Envol des ventes de fenêtres depuis l’annonce de leur suppression du CITE

cite-double-vitrage-fin1

Aidés par les dispositifs permettant de financer les chantiers de rénovation énergétique, les artisans du bâtiment bénéficient d’une nette embellie dans leur secteur : les carnets de commandes se remplissent à grande vitesse et l’on recrute, deux paramètres qui attestent d’une excellente santé générale. Et parmi les missions les plus fréquentes ces derniers temps, on trouve celle consistant à remplacer les ouvertures par du double-vitrage. Conscients que cette opération va bientôt disparaître du CITE, de nombreux Français ont accéléré les démarches pour, malgré tout, obtenir l’avantage fiscal.

Le changement d’ouvertures, progressivement écarté du CITE

En 2017, le gouvernement annonçait une révision partielle du Crédit d’Impôt Transition Énergétique (CITE), avec l’écartement de certains travaux jugés moins efficaces que d’autres. Ainsi, depuis janvier, le changement des ouvertures a déjà perdu de son attrait : il donne droit à une réduction d’impôts de 15 %, contre 30 % auparavant.

Actuellement, nous en sommes aux dernières semaines du CITE pour les fenêtres et autres portes vitrées. À la fin du mois de juin, la remise fiscale de 15 % sera ramenée à 0 : ces travaux sortiront complètement du dispositif CITE.


Les aides de l’Etat sont nombreuses et parfois cumulables. Trouvez celles dont vous pouvez bénéficier grâce au simulateur gratuit de QuelleEnergie.fr


Pour rappel, toutes les personnes qui ont remplacé leurs ouvertures en 2017 peuvent rapporter ces travaux sur leur déclaration 2018 pour les revenus de 2017 : ils seront les derniers bénéficiaires du CITE à 30 % pour ce type de chantier.

Une augmentation de 6 % des ventes de fenêtres

L’annonce du gouvernement a entraîné, sur le marché des fenêtres, un envol des ventes évalué à 6 % en 2017. Cet essor résulte majoritairement d’un véritable rebond observé au second semestre, exactement au moment où les Français ont appris qu’ils ne pourraient bientôt plus déduire cette rénovation de leur prochaine facture fiscale.

Depuis le début de l’année 2018, les ouvriers et gérants d’entreprises continuent de travailler à plein régime, parce que les ménages commandent encore de nouvelles fenêtres, considérant que le CITE à 15 % (valable jusqu’à fin juin) reste une bonne alternative. À l’heure actuelle, le secteur n’a jamais été aussi tendu : dans quelques semaines, le dispositif fiscal n’existera plus, beaucoup de clients insistent donc pour terminer le chantier dans les plus brefs délais.

Après quatre années de crise, les professionnels de la fenêtre ont réussi, en 2017, à dépasser la barre des 10 millions de ventes, un niveau jamais atteint depuis 2012.

Les rénovations massives entretiennent les carnets de commandes

Faut-il craindre une perte d’activité dans le monde du bâtiment après le mois de juin, quand le CITE sera uniquement concentré sur des chantiers plus ciblés ? Robert Dullat, président de l’Union des fabricants de menuiseries (UFME), se veut rassurant : pour lui, la reprise résulte aussi de la mise en chantier de logements neufs, dans le cadre de la politique visant à moderniser le parc résidentiel français. En ce sens, les professionnels n’ont pas de souci à se faire : ils devraient sans problème avoir du travail sur les prochains mois, même si le CITE se restreint sur un nombre plus faible de travaux.

En parallèle, près de deux tiers des fenêtres vendues étaient destinées à des logements anciens, pour lesquels les occupants prévoyaient une rénovation énergétique. Ainsi, si les politiques continuent d’encourager ces initiatives, les artisans du bâtiment conservent logiquement leur optimisme : leurs agendas resteront complets et leurs chiffres d’affaires seront favorables à moyen terme.

explosion-vente-fenetres2

L’espoir du chèque énergie et de la prime pour les artisans

Entre juin et décembre 2018, les particuliers ne comptent sur aucune aide pour financer leur remplacement de fenêtres. Mais les artisans, de leur côté, croient en un regain d’attractivité début 2019, parce que le gouvernement n’a pas encore statué sur l’intégration — ou non — de ce chantier au chèque ou à la prime énergie.

À l’heure actuelle, on attend un rapport détaillant les études menées conjointement par l’ADEME et le centre scientifique et technique du bâtiment, l’objectif étant de comprendre à quel point le changement d’ouvertures peut générer des économies d’énergies. Si les conclusions sont favorables, on peut espérer de nouveaux coups de pouce pour ce chantier dès 2019.

Pour finir, rappelons que le contexte demeure positif : début 2018, les rénovations énergétiques ont augmenté de 2,5 % — tandis que les mises en chantier, dans le neuf, continuent de booster les entreprises artisanales.

Le saviez-vous ?

 

Faites votre demande de devis sur QuelleEnergie.fr pour être mis en relation avec des artisans qualifiés RGE et spécialisés dans le domaine de travaux correspondant à vos projets.

 

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :