Les matériaux d’isolation intérieure

pose isolationL’isolation d’une maison est un acte essentiel en vue d’améliorer la performance énergétique de son habitat. Cependant tous les matériaux n’isolent pas de la même façon, et leur efficacité est également variable. Quelle Energie se propose de faire le point sur les différentes possibilités d’isolation.

Le chanvre

Le chanvre est une plante utilisée dans la confection depuis des millénaires. Elle possède des vertus isolantes incontestables et représente une alternative économique et écologique aux problèmes d’économie d’énergie. En effet, lors de sa culture, aucun pesticide n’est nécessaire, et la plante assimile le CO2 atmosphérique, comme un purificateur. Il se recycle très bien et est disponible sous forme de panneaux, de rouleaux, de blocs ou de granulats afin de faciliter son utilisation. Au niveau financier, les plaques valent entre 6 et 15 €/m² suivant l’épaisseur (de 50 à 100 mm). La laine de chanvre en rouleaux est le meilleur rapport praticité/prix avec un coût compris entre 5 €/m² (50 mm) et 12 €/m² (100 mm). Les blocs sont les plus chers avec un coût avoisinant les 45 à 90 €/m². L’avantage de ceux-ci est leur épaisseur (10 à 20 cm), qui permet d’isoler efficacement les vieilles bâtisses. Une autre alternative est le chanvre en vrac. Avec 100 € pour 0.2 m3 il s’agit du meilleur rapport qualité/prix. Autre avantage du chanvre : la qualité de l’isolation phonique. Son « cousin » le jute (utilisé sous forme de feutre) est également un bon isolant phonique, mais ses performance en isolation thermique sont moins bonnes.

Le lin

A l’instar du chanvre, cette plante textile a trouvé un second souffle avec l’isolation. En effet, le lin est un bon isolant et retient l’eau de façon très efficace sans se détériorer. La laine de lin est disponible pour un prix variant de 6 à 12 €/m² en panneaux souples, ce qui en fait un produit légèrement moins cher que le chanvre et tout aussi efficace. Certains vêtements en lin peuvent également être recyclés en isolant. Il en va de même avec la ouate de cellulose, que l’on peut trouver prête à l’emploi pour des prix allant de 9 à 25 €/m².

L’isolant « animal »

Plus que pour n’importe quel autre isolant, la laine de mouton a l’image d’un matériau chaud et confortable. Et que ce soit sous forme d’un pull, d’un rouleau de laine, ou tout simplement sur le dos de la bête, personne ne s’est jamais plaint de la laine de mouton ! Elle requiert toutefois un traitement contre les mites avant d’être utilisée pour l’isolation. Le rouleau est vendu entre 5 et 12 €/m² pour une masse allant de 600 à 1.300 grammes / m². Une autre alternative est très simplement la plume de canard. Elle a l’avantage d’être étanche et écologique. Elle représente un bon investissement de par la qualité de l’isolation, mais reste toutefois cher.

L’isolation par le bois, la paille et le liège

Un bon moyen d’isoler du froid en hiver et de la chaleur en été est le bois. Les panneaux rigides sont très denses, allant jusqu’à près de 60 kg/m3 , ce qui assure une forte inertie thermique. Le bois est également un bon isolant phonique. Que ce soit sous forme de fibres ou de laine, le bois s’adapte à tous les habitats avec une grande gamme d’épaisseurs, allant de 40 mm à 20 cm. De plus, un traitement anti-feu font des panneaux de bois l’un des matériaux ignifugés les plus sûrs du marché. L’isolation par le liège est également une valeur sûre car il s’agit-là d’un matériau imputrescible, ininflammable, qui se défend contre toutes les agressions extérieures. Que ce soit sous forme de plaques ou de granulés, le liège est cher, mais vraiment très efficace, tout ceci à moindre épaisseur. Ainsi, pour une épaisseur comprise entre 20 et 140 mm, il faudra débourser entre 7 et 45 €/m². La paille est l’isolant naturel par excellence qui cumule toutes les qualités requises pour un isolant : bon marché, efficace, écologique et confortable. A noter que les fibres de coco peuvent également servir d’isolant thermique et phonique. Elles sont imputrescibles et résistent à l’humidité, et ce pour 25 à 30 €/m².

La laine minérale

Il s’agit là du matériau d’isolation le moins cher (3 à 5 €/m²), et de ce fait c’est le plus répandu. Il est recyclable et peut durer 20 ans, mais résiste mal à la compression. La laine minérale (laine de verre par exemple) est irritante pour les voies respiratoires et la peau, donc à manier avec précaution. Deux autres isolants minéraux, la perlite et la vermiculite possèdent les avantages de l’isolant précédent sans en avoir la toxicité. Ceci dit, leur prix est compris entre 20 et 40 € le m²… Le verre cellulaire a un atout incroyable au niveau de la sécurité et de la longévité, vu qu’il est ininflammable, étanche, et qu’il résiste aux nuisibles. Son prix est assez élevé, de l’ordre de 10 à 50 €/m².

Les composés synthétiques

Ce qu’on appelle la mousse expansée a l’avantage d’être relativement bon marché. Malgré tout, le polyuréthane et le polystyrène sont très satisfaisants du point de vue de l’isolation. Par contre, niveau éco-conception, il s’agit des deux pires élèves de la promotion : ces composés de synthèse étant fabriqués à partir d’hydrocarbures, on comprend aisément que leur empreinte carbone n’est pas la plus performante…

Ainsi, l’isolation est avant tout une affaire d’espace et de budget disponibles. Un mélange des isolants est possible, et permet même d’allier les atouts de chacun des matériaux choisis, pour isoler son habitation et réduire ainsi ses factures d’énergie.

On en parle dans cet article

Le chauffage au bois

Le chauffage au bois est peu coûteux et respectueux de l’environnement. Le bois comme combustible est, en effet, l’énergie la moins chère du marché !

L’isolation

Evitez les déperditions thermiques grâce à l’isolation. Elle permet de protéger l’intérieur de l’habitat de l’influence de l’extérieur, tant sur le plan thermique que sur le plan phonique.

En savoir plus

Vos réactions

15 Juil

A la lecture de ce sujet, il convient d’apporter quelques précisions :

Contrairement à ce qu’il est écrit, les laines minérales de verre et de roche ne sont pas classées « irritantes pour les voies respiratoires et la peau ». En effet, Il s’agit d’une irritation mécanique, et non chimique, qui disparait après rinçage à l’eau.

Les laines minérales ne sont pas toxiques. Ce sont des produits sûrs à utiliser pour la santé car elles sont exonérées de tout classement cancérogène d’après la directive européenne 97/69/CE. Cette exonération est certifiée par l’EUCEB (EUropean Certification Board) reconnaissable à un logo apposé sur tous les emballages.

Ensuite, les laines minérales sont certifiées par l’ACERMI (Association indépendante pour la CERtification des Matériaux Isolants) ce qui apporte une garantie sérieuse pour le consommateur sur leur performance thermique et leur aptitude à l’emploi (incompressibilité, stabilité dimensionnelle, comportement à l’eau, performances mécaniques en traction, comportement aux transferts de vapeur d’eau). Certification reconnaissable au logo apposé sur tous les emballages.

Enfin, la vermiculite, la perlite et le verre cellulaire ne font en aucun cas partie de la famille des « laines minérales ». La laine minérale est un matériau de consistance laineuse obtenu par fusion à partir de roche, de verre ou de laitier (cf. norme PR EN ISO 9229). Il convient donc de les retirer de ce paragraphe.

Pour plus d’informations: http://bit.ly/cLu7bC

FILMM
23 Juil

Bonjour,

D’après l’INRS (Institut National de Recherche et de Sécurité), les laines minérales contiennent plus de 90 % de fibres, 3 à 5 % en moyenne de liants organiques (résines phénoliques : phénol-urée-formaldéhyde ou phénol formaldéhyde), moins de 1% d’huile. Les risques sont d’abord dermatologiques lors de la mise en œuvre des laines d’isolation. 50 % des ouvriers du bâtiment présentent, lors de la pose des laines minérales, des démangeaisons avec ou sans dermatose visible. Des manifestations allergiques respiratoires ont été reliées à la présence de liants. Enfin, le risque de cancer du poumon est évoqué depuis des décennies. Les fibres minérales artificielles ont été classées, en 1987, cancérogènes possibles, dans le groupe 2B . Mais, en Octobre 2001, le Centre International de Recherche sur le Cancer a décidé leur reclassification dans le Groupe 3, c’est-à-dire inclassifiables quant à leur cancérogénicité, les nouvelles fibres étant moins persistantes dans le tissu pulmonaire . »
Concernant la perlite, la vermiculite et le verre cellulaire, ils proviennent de la fusion de roches volcaniques agencées de façon particulière. Donc je ne vois pas ce qui vous faut de plus.

Merci quand même pour ces précisions.

Julien Nargeot
13 Déc

Bonjour,
Je suis déçu qu’il n’y a jamais de thème sur l’isolation des plafonds en béton.
Il y a 2 problèmes : le pont thermique avec les murs extérieurs ou intérieurs porteurs et
le plafond proprement dit; Dans notre lotissement, des années 1983, nous avons tous ce phénomène. Les pièces supérieures ,chambres,ne sont pas chauffées autrement que par les « fuites » de l’escalier ce qui me convient. Situation moyenne montagne, 800m et région lyonnaise dans la Loire (42).
Comment isoler le plafond(50m² en 3pièces et le hall) sans perdre trop de hauteur et sans isoler l’extérieur trop onéreux et qui laisse encore des ponts thermiques.
cordialement. ALAIN

guinand
13 Déc

Bonjour,

Je vous invite à effectuer une simulation (http://www.quelleenergie.fr/simulateur/formulaire/votre_maison) afin qu’un partenaire-installateur puisse vous répondre le mieux possible.

En espérant avoir répondu à votre question.

Julien Nargeot
13 Déc

Bonjour,
Dans quelle catégorie doit-on classer le « SEMPATAP » et que faut-il en penser ?
(Intérêt ++ = très faible épaisseur). Il s’agirait de mousse SBR (qu’est-ce ?)
La pub dit qu’au niveau calorique, le Sempatap de 5mm d’épaisseur apporte la même isolation que 15mm de bois, 40mm de plâtre, 100mm de brique, 200 de béton
(multiplié par 2 pour le Sempatap 10mm d’épaisseur).
Merci de votre réponse.
Sincères salutations à tous

P Chevallier
13 Déc

Bonjour,

Ce produit est une mousse isolante néoprène qui sert notamment à protéger les plongeurs sous-marins. Concernant ce produit, je vous invite à demander à un de nos partenaires-installateurs ce qu’il en pense car son avis sera certainement basé sur l’expérience de ce type d’isolant.

Julien Nargeot



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :