Gestion inefficace de l’énergie dans le tertiaire : un constat coûteux

Bâtiments du secteur tertiaire

Le confinement a mis en lumière les défauts de pilotage énergétique de certains bâtiments du secteur tertiaire. La société Deepki, spécialisée dans l’usage de la data au service d’un immobilier plus durable, a détecté des niveaux de consommation inadaptés au regard de la situation du pays du 17 mars au 11 mai 2020. Explications.

Pilotage de la consommation : une partie du tertiaire botte en touche

La chute de l’activité économique laissait présager une consommation d’énergie drastiquement réduite dans les bâtiments du secteur tertiaire. Une attente confirmée chez la plupart des plus de 3 500 sites étudiés par la Data-Scientist Giulia Caputo et son équipe. Mais qu’en est-il des autres ? Les mesures effectuées révèlent que 40 % des sites n’ont pas adapté leur niveau de consommation énergétique pendant le confinement. Ces bâtiments sont passés à côté d’économies considérables. Sur la base de 17 clients, la société a pu estimer les gains potentiels à 123 000 € HT par semaine. Encore une fois, les bouleversements liés à la propagation du SARS-CoV-2, ont mis en évidence des failles sous-jacentes. En dehors de toute crise exceptionnelle, la gestion efficace du bâtiment permet déjà une économie de l’ordre de 5 % à 10 % sur la consommation d’énergie.

Sensibiliser les employésAvec ses 970 millions de m² de surface chauffée*, le secteur tertiaire a un rôle à jouer dans l’atteinte des objectifs du pays en matière d’efficacité énergétique. Avant de rénover, les entreprises peuvent d’ores et déjà agir sur leur consommation grâce à des mesures simples. Pour conseiller ses clients, la société Deepki détermine le « talon » de consommation, c’est-à-dire les dépenses minimales observées lorsque le site est fermé, ou en baisse d’activité. Cela inclut par exemple les équipements en veille ou ceux nécessitant un fonctionnement en continu. Un dépassement ponctuel du talon peut être corrigé par la sensibilisation des employés aux bonnes pratiques d’économies d’énergie. Si la surconsommation en période de faible activité est récurrente, la solution passe davantage par la régulation et la programmation des équipements.

Des mesures immédiates aux travaux d’envergures

La plupart des bonnes pratiques applicables chez soi au quotidien le sont aussi en entreprise !

Travailler en plein lumièreAgencement pertinent

Un bon agencement de l’espace sait tirer profit des sources de lumière naturelle, limitant ainsi l’usage de l’éclairage artificiel tout au long de la journée de travail. La disposition du mobilier doit favoriser la diffusion de la chaleur ou de la fraîcheur à travers la pièce. Pour cela, conservez une distance raisonnable devant les radiateurs ou les climatiseurs.

Optimiser les performances du chauffage

Un taux d’humidité élevé rend l’espace plus difficile à chauffer. Pour évacuer la vapeur d’eau, n’hésitez pas à aérer même en hiver, en prenant soin d’éteindre ou de baisser le chauffage au préalable afin d’éviter toute dépense inutile. Si les locaux sont équipés de volets ou de stores, leur fermeture nocturne participe à la conservation de la chaleur produite pendant la journée. Fermez également les points d’accès vers les espaces non chauffés : rangements, escaliers…

Limiter les dépenses de climatisation

Le fonctionnement de la climatisation est particulièrement énergivore. Pour éviter les excès, il est préférable de ne pas dépasser 4 °C de différence entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment. Cet écart peut être réduit en laissant l’air circuler de bon matin, lorsque les températures sont au plus bas.

Passage à l’étape supérieur : piloter et rénover

La réalisation d’un audit énergétique par un cabinet spécialisé reste le meilleur moyen de repérer les défauts de fonctionnement du bâtiment. À partir de ce constat, les solutions les plus pertinentes pourront être mises en place : de l’installation d’outils de gestion intelligente à la rénovation énergétique du bâtiment. Ces actions d’amélioration des performances sont encouragées par le gouvernement, et soutenues dans le cadre du plan France Relance, aussi bien pour les bâtiments publics que pour les locaux professionnels des TPE/PME.


Ces aides peuvent également être mobilisées pour soutenir les projets des particuliers. Retrouvez sur QuelleEnergie.fr tous les dispositifs de financement accessibles selon votre situation et le type de travaux envisagés : mes aides et subventions.


*Ademe – Climat, Air et Énergie : chiffres-clés. Édition 2018.

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :