Certains ménages en précarité énergétique

Rénovation thermique : des ménages en précarité énergétique

Un rapport du Ministère de l’Environnement nous informe sur la précarité énergétique de certains ménages. Un tiers des ménages français ont réalisé des travaux de rénovation énergétique entre 2008 et 2012. Il faut noter que ces travaux ont été réalisés par des occupants aisés ou des propriétaires. Des diagnostics de performance de 2013 relèvent en moyenne 3 à 4 recommandations de travaux par logement, les locataires et ménages en précarité énergétique étant davantage touchés.


Saviez-vous que Quelle Energie vous propose de réaliser un diagnostic énergétique complet ? Comment faire des économies sur votre facture d’énergie ? Faites le test !


Des travaux de rénovation énergétique

L’enquête Phébus relève qu’entre 2008 et 2012, 42 % des ménages ont entrepris des travaux dont 79 % pour des raisons énergétiques. Ces multiples motivations sont souvent liées à une diminution de la consommation énergétique :

  • 41 % concernent une baisse des dépenses énergétique ou une amélioration du chauffage
  • 38 % pour la réparation d’un ancien équipement énergétique ou endommagé

Graphique 1 : part des logements ayant fait l'objet de travaux (au total et pour motif énergétique) entre 2008 et 2012Les ménages dont le logement possède une étiquette énergétique A, B ou C sont moins nombreux à réaliser des travaux d’économies d’énergie (34 %) que ceux possédant une étiquette D ou E (38 %). De plus, il est important de savoir que 28 % des logements utilisant l’électricité comme énergie principale ont réalisés des travaux de rénovation énergétique (4 points en dessous de la moyenne). Une explication plausible est que les équipements tels que les chaudières à gaz ou bois, par exemple, se changent plus fréquemment que les équipements électriques.

Les locataires ou précaires réalisent moins de travaux

Le coût, le financement, la réalisation des travaux, ainsi que les aides dépendent grandement des ménages et de leur nature. Les propriétaires effectuent bien plus de travaux que les locataires tout en dépensant le double de la somme consacrée par les locataires lors de la réalisation de travaux. Les propriétaires sont la moitié à avoir bénéficié d’une aide contrairement aux locataires.

Le niveau de vie joue sur la réalisation ou non des travaux : en effet, plus le ménage est aisé, plus il réalise de travaux. Ce cas représente la moitié du total dans le quart supérieur de la population en termes de revenu par unité de consommation, contre un tiers dans le quart inférieur. On observe une corrélation entre le niveau de vie et le financement moyen des travaux. Les ménages précaires entreprennent moins de travaux que les autres et lorsqu’ils le font le budget est inférieur.

Une moyenne de recommandations différente selon l’étiquette énergétique

3,6 recommandations sont en moyenne faites aux logements en France, pour un total de 100 millions de potentielles actions de rénovation. Ces recommandations concernent une multitude de types de travaux :

De plus, au moins la moitié de ces actions sont rentabilisées en moins de dix ans pour un coût de plus de 1000 € pour moins de la moitié des cas. Evidemment plus la performance énergétique du logement est faible, plus les recommandations qui lui sont faites sont élevées.

Des travaux rentables dans les logements précaires

Graphique 2 : nombre moyen de recommandations par logement suivant l'étiquette DPE en 2013Les recommandations prodiguées dépendent des caractéristiques du ménage concerné, de sa nature, de son statut d’occupation et de ses revenus. Ces facteurs font varier l’influence que possède un ménage sur son logement, c’est-à dire dans le cas présent, sur les travaux réalisables. Par exemple, les locataires occupant des maisons individuelles réalisent moins de travaux mais font plus l’objet de recommandations que les propriétaires de ce même type de maisons. Les maisons en location sont freinées dans leur course à la rénovation.

Pour ce qui concerne les appartements, le nombre de recommandation est similaire entre les locataires et les propriétaires. Il est même possible d’aller jusqu’à dire que le nombre moyen est même supérieur pour les logements occupés par des propriétaires si l’on considère les investissements lourds et rentables selon leur définition. On explique cela par leur volonté de davantage prendre part à une rénovation de leur logement ; ils priorisent d’abord l’isolation par l’extérieur car leur âge, souvent intermédiaire, les pousse à cela ainsi qu’à un changement de chaudière pour les ménages concernés.

Le saviez-vous ?

 

Quelle Energie vous propose d’estimer gratuitement l’efficacité énergétique de votre logement et vous conseille dans le choix de solutions de rénovation les plus adaptées.

 

Des obstacles à la rénovation pour les ménages modestes sont encore une fois relevés car on observe une corrélation entre niveau de vie et nombre de travaux réalisés. Le nombre moyen de recommandations pour les ménages souffrant du froid est de 0,8 et de 1,3 pour ceux concernés par des dépenses énergétiques de plus de 10 % de leurs revenus.

On en parle dans cet article

L’isolation

Evitez les déperditions thermiques grâce à l’isolation. Elle permet de protéger l’intérieur de l’habitat de l’influence de l’extérieur, tant sur le plan thermique que sur le plan phonique.

En savoir plus

Vos réactions

19 Mai

Ce bilan prouve que la réalisation des travaux de rénovation énergétique se base sur l’aspect concret : le total de l’enveloppe financière du foyer. Il existe encore un méconnaissance des aides en faveur des revenus les plus modestes. L’arrivée en tête de l’isolation avec 32% atteste le bon sens de la priorisation des travaux.

Cozynergy.com



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :