La libéralisation du marché de l’électricité : les français restent mal informés

desinformation-francais-electricite1

En France, les consommateurs peuvent faire jouer la concurrence pour réduire leur facture d’électricité, en choisissant leur propre fournisseur. Mais contre toute attente, ils restent fidèles à leur prestataire initial, ne sachant pas toujours que d’autres alternatives existent. Finalement, cette libéralisation sur le marché de l’électricité ne profite pas aux consommateurs, qui continuent de souffrir majoritairement de précarité énergétique.

Possibilité de changer de fournisseur : un manque d’information

Depuis plus de 10 ans, le marché de l’énergie électrique est totalement libéralisé : en somme, aucun consommateur n’est contraint de conclure un contrat avec EDF, il peut se diriger vers le fournisseur de son choix.

Le baromètre Énergie-Info de 2017 montre qu’il n’y a eu aucune évolution par rapport à 2012 : en moyenne, seul 1 Français sur 2 sait qu’il peut changer de fournisseur d’électricité. Ce chiffre n’augmente plus, notamment chez les personnes âgées de plus de 34 ans et situées hors des catégories socioprofessionnelles dites « supérieures ». Autre statistique édifiante en matière de désinformation, près d’une famille sur trois considère ENGIE et EDF comme une même entité.

Paradoxalement, 59 % des ménages sondés admettent se sentir « bien informés ». Les retraités, par exemple, pensent qu’ils connaissent bien toutes les possibilités — alors que les statistiques prouvent, à l’inverse, qu’ils manquent cruellement d’informations.


Souvenez-vous que depuis 2007, EDF et GDF n’ont plus le monopole de production ou de distribution du gaz ni de l’électricité. Vous êtes donc libres de comparer les offres des différents fournisseurs et d’en changer quand bon vous semble.


Pour autant, quand on les interroge sur la mise en concurrence de plusieurs acteurs pour l’énergie, les Français, cherchant toujours à réduire leurs factures de chauffage, se montrent enthousiastes. Près de 65 % considèrent que cette ouverture est une bonne chose pour les consommateurs.

Un passage à l’acte toujours difficile

Tandis qu’ils prennent lentement conscience de leur droit de choisir un fournisseur d’électricité, les Français sont sceptiques à l’idée de se lancer dans une telle démarche : un sur trois estime qu’elle est compliquée. Cependant, le problème semble à nouveau résider dans la désinformation, car lorsque l’on questionne seulement les personnes connaissant le processus à suivre pour solliciter un nouveau prestataire, on obtient 82 % d’avis favorables. Ces derniers concèdent que la souscription d’un contrat et la résiliation du précédent sont à leur portée.

L’électricité reste le domaine où l’on observe la plus forte croissance en termes de changement de fournisseur : les particuliers, motivés à 75 % par des objectifs financiers, consultent facilement les comparatifs pour identifier les meilleurs compromis.

facture-energetique-precarite2

Une précarité énergétique tenace en France

Dans cette atmosphère baignée par un manque d’informations, la précarité énergétique continue de handicaper les Français, en réduisant considérablement leur pouvoir d’achat. Le baromètre Énergie-Info révèle que plus de 70 % des ménages placent les factures énergiques comme un poste de dépenses conséquent (contre seulement 56 % un an plus tôt).

Cette prise de conscience s’accompagne naturellement de nouveaux comportements : un Français sur trois fait le nécessaire pour réduire sa consommation de chauffage — certains supportent même le froid pour faire davantage d’économies. La privation est plus forte dans les grandes villes, là où le coût de la vie est élevé, et chez les populations jeunes, qui doivent encore composer avec des bas salaires.

Certaines aides comme le chèque énergie pallient ce problème de précarité, mais restent insuffisantes pour les familles particulièrement modestes.

Quels projets pour réduire la précarité énergétique ?

Face à ces familles qui peinent à se chauffer ou à régler les factures d’électricité, le médiateur national prône la mise en place d’un fournisseur universel, qui interviendrait en dernier recours pour les plus démunis (au même titre que les services bancaires minimaux existants).

Ce service aurait pour vocation d’aider tous ceux qui ne peuvent plus souscrire de contrat avec les fournisseurs du marché, parce qu’ils ont déjà eu des retards de paiement par exemple. Bien sûr, ce prestataire veillerait à présenter des tarifs minimaux, afin que chaque famille puisse couvrir ses besoins de base.

On insiste également sur l’inefficacité des tarifs réglementés des fournisseurs historiques : ils ne protègent pas les consommateurs, contrairement à ce qu’ils croient le plus souvent. Généralement, les Français ont même tout intérêt à choisir d’autres offres, calibrées sur les prix du marché, plus avantageuses.

Pour finir, l’effort le plus important réside dans la rénovation énergétique, la seule solution pour supprimer durablement la précarité énergétique. À cet effet, il faudrait revoir à la hausse les exigences en termes de performances énergétiques, notamment sur le parc locatif — tout en renforçant les aides actuelles comme celles de l’ADEME, la TVA réduite ou encore le CITE.

Le saviez-vous ?

 

QuelleEnergie.fr possède un réseau de 1 700 partenaires qualifiés dans toute la France pour réaliser vos travaux de rénovation énergétique. Demandez votre devis en ligne et gratuitement !

 

On en parle dans cet article

L’électricité

L’électricité est une énergie dont le prix ne fait qu’augmenter. Entre 2002 et 2012, elle a connu une hausse de 17%, ce qui fait de cette énergie la plus chère du marché !

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :