Quelle place pour l’écologie dans la France de 2025 ?

Quelle place pour l’écologie dans la France de 2025 ?Les ministres ont, eux aussi, eu droit à quelques devoirs de vacances. En juillet dernier, François Hollande leur avait demandé de rédiger une rédaction dans laquelle ils exposeraient « leur vision de la France en 2025 ». Un mois plus tard, les copies ont été rendues lors du séminaire gouvernemental du 19 août. Quelle place les ministres ont-ils accordée dans leurs travaux à l’écologie et aux économies d’énergie ? Qu’est-ce que cela peut-il annoncer pour la conférence environnementale des 20 et 21 septembre prochains ?

La France sera la référence mondiale

Le devoir de Pierre Moscovici, Ministre de l’économie et des finances, identifie trois menaces (macro-géo-économique, démographique et social ainsi que péril micro-économique et technologique) mais pas celle liée à l’épuisement des ressources ou à l’enjeu de la transition énergétique. Le ministre pense qu’en 2025, la France sera « la référence mondiale d’innovation sociale » car elle aura mené une « révolution de l’entreprenariat social pour répondre aux défis des circuits courts, de l’accès aux logements durables, de la production d’énergie propre ».

Arnaud Montebourg, Ministre du redressement productif, estime, quant à lui, que la France, d’ici 12 ans, aura développé « une offre mondiale en matière d’énergies renouvelables et de smart grids » ce qui permettra notamment « d’industrialiser une offre exportable dans les éoliennes off-shore ».

Il n’y a bien que Cécile Duflot, Ministre de l’Égalité des territoires, pour évoquer les changements climatiques ainsi que les risques qui pèsent sur la biodiversité. Elle juge qu’il faudra privilégier les circuits cours et l’habitat durable, allant jusqu’à dire qu’en 2025, « chacun dispose[ra] d’un toit et d’un environnement de qualité ».

Doit-on comprendre de ces travaux que les ministres vont se donner tous les moyens nécessaires pour que leurs projections idéalistes s’accomplissent ? On aimerait bien y croire mais cela semble aussi utopique que les portraits de la France qu’ils ont dressés !

Le travail en commun de 4 ministres

Quatre ministres ont également travaillé ensemble. Il s’agit de Cécile Duflot, de Stéphane Le Foll, Ministre de l’agriculture, de Philippe Martin, Ministre de l’écologie, et de Pascal Canfin, Ministre du développement. Ils ont signé une lettre commune rendue à Jean-Marc Ayrault dans laquelle ils lui demandent d’accélérer la transition énergétique. Ils veulent qu’elle soit choisie plutôt que subie. Ils souhaitent une « évolution rapide » du système productif indispensable pour éviter que « l’accès aux ressources ne soit une cause de conflits et d’inégalités nouvelles ». Ambitieux, ils considèrent qu’en « engageant dès aujourd’hui la transition des filières industrielles et du tissu économique, il est possible de créer d’ici à 2025 un million d’emplois dans la transition écologique ».

Une contribution climat énergie
Philippe Martin semble se mettre directement au travail. Lors des journées d’été des écologistes à Marseille qui ont lieu entre le 22 et le 24 août 2013, le Ministre de l’Ecologie a annoncé la création d’une « contribution climat énergie », nouvelle taxe carbone à la française. Les modalités de cette mesure sont encore floues, car il y aura débat « sur le montant et le rythme » de cette contribution. Celle-ci a pour but d’encourager autant les particuliers que les entreprises à adopter des comportements plus « verts » en taxant les consommations d’énergies polluantes.

Vos réactions

23 Août

On parle beaucoup d’innovation, d’écologie, de développement durable etc. C’est une très bonne chose mais, par contre, on ne nous parle jamais du coût que toutes ces opérations ont sur les particuliers….

Julien
26 Août

@Julien : Outre la future contribution climat-énergie, il y a également la CSPE, taxe en faveur du développement des énergies renouvelables, intégrée à notre facture d’électricité !

Mathilde Chevallier
27 Août

Le débat sur la transition énergétique a clairement exprimé la nécessité que cette transition se fasse sans diminuer la compétitivité des industries, ni le pouvoir d’achat des ménages. La réponse des ministres est taxes, contributions, CSPE, TIPP et j’en oublie.
En Allemagne, le prix de l’électricité a doublé pour financer les énergies renouvelables.
En France, l’Etat signe des contrats pour 20 ans avec des multinationales pour monter des éoliennes subventionnées. Le prix de l’électricité fournie sera le double ou le triple du prix moyen actuel.
On prétexte l’économie de CO2. En France, on produit l’électricité avec moins de 10% de combustibles fossiles. L’Etat signe les contrats mais le paiement ne sera pas fait sur le budget du ministère de l’écologie mais sur notre facture d’électricité par la CSPE et comme ça ne suffira pas, il est prévu d’étendre la CSPE à tous les combustibles. (Y compris le bois ?)
Par exemple, un parc éolien en mer va nous coûter 7 milliards d’euros, le Grenelle prévoit 12 parcs, on va nous faire payer 84 milliards d’euros pour quoi ? On n’en a pas besoin.
Cet argent serait mieux dépensé à améliorer les logements et pour l’innovation pour l’économie d’énergie à destination des ménages pour dépenser moins. Les équipements sont aujourd’hui beaucoup trop chers (PAC, photovoltaïque, petites éoliennes…)
Nos ministres nous proposent de payer encore plus d’impôts ! Surtout pour rien !
Je suis en colère.

ITC78
28 Août

@ITC78 : Taxer les contribuables est une solution de facilité. Les efforts devraient êtres faits des deux côtés !

Mathilde Chevallier



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :

  • Une Taxe carbone pas si spectaculaire ! Elle va en décevoir plus d'un et en rassurer d'autres... Une chose est sûre : elle sera intégrée au paquet fiscal de 2010. La loi Grenelle ne […]
  • Accords sur la taxe carbone Les tables rondes pour la réflexion sur la taxe carbone (contribution énergie-climat) présidées par Michel Rocard ont été fructueuses et ont abouti […]
  • Écologie : Quelle médaille pour la France ? Mis à part les Jeux Olympiques, l'écologie fait partie de l'une des priorités du pays. Mais quelle médaille accorderions-nous à la France dans ce domaine ?