L’efficacité énergétique en campagne : François Hollande

Efficacite energetique en campagne



Arrivé en tête du premier tour de la présidentielle, François Hollande déclare avoir mené une campagne «avec constance et cohérence». Le candidat socialiste à l’Elysée a été parmi les premiers à présenter son programme décliné en 60 engagements inspirés largement des 100 propositions de François Mitterrand. Nous avons en tête plusieurs propositions phares de son programme comme notamment le droit au mariage et à l’adoption pour les couples homosexuels, la réforme des retraites, la création d’emploi dans l’éducation nationale, le droit à l’euthanasie ou encore la taxe à 75% des revenus les plus hauts. Mais le sujet touchant la problématique énergétique et environnementale du pays n’est abordé que très rarement. A quelques jours du second tour, Quelle Energie fait le point sur les mesures annoncées à ce sujet.

L’efficacité énergétique des logements

La proposition la plus forte de François Hollande liée à l’efficacité énergétique des logements est sans doute celle qui concerne la performance thermique d’un million d’habitations par an en France dont 400.000 logements neufs. Autrement dit, François Hollande propose la simple application de la législation du Grenelle imposant aux nouvelles constructions de respecter dès le 1er janvier 2013 les normes basses consommation. Le candidat de gauche propose, aussi, la rénovation de 600.000 logements existant. Mais «si on se borne aux dispositifs fiscaux qu’on peut améliorer, on a peu de chance de permettre aux familles les plus vulnérables d’entamer des travaux.» C’est pourquoi Monsieur Hollande propose d’instaurer une nouvelle tarification progressive de l’eau, de l’électricité et du gaz qui permettra d’une part de faire sortir de la précarité énergétique 8 millions de Français et d’autre part d’inciter à une consommation plus responsable. Ainsi, les foyers dits énergivores verront leur tarif de base en électricité et en gaz augmenter qui se réduiront dès que les travaux seront réalisés. Mais pour tous ceux qui ne peuvent assumer ses travaux de rénovation, « un appel à un tiers investisseur » sera possible. Les interrogations sur le financement se posent : puisqu’à raison de 20.000 € de travaux par maison, cela coûterait environ 12 milliards d’euro par an au total. Même si « la puissance publique n’a pas vocation à financer 100% de la démarche pour tous les consommateurs », un investissement important sera nécessaire. Les investisseurs privés pourront-ils réellement répondre aux besoins? Le financement du secteur énergétique serait-il suffisant ? Ou serait-ce les démarches à effectuer qui feront preuve de dissuasion ?

Les propositions énergétiques et environnementales

D’autres propositions environnementales et énergétiques parsèment le programme du candidat de gauche qui insiste sur l’importance d’une transition énergétique. Il entend réduire de 25% la part du nucléaire en France à horizon 2025. Cependant, le candidat ne prévoit de fermer que la centrale la plus ancienne c’est-à-dire celle de Fessenheim durant son quinquennat mais promet de soutenir la création et le développement des filières industrielles des énergies renouvelables. Ainsi, en cas de victoire, le candidat mettra l’accent sur le solaire, les énergies marines renouvelables, la biomasse et la géothermie en continuant à s’appuyer sur le nucléaire comme énergie dominante. La durée de la transition s’étendra sur 15 ans et sera réévaluée en fonction « des progrès de la science et des prix de chaque source d’énergie ». Donc aucune certitude quant à la durée de transition. François Hollande continue à s’appuyer sur les avancés scientifiques notamment en ce qui concerne le gaz de schiste qu’il estime comme inexploitable pour le moment en France. François Hollande pense aussi à la création de nouveaux outils financiers pour investir dans une capacité européenne de la production d’énergies renouvelables. Dès l’été 2012, le candidat à l’Elysée proposera le projet aux partenaires européens.

« Parce qu’il faut conjuguer économie et écologie, rééquilibrer le mix énergétique est une urgence et une chance pour la France. Je veux faire de la France la nation de l’excellence environnementale »

Dans ses « 60 engagements pour la France », les sujets relatifs à l’environnement et à l’énergie reviennent souvent comme si cela devait se faire ressentir sur tous les plans. Pourtant, les propositions concrètes du candidat bien qu’intéressantes paraissent quelques peu légères compte tenu de l’intérêt du sujet que l’on connait du parti. Beaucoup lui reprochent et notamment les écologistes de ne pas assez parler d’écologie et d’être en retrait par rapport au projet socialiste porté par la première secrétaire du parti, Martine Aubry.

Vos réactions

28 Avr

Le Grenelle I et II de l’environnement ont mis en place une réglementation qui doit être respectée. Mais tous cela a été fait sans cadre juridique, pas de contraintes spécifiques, qui va faire appliquer ces réglementations ? Pour le moment nous n’avons pas de réponses. Les outils pour ces réglementations sont inaptés, à savoir, sur la RT2012 qui met en place les attestations ? Pour les audits énergétiques dans l’ancien pourquoi ne pas faire appel à des personnes qualifiées. On propose un simple diagnostic réalisé par un diagnostiqueur qui n’a pas les compétences d’un Expert en rénovation énergétique. Mais comment peut on rénover 600 000 logements par an si on ne se donne pas les moyens d’y arriver. L’ancien gouvernement n’est même pas arrivé à rénover 100 000 logements. Je me repette un cadre juridique est important pour éviter les dérives et les mal façons.

ECOBE 09



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :