Dépenses énergétiques: une facture allégée en France en 2016

allegement-facture1

En un an, la facture énergétique des Français a chuté de 8,4 milliards d’euros ! Comment interpréter cette donnée révélée en mars 2018 par le Commissariat général au développement durable (CGDD) ? En pratique, les consommateurs apprécient de dépenser moins pour se chauffer ou utiliser l’électricité. Mais ces statistiques montrent-elles une meilleure capacité à économiser nos énergies ? On peut spontanément répondre à cette question par l’affirmative, sachant que d’autres paramètres contextuels ont favorisé cette diminution.

Les Français consomment de moins en moins d’énergie : pourquoi ?

Les tendances générales

Dans le domaine des transports, on peine aujourd’hui à réduire les dépenses : toutefois, elles tendent à se stabiliser, après des années d’augmentation.

Dans le résidentiel, les tendances sont nuancées : l’hiver a été plus rude en 2016 qu’en 2015, ce qui a contraint la majorité des Français à monter le chauffage, renonçant à de potentielles économies d’énergies. Malgré tout, on établit une baisse de consommation primaire de 3,2 % en tenant compte des variations climatiques, ce qui prouve qu’il existe bien une prise de conscience, du côté des particuliers, autour de l’utilité d’une rénovation énergétique et de la maîtrise de son chauffage !

Pour ce qui concerne l’industriel et le tertiaire, gros consommateurs d’énergies, on observe à nouveau des baisses importantes. Dans de nombreuses entreprises, on prend des initiatives pour que les méthodes de production soient plus vertes. Les préoccupations écologiques sont désormais au cœur des stratégies entrepreneuriales de développement — et cette tendance devrait se confirmer dans les prochaines années.


Souvenez-vous que depuis 2007, EDF et GDF n’ont plus le monopole de production ou de distribution du gaz ni de l’électricité. Vous êtes donc libres de comparer les offres des différents fournisseurs et d’en changer quand bon vous semble.


La modification progressive des comportements

Dans le cadre de la transition énergétique, des tendances se dégagent : en 2016, le recul de la consommation de charbon se renforce, après plusieurs années consécutives de baisse. De même, tous usages confondus, les produits pétroliers sont moins sollicités (résidentiel, tertiaire, agriculture, transport, industrie, etc.).

En revanche, la consommation de gaz naturel et d’électricité augmente pour la deuxième année consécutive, notamment parce que les hivers sont rudes. En parallèle, les énergies renouvelables et issues de la valorisation des déchets sont en plein essor.

La facture baisse car les importations sont moins chères

Concrètement, même si l’on observe un léger recul des consommations énergétiques en France, les hivers rudes ont engendré des demandes importantes en chauffage, ce qui a participé à la hausse des consommations de gaz et d’électricité. La baisse des factures ne peut donc, compte tenu de son ampleur, pas découler totalement d’un changement dans les habitudes et modes de consommation.

En réalité, si la facture est passée de 71 milliards d’euros en 2012 à 31 milliards d’euros en 2016 en diminuant de moitié, c’est parce que les matières premières sont affaiblies sur les cours (gaz, charbon).

prix-energies2

Les biocarburants et le gaz sont de plus en plus importés et, en raison de l’arrêt de certaines centrales nucléaires, les énergies primaires non-transformées proviennent plus souvent de l’étranger, ce qui influe sur leurs tarifs.

Ainsi, la modification des prix de l’énergie provient de facteurs géopolitiques et de choix stratégiques de la part des fournisseurs, autant de critères très difficiles à anticiper du côté des consommateurs.

Quelles sont les dépenses réelles des Français en énergies ?

Face à cette importante baisse de la facture globale, difficile de mesurer l’impact pour chaque foyer. L’étude statistique fournie par le CGDD informe qu’en réalité, le montant des factures a baissé pour la majorité des familles.

Le saviez-vous ?

 

QuelleEnergie.fr vous propose d’estimer gratuitement l’efficacité énergétique de votre logement et vous conseille dans le choix de solutions de rénovation les plus adaptées.

 

Le gaz, par exemple, a chuté de 7 %. Les produits pétroliers ont aussi connu des diminutions importantes, de plus de 4 % pour le gazole, de 3,7 % pour les supercarburants et de 10 % pour le fioul domestique.

Mais contre toute attente, les dépenses énergétiques en résidentiel augmentent. En effet, l’électricité est 1,4 % plus chère, ce qui n’est pas sans impact sur le montant de la facture finale. En moyenne, une famille française a quand même dépensé 2 716 € en énergies en 2016 (logement et transports compris), soit 300 € de moins par rapport à 2012.

Pour conclure, retenons que cette baisse de la facture globale s’explique surtout par des facteurs contextuels, bien que l’on observe certaines modifications dans les comportements. En 2016, nous avons dépensé moins d’argent en carburant, mais le budget énergies pour le logement a encore augmenté !

 

On en parle dans cet article

L’électricité

L’électricité est une énergie dont le prix ne fait qu’augmenter. Entre 2002 et 2012, elle a connu une hausse de 17%, ce qui fait de cette énergie la plus chère du marché !

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :