Hausse des prix de l’électricité

Hausse des prix de l’électricité
Les tarifs réglementés de l’électricité ont augmenté de 2,5% ce 1er novembre. Cette hausse intervient à la suite de la mise en place d’un nouveau mode de calcul ainsi que d’un rattrapage sur les tarifs pratiqués en 2012 et 2013. L’augmentation s’appliquera à environ 28 millions de foyers.

Un nouveau mode de calcul

Le décret modifiant le mode de calcul du tarif de l’électricité a été publié, vendredi 1er novembre, au « Journal officiel ».Les « tarifs bleus » d’EDF vont être calculés via une méthode dite « par empilement ». La toute première conséquence est une hausse de tarif de 2,5% pour les particuliers qui comprend à peu près 1 point de rattrapage tarifaire. Ainsi le nouveau mode de calcul se découpe en une augmentation de 1,6% au titre de la nouvelle méthode de calcul et de +0,9% pour le rattrapage tarifaire.

L’ancien mode de calcul prenait en compte les coûts de production d’EDF. Désormais, le nouveau mode de calcul prend également en compte les prix du marché. Ainsi le coût de production nucléaire (Arenh), le complément à la fourniture d’électricité, les coûts commerciaux d’EDF et les coûts d’acheminement (Turpe) vont se superposer.
Même si cette hausse est supérieure à l’inflation qui est de +0,6% depuis le début de l’année, elle reste toutefois deux fois moins élevée que la hausse de 5% prévue pour août dernier avant d’être annulée par Ségolène Royal qui la jugeait trop forte.

Le rattrapage tarifaire doit permettre de rattraper le manque à gagner subi par EDF en 2012 et 2013 à cause de l’écart entre les tarifs appliqués et les coûts supportés. Un premier rattrapage avait été mis en place en août 2013.

Cette nouvelle méthode doit permettre aux fournisseurs alternatifs de concurrencer EDF.

+37€ sur la facture des familles

Selon des estimations réalisées, cette augmentation devrait représenter en moyenne un coût de 37€ par an par famille. Les foyers qui ont opté pour le gaz ne seront pas épargnés puisque leur facture va augmenter de 2,3% hors taxe. C’est la deuxième augmentation consécutive après celle de 3,9% en octobre.

L’arrêté fixe également une évolution des autres tarifs réglementés de l’électricité. Les tarifs bleus professionnels baissent de 0,7% alors que les tarifs jaunes et verts (destinés aux professionnels gros consommateurs d’électricité) augmentent respectivement de 2,5% et 3,7%.

Un cinquième de la population française touché par la précarité énergétique

Il est difficile en période de crise de supporter de telles hausses de tarif. Selon un rapport de la Commission de Régulation de l’Energie, 44% des français restreignent leur chauffage en hiver pour alléger les factures.

Quelle Energie vous apporte des conseils en économie d’énergie qui permettront de faire de sacrées différences sur votre facture énergétique. Par exemple, le poêle à granulés de bois est un investissement abordable qui devient très vite rentable car il permet de diviser par deux la facture de chauffage. En plus d’être une solution performante, le poêle à granulés de bois est très économe car son combustible est le moins cher du marché.

On en parle dans cet article

Le chauffage

Il existe de nombreux types de chauffage allant du chauffage à inertie au plancher chauffant alimenté par une chaudière à condensation en passant par les énergies renouvelables.

En savoir plus

L’électricité

L’électricité est une énergie dont le prix ne fait qu’augmenter. Entre 2002 et 2012, elle a connu une hausse de 17%, ce qui fait de cette énergie la plus chère du marché !

Vos réactions

04 Nov

En pratique pour le tarif bleu c’est 14,03 c€/kWh en base (tarif fixe) ou 15,35 c€/kWh en heures pleines et 10,60 c€/kWh en heures creuses (tarif HP/HC). L’abonnement aussi a augmenté.

C’est moins cher avec du solaire en intégration simplifiée au bâti, dit ISB avec 13,75 c€/kWh selon le dernier tarif d’achat.

http://energeia.voila.net/solaire/solaire_tarif_bleu.htm

Au bout de 20 ans, l’installation solaire sera un peu moins productive, avec 80% à 85% de sa puissance initiale. Mais l’installation sera amortie et continuera de produire jusqu’à 25-30 ans ou plus pour un coût pratiquement nul excepté l’onduleur à changer tous les dix ans.

Dans ces conditions et avec l’augmentation prévue par la CRE pour l’augmentation du prix de l’électricité, il vaut mieux faire de la vente du surplus avec de l’ISB que de la vente en totalité avec de l’IAB.

Car l’électricité que vous vendez au lieu de la consommer, vous devez l’acheter en parallèle.

Verdoux
11 Déc

@Verdoux : Votre remarque est tout à fait pertinente et correcte par ailleurs ; elle met peut-être le doigt sur une défaillance dans ce dispositif visant à encourager l’intégration au bâti (IAB). Je rajouterais par ailleurs que le meilleur reste de faire de la vente de surplus avec de l’IAB, ce qui reste cette fois-ci cohérent avec les objectifs.

Mathilde Chevallier



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :