Prime à la casse des chaudières : 80 GWh d’énergie économisés par an

Impulsé par l’ancien ministre de l’Energie, Eric Besson, la prime à la casse des chaudières avait vu le jour en avril 2011. Cette prime avait pour objectif d’aider les ménages Français à remplacer leur ancienne chaudière par un système de même catégorie mais plus performant. Le ministère de l’Ecologie, du développement durable, du transports et du logement a effectué un bilan écologique de cette aide financière terminée le 31 décembre 2011. La présentation de ce bilan fait suite à la demande de Mme Marie-Christine Dalloz, députée du Jura. Voici les principaux chiffres qui en ressortent.

12.000 ménages ont pu bénéficier de cette prime

Cette estimation fait suite à une enquête menée auprès des professionnels. 886 entreprises proposaient la prime pour l’installation chaudière gaz. Pour rappel, les installateurs devaient être autorisés à utiliser le label «Prime à la casse des chaudières». Ainsi, grâce au remplacement de 12.000 chaudières par des chaudières condensation gaz par exemple, le ministère estime que cette mesure permettra d’économiser 80 GWh d’énergie chaque année. De plus, cela évitera l’émission de 25 000 tonnes de C02.

4 millions de chaudières ont plus de 15 ans !

Toujours selon les chiffres du ministère de l’Ecologie, l’énergie gaz et fioul chauffe les deux tiers des Français. Le territoire dispose d’un parc de 18 millions de chaudières dont 4 millions ont plus de 15 ans. Il y en a 3 millions au gaz et environ un million au fioul. Ces chiffres illustrent bien les sources d’économies d’énergie potentielles qui peuvent être générées. Les nouvelles générations de chaudières telles qu’une chaudière à condensation fioul permettent d’économiser jusqu’à 30% d’énergie. Réaliser un tel investissement permet donc de réduire sa facture dont les disparités entre les ménages tendent à augmenter :

La facture annuelle de chauffage représente environ 900 € en moyenne par ménage. Mais les dépenses annuelles peuvent être de seulement 250 € pour une maison « basse consommation » mais plus de 1.800 € pour une maison mal isolée.

Pour information, les fournisseurs d’énergie proposent encore à ce jour des aides financières sous la forme d’une prime à la casse. Alors n’hésitez pas à effectuer notre simulation pour être contacté au plus vite par un installateur qualifié afin d’acquérir une chaudière. Réduisez vos dépenses et augmentez votre confort simplement !

Source : assemblee-nationale.fr

Vos réactions

29 Mai

Il est important de signaler contrairement à ce que dit l’article, qu’il ne s’agit en aucun cas d’une aide gouvernementale, mais d’une aide apportée par certains fournisseurs d’énergie.

Phil
29 Mai

@Phil : Les primes sont effectivement financées par les fournisseurs d’énergie via les CEE, dans le cadre des accords signés lors du Grenelle de l’environnement et labellisées par l’Etat. La période de mai 2011 à fin décembre 2011 visait pour le gouvernement à mettre en avant temporairement cette aide financière souvent méconnue du grand public. Et de plus à encourager les fournisseurs d’énergie à augmenter cette prime pour plus de visibilité.

Clément Blasco
05 Juin

Merci pour cet article, mais précisons qu’une facture de chauffage à 250€ n’est possible que dans un petit logement très bien isolé et possédant un chauffage thermodynamique type pompe à chaleur, car avec un chauffage à combustion fioul ou gaz même à condensation, ce montant semble difficilement atteignable.

thermodynamique
11 Juin

@thermodynamique : Avec une maison passive, la facture de chauffage peut même être nulle ! Donc 250€ c’est tout à fait atteignable. Mais bien entendu, il est plus facile d’atteindre une telle performance avec une maison de petite surface.

Clément Blasco
30 Mar

Ce qu’on ne dit pas ici :
Les performances annoncées de 30% d’économies avec une chaudière à condensation impliquent que le circuit de chauffage, dont les radiateurs, soient compatibles et dimensionnés pour abaisser suffisamment la T° de retour eau de chauffage, pour que la condensation (et donc la récupération d’énergie) se fasse dans de bonnes conditions.
Dans plus de 50% des cas, il faut changer chaudière + radiateurs, sans quoi l’économie de 30% tombe à 10% à peine si on conserve des radiateurs inadaptés. Pas d’aides pour les radiateurs qui coûtent le plus cher.

Charabald Maxime
08 Avr

@Charabald Maxime : Vous avez raison pour l’influence de la température des émetteurs. Il faut une température de retour inférieure à 50-55°C pour voir un début de condensation et un gain de performance par rapport à une chaudière basse température sans condensation, d’où un manque à gagner de l’ordre de 10%. L’idéal est d’alimenter un circuit à basse température couplé à un plancher chauffant, mais il n’est pas toujours possible d’installer ce dispositif en lieu et place d’anciens radiateurs. Améliorer l’isolation du bâti et remplacer tout ou partie des radiateurs par des équivalents à basse température est une stratégie efficace pour gagner sur plusieurs plans. Mais il est vrai que cela rajoute un surcoût non négligeable à l’installation, avec plus de 500€, typiquement, par radiateur basse température.

Mathilde Chevallier



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :