Le secteur du BTP a du mal avec la gestion de ses déchets

La gestion des déchets du BTP

Avec 10 millions de tonnes par an de déchets du second œuvre (tout ce qui n’est pas constitutif de la structure finale d’un bâtiment) issus du secteur du BTP, et dont seuls 35 % sont recyclés, l’enjeu est de taille lorsque l’on connait l’importance du recyclage pour l’environnement. Cependant la situation tend à s’améliorer et les enseignements d’une large étude (le projet Démoclès) sur le sujet sont nombreux.

Seuls 35 % des déchets issus du BTP sont recyclés

Le projet Démoclès cherche à démontrer que 80 % des déchets du second œuvre pourraient être recyclés sans surcoût si plusieurs ajustements étaient réalisés.

40 organismes, entreprises et administrations sont à l’origine du projet Démoclès, un groupe collaboratif coordonné par Reclycum, qui pendant 18 mois a étudié les déchets du second œuvre issus de chantiers de démolition et de réhabilitation.

Les déchets issus du BTP sont variés. « L’origine des déchets est la suivante : 25,4 millions de tonnes provenant de démolitions/déconstructions, 11,3 Mt provenant de réhabilitations/entretiens, et 2,3 Mt provenant de la construction neuve&nbps;», précise Erwan Le Meur, président de Feder BTP. La grande majorité des déchets est donc issue des chantiers de démolition et de rénovation, seuls 6 % proviennent des chantiers de construction. Les déchets issus du BTP sont variés et n’entrent pas tous dans la même catégorie.

Ouvriers travaillant sur un chantier

L’ensemble des déchets est constitué à 72 % de déchets « inertes », à 26 % de déchets « non-dangereux » et à 2 % de déchets « dangereux » (l’amiante par exemple).

Les résultats de cette analyse ont révélé que seulement 35 % des déchets inertes comme le verre ou le carrelage étaient valorisés pour seulement 15 % des déchets dits « non-dangereux » comme le plâtre ou le bois.

Pour le groupe Démoclès, qui a suivi 19 chantiers dans le cadre cette étude, il serait largement possible d’atteindre un taux de 80 % de déchets recyclés, et ce sans surcoût. « Une majorité de maîtres d’ouvrages ne sont pas concernés par la gestion des déchets. L’omniprésence des bennes, inadaptées aux petits flux de déchets et aux surfaces d’évacuation réduites, résulte d’un service non dimensionné en fonction du volume de déchets et de la surface d’évacuation disponible » soulèvent les personnes responsables de l’étude Démoclès. Par ailleurs, les membres de Démoclès ont remarqué que 90 % des déchets du second œuvre étaient collectés sans tri initial et se retrouvent complètement mélangés dans les bennes à ordure.

Une situation qui s’améliore

En 2020, les déchets non dangereux issus du BTP devront atteindre un taux de valorisation de 70 %.

Même si cet objectif fixé par la réglementation européenne paraît élevé et que les quantités de déchets du BTP ne cessent d’augmenter, nous sommes sur la bonne voie. En effet, ces déchets sont de mieux en mieux collectés pour satisfaire aux exigences environnementales. Ainsi, comme nous le révèle Erwan Le Meur : « 39,2 millions de tonnes ont été collectées en 2015, soit un million de tonnes de plus qu’en 2014. Ces volumes en hausse de +2,6 % montrent que la collecte progresse significativement contrairement à l’activité du bâtiment (-3 %) ».
Le principal levier d’amélioration réside dans le tri à la source qui permettrait de mieux valoriser les déchets.

Le saviez-vous ?

 

Pour réduire vos factures d’électricité et de chauffage vous pouvez réaliser des travaux d’économies d’énergie.
N’oubliez pas de demander un devis gratuit pour être contacté par un professionnel qualifié.

 

L’importance du recyclage pour l’environnement

L’intérêt d’un tel remaniement de la gestion des déchets n’est pas seulement économique, mais aussi écologique.

Le recyclage des déchets est important

Une étude menée par la Fédération des entreprises du recyclage (Federec) et publiée le 1er décembre 2016 a voulu prouver l’influence positive de recyclage sur l’environnement. Ainsi, en 2014 en France, ce sont 22,1 millions de tonnes de gaz à effet de serre qui n’ont pas été émises grâce au recyclage. Cela représente environ 25 % des émissions du parc automobile français sur 1 an. De plus, le recyclage a permis d’économiser plus de 124 Twh, soit 25 % de la production française d’électricité.

La Federec a profité de cette étude pour mettre à la disposition des entreprises de BTP un outil Web : « Ce dernier servira aux adhérents de Federec pour évaluer l’impact de leurs process de production au regard de leurs tonnages et des étapes de cycle de vie correspondant (par exemple, le choix du broyage ou du cisaillage dans le cas des métaux). Ils pourront également évaluer les coûts/bénéfices environnementaux d’éléments techniques tels que les distances de transport, les consommations d’énergie, les pertes, etc. »

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :