Photovoltaïque : la concurrence chinoise est-elle imbattable ?

Installation panneaux solairesElle est l’une des raisons majeures de la remise à plat étatique et du controversé moratoire sur les projets photovoltaïques de plus de trois kilowatts crête (KWc) (confirmé au début du mois de février par le Conseil d’État) qui l’a accompagnée. Évoquée à maintes reprises par les autorités et bien que méconnue voire carrément ignorée du grand public jusqu’à ces dernières semaines, la concurrence chinoise sur les panneaux solaires est effectivement à l’origine de gros dégâts sur la filière française.

En particulier de l’importante perte de compétitivité de Photowatt, fleuron national « vert » hélas trop peu soutenu pour lui résister et qui se prépare à perdre la moitié de ses effectifs. Les panneaux fabriqués par l’Empire du Milieu sont de moins bonne facture que leurs pairs hexagonaux – ils produisent par exemple 1,8 fois plus de dioxyde de carbone, a précisé la ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet fin décembre 2010 – et leur importation massive génère d’importantes quantités de gaz à effet de serre (GES) mais ils sont aujourd’hui les leaders sur le marché français.

90 % des panneaux solaires installés sur le territoire viennent aujourd’hui de Chine. Une aberration à laquelle il faut impérativement remédier au plus vite. Tout le monde est d’accord là-dessus. Sauf que les solutions préconisées dans le rapport provisoire Charpin-Trink, présenté dans le cadre de la concertation en fin de semaine dernière, qui officiellement n’engage que ses auteurs mais pourrait aiguiller la politique gouvernementale, ne répond pas du tout aux attentes des professionnels en la matière. Ledit rapport « ne pose pas les enjeux vis-à-vis du marché mondial et privilégie une logique comptable sur des chiffres discutables », nous a ainsi confié le directeur général de l’Association professionnelle de l’Énergie Solaire Enerplan.

L’ogre Suntech

En tout état de cause il sera bien difficile de freiner l’ascension de l’insatiable Suntech, « pionnier et leader du marché », ainsi que l’a rappelé notre confrère de Libération Philippe Grangereau, venu enquêter sur place. L’entreprise siège à Wuxi, véritable « Silicon Valley chinoise » situé à une centaine de kilomètres à l’ouest de Shangaï et où la filière photovoltaïque pèse déjà plus de 3 milliards d’euros, « répartis sur une dizaine de grands fabricants et nombre de sous-traitants », précise le quotidien.

Preuve de sa santé éclatante, elle compte aujourd’hui quelque 14.000 employés en Chine et un millier à l’étranger. Entré à Wall Street en 2005, le groupe a depuis fait l’acquisition de locaux ultramodernes, avec notamment une exposition permanente inaugurée l’été dernier par l’ancien vice-président américain Al Gore en personne. Il dispose par ailleurs de filiales dans 14 pays et paraît maintenant trop bien lancé pour s’arrêter en si bon chemin.

Mondialisation oblige, si la quasi-totalité des panneaux sont encore fabriqués « au pays », une unité de production est en passe d’être délocalisée en Arizona (États-Unis). « Pour se rapprocher de (la) clientèle », résume Zhang Jianmin, l’un des représentants de Suntech, interrogé par Libération. Solidement implantée dans les puissances occidentales, la société a réussi le tour de force de devenir une multinationale redoutée en l’espace de 10 ans, malgré le refus de Pékin d’accorder des subventions à l’achat de panneaux solaires. Elle est aujourd’hui le coeur solaire du pays et par extension celui du monde.

Une situation qui risque de faire beaucoup de malheureux aux États-Unis et en Europe dans les années à venir.

On en parle dans cet article

Les panneaux solaires photovoltaïques

Les panneaux solaires photovoltaïques produisent de l’électricité lorsqu’ils sont éclairés par le soleil. L’électricité peut être revendue au réseau ou utilisée pour sa propre consommation.

En savoir plus

Vos réactions

10 Juil

90 % des panneaux solaires vendus en France sont Chinois !
Mais 100% des devis proposés sont avec des prix à la Made In France !!!!
Alors, n’accusez pas le particulier utilisateur final de la magouille des politiciens avec les professionnels du secteur !
Désormais, j’irai acheter mes panneaux en Chine directement et les installerai moi-même avec un rabais de 70% et, même sans carotte fiscale, je reste gagnant !!!
Vous avez voulu jouer à perdant-perdant, alors, d’accord, on va jouer perdant-perdant !!!

delamourd
11 Juil

Je précise de suite : je ne suis pas un inconditionnel des produits chinois ni des Chinois. Par contre, j’ai eu à subir la lourdeur scandaleuse de l’Administration française et de EDF-ERDF OA Solaire en particulier. Il fallait avoir le photovoltaïque vissé au corps.
Pleurer ne sert à rien en la matière. Au lieu de rechercher des agissements coupables ou dénigrer les productions chinoises, il serait plus judicieux de mettre un peu de cohérence dans nos agissements et décisions…. Ministres en tête.
Les panneaux des grands « faiseurs chinois » sont excellents. Rendement dans le temps, durée de vie garantie, tolérance positive entre 3 et 5 pourcents etc. Qu’ils soient une source repère et recherchons, chez nous, les causes du marasme.
La rechnique du « stop and go » à la française est catastrophique, les nouvelles mesures gouvernementales et de ERDF Solaire sont des éléments dissuasifs majeurs.
Il n’y a pas un investisseur sérieux qui mettra un euro dans des réalisations dans le cadre actuel.
N’essayez pas, les uns et les autres, de vous cacher derrière votre petit doigt.
Cherchez objectivement pourquoi le Wc France est si cher, pourquoi les différents installateurs de la filière « raflent » la mise d’entrée de jeu.
La solution est simple : sérieux, dispositions à long terme… sans les modifier tous les ans, réalisme dans les approches. En conclusion, la solution n’est pas dans le dénigrement des produits chinois. Soyez tous lucides : vous avez mortellement blessé une filière qui venait de naître !!!!

FEIKE Paul
13 Juil

Si je partage le point de vue de Paul FEIKE concernant le matériel chinois, avec toutefois un bémol selon les fabricants et leur cahier des charges, je suis en complet désaccord pour ce qui est de ses commentaires sur les décisions politiques et le comportement d’edf/erdf. Un petit calcul comparatif entre les coûts réels, aides comprises, entre 2009 et 2011 fait apparaitre qu’en 2011 le retour d’investissement est plus court qu’en 2009. Alors ! Quant aux décisions politiques, elles étaient dites et affirmées dés le début, encore fallait-il les entendre, ce que les personnes à la recherche de gains ne pouvaient pas, trop occupées à gagner de l’argent plutôt que de participer à améliorer nos conditions de vie.

Louis Deloire
14 Juil

Il est dommage que vous n’ayez pas laissé mes commentaires et que laissiez les énormités écrites par Monsieur Feike.

Louis Deloire



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :