Un revenu climat pour faciliter la transition énergétique versé à 50 % des Français ?

Dans le cadre du Grand débat national initié par le gouvernement, 62 % des Français se sont avoués conscients de l’urgence climatique. Pour autant, 55 % continuent de rejeter la taxe carbone, qui ne constitue par pour eux une solution pertinente au problème. Face à cette impasse, le Réseau action climat (RAC) lance l’idée d’un revenu climat, qui serait destiné à plus de la moitié des Français, pour vivre la transition écologique sans perte de pouvoir d’achat significative.

Poursuivre la transition écologique sans mettre les familles modestes en difficulté

Pour favoriser la transition vers les énergies vertes et réduire les problèmes de passoires thermiques sur notre territoire, il existe beaucoup d’aides et primes à la rénovation énergétique. Cependant, pour les consommateurs qui ne parviennent même pas à faire le plein de carburant à cause de la flambée des coûts, ce genre de projet reste extrêmement compliqué à envisager.

Ainsi, selon le Réseau action climat qui regroupe différentes associations de lutte contre le réchauffement climatique, il serait pertinent de distribuer un revenu climat à ces foyers en difficulté. Cela permettrait au gouvernement de maintenir sa fiscalité prohibitive sur les énergies fossiles, tout en laissant aux familles dont les ressources sont faibles le temps de s’adapter.


Vous souhaitez améliorer les performances de votre logement et diminuer vos factures d’énergie ? Trouvez une solution efficace grâce à notre simulateur en ligne.


Revenu climat : quel montant et pour qui ?

Pour la première année, RAC suggère d’instaurer cette aide de l’État à hauteur de 45 à 70 €, ce qui impliquerait un coût global de 700 millions à 1,15 milliard d’euros. Pour couvrir cette enveloppe, RAC évoque la fin du paiement de la dette d’EDF par les caisses du gouvernement et la mise en place d’une nouvelle taxe sur les billets d’avion.

De plus, à partir de 2021, toutes les hausses relatives à la taxe carbone (qui représentent 2,5 milliards d’euros par an) seraient injectées dans un « compte d’affectation spéciale » qui permettrait de financer le revenu climat, mais également d’initier un plan d’investissement plus vaste, de 8 à 20 milliards d’euros. Ici, l’objectif serait d’aider les villes à réhabiliter plus vite pour améliorer la qualité énergétique des habitats, à proposer des mobilités plus douces et plus vertes, mais aussi à donner accès, pour tous, à une alimentation plus saine.

Très concrètement, la taxe carbone devrait donc, selon le RAC, devenir une véritable « contribution climat solidaire », utilisée dans une optique de réduction de l’empreinte carbone, de diversification du mix énergétique et de lutte généralisée contre la précarité énergétique et le réchauffement climatique.

Taxer les entreprises qui émettent du CO²

Dans ses études, le Réseau action climat a constaté que plus de 1 000 grandes entreprises françaises rejetaient beaucoup de dioxyde de carbone, et n’étaient taxées qu’à hauteur de 21 € par tonne de CO² émise. Alors même que le prix actuel est de 44 € par tonne pour les particuliers et d’autres entreprises pourtant moins polluantes, le RAC demande un alignement fiscal pour plus d’égalité, ce qui permettrait à nouveau de doter l’État de fonds supplémentaires pour ce fameux revenu climat.

Toutefois, il faut savoir que ces suggestions restent pour le moment à l’état d’hypothèses. Car du côté du gouvernement, on se montre encore très sceptique à l’idée de rouvrir le dossier de la taxe carbone, sujet à de nombreuses controverses…

Le saviez-vous ?

 

Vous voulez connaître les aides auxquelles vous êtes éligible ? Faites un tour sur notre simulateur d’aides et subventions !

 

De réelles inégalités face à l’énergie en France

Si l’on ne sait pas dans quelle mesure la proposition du RAC peut se concrétiser, on peut d’ores et déjà constater que le gouvernement tente de réduire les inégalités réelles qui existent entre les Français en matière d’accès à l’énergie.

En effet, alors que les particuliers aisés parviennent facilement à payer leurs factures d’énergies et envisagent volontiers la rénovation de leur habitation, d’autres subissent les conséquences d’un logement mal isolé, n’ont pas assez d’argent pour le rénover et rencontrent des difficultés pour régler la facture de gaz et d’électricité. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le chèque énergie, pour les ménages modestes, a été élargi cette année et devrait bientôt arriver dans les boîtes aux lettres des bénéficiaires.

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :