Un plan d’urgence du SER pour dynamiser les filières éolienne et photovoltaïque

Un plan d’urgence du SER pour dynamiser les filières éolienne et photovoltaïqueLe Commissariat général au développement durable (CGDD) a constaté mi-2013 que la demande des raccordements des puissances éolienne et photovoltaïque avait fortement chuté. Face à cette baisse, le Syndicat des Energies Renouvelables a décidé de présenter au gouvernement ce mois-ci son plan de relance.

Les filières photovoltaïque et éolienne ont du mal à décoller

D’après le rapport du CGDD publié le 30 août, les nouvelles capacités de production éolienne raccordées au premier semestre 2013 sont de 198 MW, soit une baisse de 26% par rapport au premier semestre 2012. Une diminution que l’on peut également calquer au marché photovoltaïque. Les puissances raccordées en 2013 atteignent seulement 207 MW. C’est 73% de moins qu’à la même période en 2012. Une baisse vertigineuse !

Si l’on parle en puissance installée, le parc éolien atteint au 30 juin 2013 7.821 MW, c’est-à-dire une augmentation de 3% par rapport à décembre 2012. De plus, la part de l’éolien dans la consommation électrique nationale progresse afin de s’établir à 3,4% fin juin 2013. Quant au solaire, la puissance installée s’élève à 4.263 MW fin juin. Pour conclure, « le net ralentissement » observé à partir du quatrième trimestre 2012 se poursuit au second trimestre 2013, avec 100 MW raccordés, « soit un niveau assez proche de celui enregistré au premier trimestre », souligne le CGDD.

Si vous souhaitez produire votre propre électricité, nous vous conseillons de passer par notre simulateur pour savoir si votre maison est adaptée !

Le Ministère de l’Ecologie à l’écoute du SER ?

Le Syndicat des Energies Renouvelables souligne, à juste titre, que ces baisses mettent « en péril les objectifs de 2020 et de nombreux emplois ». Pour rappel, les objectifs à horizon 2020 sont de 19.000 MW pour l’éolien terrestre et de 5.400 MW pour le solaire photovoltaïque. « Comme nous le craignions, les mesures d’urgence adoptées en début d’année [par le gouvernement en matière de photovoltaïque en janvier 2013] se sont malheureusement avérées insuffisantes pour endiguer la baisse des marchés », estime Jean-Louis Bal, président du SER. « Les chiffres publiés par le CGDD rappellent l’importance de redynamiser, sans délai, ces secteurs ». C’est la raison pour laquelle le SER souhaite présenter au gouvernement un plan de relance afin d’atteindre 23% d’énergies renouvelables en 2020. Ce plan doit comporter :

  • des simplifications drastiques de procédures réglementaires,
  • une refonte des cadres économiques des filières,
  • un contrat avec l’Etat qui devrait faciliter le développement industriel et la création d’emplois dans le secteur des énergies renouvelables.
  • Jean-Louis Bal a rencontré Philippe Martin, le Ministre de l’Ecologie, jeudi 5 septembre, afin de lui expliquer les enjeux d’une dynamisation et de lui indiquer que le SER présentera son rapport d’ici la fin du mois de septembre. Philippe Martin a d’ores et déjà précisé qu’il considérerait cette démarche avec la plus grande attention. Selon Jean-Louis Bal, « le Ministre a bien perçu l’urgence et le caractère critique de la situation ».

    Source : Actu-environnement.com

On en parle dans cet article

Les panneaux solaires photovoltaïques

Les panneaux solaires photovoltaïques produisent de l’électricité lorsqu’ils sont éclairés par le soleil. L’électricité peut être revendue au réseau ou utilisée pour sa propre consommation.

En savoir plus

Vos réactions

29 Sep

Excellent, bonne continuation !

bouhedli
30 Sep

@Bouhedli : Merci beaucoup pour vos encouragements !

Mathilde Chevallier
12 Nov

il y a une erreur de chiffre dans votre article ce qui le rend peu crédible : la puissance de crête totale installée en éolien ne peut pas être ce que vous annoncez car fin 2012, elle était inférieure à 8.000 Mw.

couteau
14 Nov

@Couteau : Les sources sont pourtant bien citées. Il s’agit d’un rapport du Commissariat général au développement durable (CGDD) que voici : http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Chiffres_et_statistiques/2013/chiffres-stats444-eolien2013t2-aout2013.pdf. Quelles sont vos sources quand vous affirmez que ces chiffres sont faux ?

Mathilde Chevallier
07 Jan

Pourquoi devrait-on accélérer un processus qui va entraîner une augmentation accélérée du prix de l’électricité au consommateur ? Il sera toujours assez tôt pour payer plus cher.
Les subventions versées aux renouvelables seront répercutées sur les factures des ménages (les industriels gros consommateurs ne veulent pas de cette augmentation), comme en Allemagne (prix multiplié par deux) via CSPE.
Comme l’autorise l’ouverture du marché de l’électricité, les industriels du SER doivent prospecter et vendre leur électricité directement aux usagers volontaires pour l’acheter et ne pas chercher à faire payer par obligation et à tous une électricité chère en pratiquant le lobbying du ministre de l’environnement et de l’énergie.
Quant aux objectifs, s’ils ne sont pas atteints via l’éolien et le photovoltaïque, notre porte-monnaie ne s’en portera que mieux. Il faut davantage travailler sur les économies et la chaleur renouvelable que sur l’électricité.
L’électricité renouvelable ne permettra pas d’obtenir de réduction de C02 du fait de l’intermittence de la production qui nécessite des centrales à énergie fossile en secours (80% du temps).
Par ailleurs, en France, l’électricité produite par des ressources fossiles n’est que de 8%, incompressible pour équilibrer le réseau et garantir les pointes de consommation.
Le chantage à l’emploi est indigne car personne ne connait le solde net d’emplois résultat du développement des ENR (cf rapport de la cour des comptes sur le renouvelable).
Je suis étonné que « Quelle Energie » relaye les plaintes du SER alors que les ménages souhaiteraient une baisse du coût de l’énergie qu’il doivent acheter.

ITC78
10 Jan

@ITC78 : En termes d’informations, il est normal d’évoquer les différents avis, et notamment celui du SER, qui est un acteur incontournable pour le développement des énergies renouvelables. Il n’est pas que question du prix de l’électricité mais aussi de son origine ! Les énergies renouvelables sont gratuites et nettement moins polluantes que les énergies fossiles.

Mathilde Chevallier
10 Jan

@Mathilde Chevallier
Vous dites que les énergies renouvelables sont gratuites, oui, mais pas après leur transformation en électricité par les adhérents du SER : Prix de cession par EDF de l’électricité aux opérateurs concurrent (Loi Nome) à partir du mix énergétique actuel environ 40 euros du MWh
Prix de cession de l’éolien terrestre 80 euros du MWh
Prix de cession de l’éolien en mer 220 euros le MWh (appel d’offres de l’Etat)
Le SER prône une augmentation rapide du prix de l’électricité pour que le prix de cession de l’éolien soit proche du tarif en vigueur (recherche de la parité réseau) soit un doublement du prix de l’électricité !
Où est l’intérêt du consommateur ?
Qui se cache derrière le SER ?

ITC78
13 Jan

@ITC78 : Pour plus d’informations sur le SER, consultez leur site : http://www.enr.fr/

Mathilde Chevallier



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :