Soutien à la géothermie : nouvelle méthode pour 2016

Soutien à la géothermie : nouvelle méthode pour 2016

Le Ministère du Développement Durable et de l’Énergie (MEDDE) a mis en ligne à la fin du mois de Septembre les projets d’arrêtés « fixant les conditions du complément de rémunération » pour l’électricité produite à partir de certaines sources renouvelables. Sont concernées la valorisation des déchets ménagers, le biométhane produit dans les décharges, le biométhane de station d’épuration, mais aussi les centrales de production géothermiques.

La géothermie : énergie renouvelable et constante

Pour la géothermie, sont concernées les installations d’une puissance nominale supérieure à 500 kW, qui utilisent « à titre principal l’énergie produite par une unité amont ». Par unité amont s’entend un ou plusieurs puits dans une zone géothermique. La géothermie a en effet l’avantage d’être une source d’énergie renouvelable relativement constante, contrairement à l’énergie solaire ou éolienne par exemple. C’est pour cette raison que le Ministère souhaite encourager le développement de cette filière, afin de tendre vers les objectifs fixés par la loi de transition énergétique. Ces objectifs visent notamment à « porter la part des énergies renouvelables à 32 % de la consommation finale d’énergie en 2030 ».


Vous pouvez également utiliser la géothermie chez vous. En effet, les pompes à chaleur géothermiques modernes ont un coefficient de performance allant de 3 à 5, signifiant que pour une unité d’électricité consommée, elles produisent jusqu’à 5 unités de chaleur. Comparez les différentes solutions pour réduire votre facture de chauffage grâce au simulateur Quelle Energie.


Encourager l’intégration au marché des énergies renouvelables

On constate que ces arrêtés, qui devraient fixer la date d’application de ces nouvelles conditions au 1er janvier 2016, confirment la tendance à l’intégration grandissante des énergies renouvelables au marché de l’électricité. Ainsi, moins nombreuses sont les sources qui bénéficieront d’un simple tarif de rachat. Désormais, il s’agit bien d’un complément, qui s’ajoute au revenu tiré de la vente d’énergie sur le marché. Ce complément est dégressif dans le temps et est calculé en fonction de la différence entre un prix de référence et le prix réellement observé sur le marché. Le montant du complément dépendra évidemment de la production de la centrale nette de la consommation des équipements.

Le saviez-vous ?



Vous pouvez économiser plusieurs centaines d’euros par an en entreprenant des travaux de rénovation énergétique. Comparez les différentes solutions grâce à notre simulateur.



Un travail de longue haleine

Cette intégration progressive est encouragée par les instances Bruxelloises, qui doivent d’ailleurs valider les arrêtés. L’Agence Internationale de l’Énergie préconise aussi cette méthode. Le projet d’arrêté – qui doit encore être validé par le Conseil supérieur de l’énergie, la CRE (Commission de Régulation de l’Énergie), le Conseil d’État et la Commission Européenne – est donc le fruit de plus d’un an de travail effectué en concertation avec les instances ministérielles et les différents acteurs de ces filières.

On en parle dans cet article

L’électricité

L’électricité est une énergie dont le prix ne fait qu’augmenter. Entre 2002 et 2012, elle a connu une hausse de 17%, ce qui fait de cette énergie la plus chère du marché !

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :