2018, une année positive pour le secteur électrique français

2018, une année positive pour le secteur électrique français

Article de notre partenaire Le Monde de l’Energie

Le gestionnaire du réseau électrique français RTE a rendu public son fameux bilan électrique pour l’année écoulée.

Ce document revient sur les évolutions qui se sont opérées au sein de notre système électrique.

On apprend ainsi que 2018 aura été une année largement positive pour le secteur de la production française.

Le document bilan nous apprend en effet que malgré une hausse marquée de la production totale d’électricité, les émissions de gaz à effet de serre se sont inscrites à la baisse grâce à l’effet conjugué de la reprise de la production nucléaire et des conditions météorologiques favorables aux énergies renouvelables. Explications.

Une production en hausse mais des émissions de CO2 en baisse

On apprend ainsi que 2018 a été une année caractérisée par une augmentation de la production d’électricité : les centrales ont généré 548,6 TWh d’électricité, soit un volume en augmentation de 3,7% par rapport à 2017.

Le bilan de RTE permet de constater que l’électricité produite en 2018 aura été décarbonée à hauteur de 86%. L’année passée se classe donc parmi les 3 années les moins émettrices de CO2 de ces 10 dernières années.

“En 2018, les émissions de CO2 diminuent de 28% et retrouvent un niveau proche de celui de 2015. Les progressions conjuguées des productions nucléaire et hydraulique ont conduit à un recours moindre aux moyens thermiques à combustibles fossiles en 2018”, se félicitent les auteurs du rapport de RTE.

Une production toujours plus décarbonée

Le bilan électrique met en avant une production d’électricité particulièrement respectueuse de l’environnement et peu émettrice de gaz à effet de serre grâce, d’une part, à une meilleure disponibilité du parc nucléaire français et, d’autre part, à des conditions météos propices pour les énergies renouvelables hydraulique, solaire et éolienne.

En 2018, le parc nucléaire a assuré la production de 71,1% de l’électricité française, ce qui représente une part relativement similaire aux années précédentes dans notre mix électrique.

En termes de volume, la production 2018 des 58 réacteurs représente plus de 393 TWh, soit un chiffre en progression de 3,7% par rapport à 2017.

Du côté des énergies renouvelables, la tendance est également à la hausse. La part de ces énergies propres dans notre mix électrique s’est en effet élevée à 22,7% en 2018, soit une augmentation de 18,5% par rapport à 2017.

RTE précise que le parc hydraulique a contribué à hauteur de 58,1% des volumes produits grâce à “un excédent pluviométrique”.

Même son de cloche du côté de l’éolien (25,6% des volumes renouvelables générés en 2018) et du solaire (9,4%) qui ont bénéficié de “conditions météorologiques particulièrement favorables”.

Les autres faits marquants de 2018

“En 2018, les émissions de CO2 diminuent de 28% et retrouvent un niveau proche de celui de 2015. Les progressions conjuguées des productions nucléaire et hydraulique ont conduit à un recours moindre aux moyens thermiques à combustibles fossiles en 2018”, précise RTE.

La production des centrales thermiques tricolores s’inscrit en effet en baisse de 26,8% en 2018 par rapport à 2017.

Une fois corrigée des aléas climatiques et des effets calendaires, la consommation électrique française s’établit à 474 TWh pour l’année 2018.

Un résultat qui confirme la tendance à la stabilité observée depuis une dizaine d’années. Les auteurs du rapport soulignent cependant que cette stabilité traduit une meilleure maîtrise de la consommation car elle s’inscrit dans un contexte d’utilisation croissante des appareils électriques.

Traduisant la bonne santé du secteur électrique hexagonal, les échanges transfrontaliers ont permis à la France de devenir “le pays le plus exportateur d’électricité d’Europe”.

En 2018, la France n’a eu besoin de recourir à l’électricité produite à l’étranger que lors de 17 journées (contre 52 en 2017). A contrario, l’Hexagone a injecté plus de 86 TWh d’électricité sur le réseau électrique de ses voisins.

“Le solde France des échanges s’établit à 60,2 TWh en 2018, en progression par rapport aux deux années précédentes (…). Le solde des échanges est positif tous les mois, et s’élève à 7,85 TWh en mai, au plus haut depuis le mois de juillet 2014. La France redevient le pays le plus exportateur d’Europe, la progression des exports étant liée à une hausse du prix français plus modérée que ses voisins”.

Le Monde de l'Energie

Article de notre site partenaire « Le Monde de l’Energie ».

Média participatif traitant toute l’actualité liée à l’énergie en France et dans le monde, et donnant la parole à des spécialistes des énergies renouvelables, de l’éolien, du solaire, des smart grids…

 

On en parle dans cet article

L’électricité

L’électricité est une énergie dont le prix ne fait qu’augmenter. Entre 2002 et 2012, elle a connu une hausse de 17%, ce qui fait de cette énergie la plus chère du marché !

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :