L’Agence Parisienne du Climat : vers Paris 2020

L’Agence Parisienne du Climat : vers Paris 2020

L’Agence Parisienne du Climat (APC) est l’agence opérationnelle de lutte contre le changement climatique et pour la transition énergétique de Paris 2020. Forte de 90 adhérents, elle participe, depuis 2011, à l’atteinte des objectifs du Plan Climat Energie de Paris. Elle est aujourd’hui la référence opérationnelle pour les acteurs du territoire.

Quelle Energie a interviewé l’Agence Parisienne du Climat sur les questions qu’on se pose tous sur le réchauffement climatique. Anne Ged, directrice de l’Agence Parisienne du Climat, a pris le temps de nous répondre.

Vous aussi, à votre échelle, luttez contre le réchauffement climatique et en même temps faites des économies d’énergie.

L’APC a pour mission de traduire et mettre en œuvre les objectifs partagés du territoire et accompagner le changement pour réussir la transition énergétique du territoire. Pour ces missions, l’APC a déployé ses actions autour de trois axes : accompagner les Parisiens dans leur démarche pour réduire les consommations d’énergie ; Contribuer significativement à la réhabilitation du parc bâti parisien et renforcer l’alliance des partenaires autour de la transition énergétique métropolitaine.

Quel est votre regard sur la situation climatique actuelle ?

Comme le rappelle le dernier rapport du GIEC (Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) « Le réchauffement climatique est sans équivoque, et depuis les années 1950, beaucoup de changements observés sont sans précédents depuis des décennies jusqu’à des millénaires ». La température moyenne de la planète montre un réchauffement de près de 0,85°C sur la période 1880-2012. L’atmosphère et l’océan se sont réchauffés, les quantités de neige et de glace ont diminué, et le niveau de la mer a augmenté.

En France, l’amplitude de variation de la température est plus forte qu’au niveau mondial. Le réchauffement est de l’ordre de 1,3°C sur la période 1901-2012 (la météorologie – N°88 – février 2015). Les changements climatiques en France vont dans le même sens que les tendances mondiales à l’instar du nombre de jours chauds qui a augmenté et du nombre de jours froids qui a diminué.

Les observations du changement climatique sont là. Mais au-delà des données climatiques il est important de considérer les impacts. A Paris, comme pour tous les territoires urbains denses, les problématiques de l’îlot de chaleur et des canicules seront prégnantes dans le contexte du changement climatique. Les simulations climatiques parisiennes pour la fin du 21eme siècle (Élaborées par Météo-France dans le cadre de la révision du Plan Climat de Paris) projettent un Paris caractérisé à la fin du 21ème siècle par un climat plus chaud et légèrement plus sec sur l’année qu’aujourd’hui, qui connaîtra des étés bien moins arrosés, avec des canicules et des sécheresses plus fréquentes et plus intenses

Pour quel secteur les parisiens se sentent-ils les plus concernés ?

Au sein des préoccupations des français l’environnement arrive, selon un sondage de l’ADEME, au second plan, bien derrière l’emploi ; les impôts et les taxes ; et les déficits publics et la dette de l’Etat. En ce qui concerne les problèmes environnementaux, le réchauffement climatique arrive en tête des problèmes environnementaux suivi de près par la pollution de l’air.

L’Agence Parisienne du Climat : vers Paris 2020

Suite aux récents pics de pollution, quelles sont vos préconisations pour qu’un jour Paris puisse dire adieu à la pollution de l’air ?

Comme le souligne le plan climat énergies de Paris « Le Transport est le premier secteur émetteur de gaz à effet de serre et la première source de pollution atmosphérique à Paris et, plus largement, dans la métropole parisienne. » Ce sont chaque jour plus de 12 millions de déplacements qui sont effectués, tous modes confondus pour des raisons professionnelles ou personnelles. Ces déplacements émettent l’équivalence de la consommation énergétique du bâti parisien. Le transport de marchandises à Paris fait partie des trois postes les plus émetteurs du bilan de gaz à effet de serre.

Le secteur du transport a également un impact sur la qualité de l’air. Lors d’un débat organisé par l’Agence Parisienne du Climat, Les participants s’accordent sur le fait que la diminution des particules et du dioxyde d’azote (NO2) dans l’air passera par la réduction du parc des véhicules diesel. Il n’y a pas de solution unique, chacun mettra en œuvre ses solutions pour un mix de carburants alternatifs.

Pour développer une mobilité durable, il est nécessaire de prendre en compte les aspects énergies et climat mais également la qualité de l’air, les nuisances sonores et la gestion de l’espace urbain.

Par rapport à il y a 10 ans, comment la pollution à Paris a-t-elle évolué ?

Selon une étude d’Airparif réalisée entre 2002 et 2012, les efforts faits sur cette période pour réduire le trafic routier et favoriser les modes de circulation propres ont permis une baisse de la pollution sans précédent. A travers l’étude est montré qu’en 10 ans, les émissions de particules fines (PM10) ont diminué de 35%, les émissions de NOx (oxyde d’azote) ont diminué de 30% et celles de CO2 (Gaz à effet de serre) de 13%.

En termes de volumes, ces résultats équivalent à 1,7 millions de personnes de moins exposées aux particules fines par an.

Peut-on parler d’un hiver 2014-2015 exceptionnel ?

Non, l’hiver 2014-2015 est très proche de la normale. Même si il ne présente pas de caractère exceptionnel, en prenant du recul on note à Paris, depuis 1988, que la majorité des hivers sont doux avec des anomalies de 0.2°C en 2015 à 2.4°C en 2007. D’autre part on observe que depuis 2002, les hivers sont majoritairement déficitaires en pluie à l’exception de ceux de 2007, 2010, 2013 et 2014 ; le déficit varie de 2% en 2011 à 27% en 2005.

Il est possible d’affirmer avec une grande confiance, que dans le contexte du changement climatique, les hivers doux seront plus fréquents à Paris et dans la Région Ile-de-France à partir de la deuxième moitié du 21ème siècle et qu’ils seront également plus secs.

Vous souhaitez réaliser des économies d’énergie ? Le simulateur gratuit Quelle Energie vous permet de savoir quelles sont les solutions les mieux adaptées pour votre logement.

Pouvons-nous espérer un été chaud et ensoleillé à Paris cette année ?

Attention, on peut donner la tendance sur les futurs étés mais pas prédire un été en particulier. Par exemple l’été 2014 avait été particulièrement maussade malgré une année 2014 exceptionnellement chaude à Paris.

Il ne faut pas confondre météo et climat ! La météo désigne le temps qu’il fait « tout de suite », à court terme. Quand on parle de climat on parle aussi de température, de précipitations, de pression, etc., mais au lieu de parler de valeurs instantanées et locales, on parle de valeurs moyennes sur des dizaines d’années. Ainsi, les simulations climatiques de Météo-France pour Paris à la fin du 21ème siècle prévoient, un climat plus chaud et légèrement plus sec sur l’année que les moyennes d’aujourd’hui, et des étés bien moins arrosés, avec des canicules et des sécheresses plus fréquentes et plus intenses.

L’Agence Parisienne du Climat : vers Paris 2020

Quelle est votre bilan 2014 ?

2014 est une année qui termine un premier cycle d’installation de l’Agence Parisienne du Climat. L’APC compte l’engagement de 90 partenaires représentant le secteur de l’efficacité énergétique, plus de 3 000 rendez-vous physiques pour accompagner les citoyens parisiens en faveur de la transition énergétique et 120 événements organisés (la visite de sites exemplaires, les Cafés climat, le Défi Familles à Energie Positive. Il s’agit d’une première installation positive.

Quelles sont les perspectives 2015 ?

L’APC doit franchir une nouvelle étape en 2015. Il s’agit d’une année importante pour le secteur entre le nouveau mandat d’Anne Hidalgo qui met la rénovation du parc bâti au cœur des préoccupations, la préparation de la COP21 et la Loi sur la Transition Energétique. Une feuille de route sera mise en place pour 2020.

L’APC souhaite renforcer son rôle de tiers de confiance auprès des Parisiens, notamment dans la rénovation énergétique du bâti ; consolider sa mission de lieu d’information et de référence énergie climat du territoire ; mais également d’encourager l’innovation dans la ville de demain et le développement économique.

@Crédit Photo : Agence Parisienne du Climat

Vos réactions

19 Avr

De quoi s’inquiéter pour la pollution parisienne !

celine paris
22 Avr

@caline paris : C’est sûr ! Vous trouverez plus d’informations sur ce site :http://www.airparif.asso.fr/

Mathilde Chevallier



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :