 2019, le CITE sera transformé en une prime versée seulement à l’achèvement des travaux.

Une sélection plus drastique des cheminées et poêle à bois « Flamme verte »

Face à la croissance du marché des poêles à bois par exemple et aux possibles manipulations des fournisseurs et fabricants, les critères d’obtention du label « Flamme verte » ont été durcis. Seuls les poêles à bois dotés de  ou 7 étoiles seront labellisés, excluant alors les dispositifs qui n’en comptaient que 5. Pour cette nouvelle année de transition, ces derniers resteront tout de même éligibles au Crédit d’Impôt Transition Energétique (CITE) mais ne seront pas reconduits en 2019.

Les autres suites de la loi sur la transition énergétique

Dans le secteur du bâtiment, le décret du 11 mars 2017 sur la « décence des logements » entre en vigueur, ajoutant de nouveaux critères d’isolation aux précédentes exigences concernant l’eau et l’électricité de ces habitations.

Enfin, un décret publié le 21 décembre dernier annonçait que les bâtiments collectifs neufs pouvaient déroger à la RT2012 jusqu’au 31 décembre 2019 : alors que cette réglementation limite normalement leur consommation énergétique à 50 kWh/m2/an en moyenne, la dérogation qui les autorise à consommer 15 % de plus est prolongée de deux années encore.

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :