Captage et stockage de CO2

Stockage CO2La lutte contre le réchauffement climatique passe d’abord par la baisse des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Plus qu’un vœu pieux, il s’agit d’abord d’une nécessité si l’on veut éviter une augmentation de la température et du nombre de catastrophes naturelles exceptionnelles. Principale responsable de ces rejets : la combustion d’énergies fossiles, qui représentait environ 29.7 milliards de tonnes en 2007. D’après l’Agence américaine d’Information sur l’Energie (EIA), on pourrait assister à une hausse de la teneur en CO2 dans l’atmosphère de 43% d’ici 2035 si aucun accord international ne limite les émissions de GES d’ici-là.

Le principe de la séquestration du dioxyde de carbone

Si la baisse des émissions de CO2 passe par la limitation de la consommation, une autre solution retient l’attention des scientifiques : le captage et le stockage de ce gaz. Le principe est simple : il suffit d’emprisonner le CO2 dans des cavités souterraines semblables à celles d’où les combustibles fossiles ont été extraits. Il suffirait de remplir ces « poches » étanches avec du dioxyde de carbone, puis de les sceller pour obtenir un réservoir de stockage. L’acheminement se fait par le même type de conduits que pour extraire les hydrocarbures (les gazoducs par exemple). La technique est déjà connue : c’est ainsi que les pétroliers procèdent pour augmenter la pression dans une poche où le pétrole ne s’écoule pas de lui-même. Il est également possible d’enfouir le dioxyde de carbone au sein de poches d’eau salée souterraines (aquifères salins profonds) ou même entre le noyau terrestre et le manteau inférieur, vers 2.900 km de profondeur (selon une théorie basée sur la géochimie du manteau terrestre).

Coûts et possibilités

Le Bureau des Recherches Géologiques Minières (BRGM) estime que les capacités de stockage cumulées des différents réservoirs possibles sont de l’ordre de 10.000 milliards de tonnes de CO2. Le Groupement Intergouvernemental d’Expert sur l’évolution du Climat (GIEC) est plus réservé et parle d’une capacité de 2.000 milliards de tonnes. Injecter du gaz via les forages, ce sont 5 années de préparation du terrain, entre 30 et 40 ans d’exploitation pour le remplissage et 10 ans pour sceller le réservoir. Le risque de fuites est de 1% sur un siècle. Au niveau de la faisabilité du projet, des tests sont en cours depuis 1996 ; l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) a récemment retenu 4 projets de stockage de gaz carbonique qu’elle financera à hauteur de 45 millions d’euros sur une durée de 6 à 8 ans. Le but est de rendre disponible cette technologie en phase industrielle à partir de 2025. Il s’agit d’un défi de grande ampleur qui a su mobiliser les grands noms de l’énergie tels Total, Alstom, EDF, GDF Suez ou Véolia.

Les risques du stockage en profondeur

Les risques inhérents à l’enfouissement de dioxyde de carbone dans le sous-sol sont d’ordre géologique et thermodynamique. En effet, injecter du CO2 à une température différente de celle de l’encaissant (matière dans laquelle est faite le réservoir naturel) pose des problème de dissolution de matière. Ainsi le réservoir pourrait se retrouver fissuré à cause de ce genre de phénomènes, ce qui mettrait en jeu l’étanchéité de la structure. Un dégazage massif de gaz carbonique peut avoir des conséquences mortelles : à titre d’exemple on se souvient l’accident ayant eu lieu en 1986 au Lac Nyos (Cameroun) où l’émission soudaine d’une énorme « bulle naturelle » de 1 km3 de CO2 avait tué 1.700 personnes et des milliers d’animaux.

En conclusion, on peut dire que la séquestration de dioxyde de carbone est une possibilité pour soulager les maux du réchauffement climatique, mais n’est en rien une solution miracle étant donnés son coût et sa durée de mise en place. Un débat proche de celui sur la question de l’enfouissement des déchets nucléaires, dans la mesure où ces puits de stockage peuvent être un cadeau empoisonné pour les générations futures en étant tout simplement oubliés, devenant ainsi de véritables bombes à retardement…

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :