Un poêle à pellet pour l’hiver

Un poêle à pellet avant l’hiverUn cauchemar, votre budget chauffage ? La chaudière va-t-elle passer l’hiver ? Pensez-vous remplacer l’antique poêle à bois ? Le poêle à granulés va vous intéresser ; des économies substantielles vous tendent les bras.

Pellet, granulé, kezaco ?

Le « pellet stove » – ou poêle à granulés de bois – voit le jour aux Etats-Unis dans les années 70 et s’y déploie rapidement au cours des années 80. Encore émergent en France, ce mode de chauffage est désormais très répandu en Italie et en Suède, premiers consommateurs européens de granulés de bois.

Les principaux fabricants de poêles sont italiens, autrichiens, allemands. Les Français, plus présents sur l’âtre et le poêle traditionnel, entendent bien rejoindre le peloton. L’offre se diversifie, les perspectives de marché sont alléchantes : +20% annuels anticipés pour les prochaines années selon plusieurs fabricants. Les ventes couvraient à peine 5% du marché des poêles et inserts en 2009 ; elles devraient bientôt égaler celles des poêles à bûches.

Economique

Le poêle à pellets, 3 à 4 fois moins onéreux qu’une chaudière, est d’abord une bonne option économique. Le combustible en granulé est l’une des sources d’énergie les plus abordables du marché, derrière le bois déchiqueté et les bûches, et devrait le rester. Nous y reviendrons dans un prochain article. Mais rappelons d’abord que l’énergie la moins chère est celle qui ne coûte(ra) rien : pensez à examiner au préalable toutes les possibilités de réduire en amont le besoin de chauffage. En améliorant l’isolation du logement par exemple. Vous pouvez estimer votre potentiel d’économie à l’aide de notre simulateur gratuit.

Le Poêle à granulés possède toutes les caractéristiques du chauffage idéal : facile à installer, performant et alimenté par un combustible très économique, découvrez si le poêle à bois est adapté à votre logement.

 

Facilité d’usage

Les poêles à pellet récents se caleront aussi plus finement sur vos besoins de chauffage, générant autant d’économies d’usage : marche et arrêt se commandent d’un doigt sur le bouton ou d’un clic sur la télécommande ; les réduits de nuit se programment à l’avance, voire se pilotent à distance sur votre smartphone dernier cri. Sans compter l’économie de manutention et d’espace de stockage dédiés aux bûches.
Vous l’aurez compris, le poêle à pellets apporte un confort d’utilisation inédit pour un chauffage au bois, grâce à la fluidité du combustible en granulés. Selon le modèle, la capacité du réservoir et votre usage, l’autonomie varie de 1 à 5 jours, où la bûche tient vaillamment quelques heures au maximum.

Performant

Mais il bénéficie également des dernières évolutions technologiques en terme d’efficacité énergétique. Meilleure diffusion de la chaleur dans l’espace de vie, par convection ou ventilation, qui évitera les désagréables gradients thermiques des poêles traditionnels. Double chambre de combustion, alimentation d’air contrôlée, avec ou sans bouilleur pour alimenter le réseau d’eau chaude sanitaire. Le poêle à pellets se décline en différentes options et sur une large gamme de puissance qui permet de l’envisager en appoint et même en source principale de chauffage pour les logements économes et les espaces de vie réduits.
Plus performants que les appareils de chauffage au bois traditionnels, les modèles récents de poêles à pellets et à bûches atteignent des rendements de l’ordre de 80 % à 94 % et répondent seuls au critère d’attribution du crédit d’impôt (>70 % de rendement). Rappelons que le rendement d’une cheminée à foyer ouvert atteint à peine 10 % à 20 %.
Le combustible lui-même, plus sec, moins de 10 % d’humidité contre plus de 20 % pour les bûches, est doté d’un pouvoir calorifique plus élevé que le bois brut. Et chauffe donc sensiblement plus à poids égal (4,4 kWh/kg pour les pellets contre 4,0 kWh/kg en moyenne pour les bûches). Tout en générant moins de cendres, grâce à une combustion plus complète.

Environnemental ?

Le bois énergie est considéré comme une ressource renouvelable. Dans la nouvelle réglementation thermique applicable au neuf (RT 2012) et les suivantes, l’énergie primaire est désormais plafonnée. Or l’énergie primaire conventionnellement associée au bois est plus de trois fois plus faible que celle liée à l’usage d’électricité. Les pellets à base de résidus de la filière bois et d’origine locale ont de beaux jours devant eux. Reste que le chauffage au bois est l’un des principaux contributeurs à la pollution atmosphérique, concernant les particules, le monoxyde de carbone, les composés organiques volatiles et autres goudrons. D’où l’intérêt de remplacer les appareils anciens et peu performants par des modèles récents à combustion plus complète et moindre nuisance pour l’environnement.

Un peu de technique

Un poêle à pellets s’installe facilement sur tout conduit de fumée existant, voire en ventouse en habitat individuel. Vous confierez avantageusement cette tâche à un professionnel expérimenté : le bon réglage initial conditionne le rendement de l’appareil. Une alimentation électrique est nécessaire à l’électronique embarquée, à l’alimentation du foyer et aux circulations d’air.
Moins robuste que le poêle à bois traditionnel, le poêle à pellets en appelle à vos bons soins pour durer : a minima un nettoyage annuel approfondi pour garantir le bon fonctionnement du foyer. Pour le reste, l’entretien se limitera à l’évacuation hebdomadaire des cendres et à l’approvisionnement en granulés (en sac ou en vrac), en veillant à ce qu’ils n’aient pas capté d’humidité lors du stockage (risque d’encrassement du brûleur).

Comment choisir ?

Une large palette est disponible, combinant design et variantes fonctionnelles (options de commande, ventilation ou convection, combinés avec bouilleur, poêle masse…). Optez pour un appareil étanche qui vous évitera tout désagrément en cas de coupure d’électricité (retours de fumée). Le label Flamme verte vous indiquera les appareils les plus performants. Soyez attentifs aux bruits de fonctionnement (ventilation, alimentation du foyer). Privilégiez la qualité aux premiers prix, assurez-vous d’un service après-vente durable.

Prix

De 1 500 à plus de 4 000 € pour les modèles plus évolués.
Pour plus de d’informations, consultez notre dossier complet sur le poêle à pellet.

On en parle dans cet article

Le chauffage au bois

Le chauffage au bois est peu coûteux et respectueux de l’environnement. Le bois comme combustible est, en effet, l’énergie la moins chère du marché !

Le chauffage

Il existe de nombreux types de chauffage allant du chauffage à inertie au plancher chauffant alimenté par une chaudière à condensation en passant par les énergies renouvelables.

En savoir plus

Vos réactions

04 Oct

Demande de devis pour installation d un poêle à pellets à convection

ORLANDINI
05 Oct

Bonjour,

Vous pouvez faire vos demandes de devis sur Quelle Energie pour être mis en contact avec des artisans qualifiés de votre région.
Vous pouvez remplir les informations concernant votre projet via ce formulaire pour obtenir un devis gratuit : https://www.quelleenergie.fr/demande-devis/formulaire

Bien à vous,

Corinne Garnier



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :