Insécurité et vieillissement des centrales nucléaires

Le vieillissement des centrales nucléairesUn rapport publié en janvier dernier par Greenpeace, l’organisation non gouvernementale internationale de protection de l’environnement, fait état d’une situation très inquiétante, celle du vieillissement des centrales nucléaires européennes.


Ce constat plonge l’Europe dans un climat d’insécurité et de doutes. Trois ans après la catastrophe de Fukushima, ce rapport lance donc une alerte à la société civile. L’organisation et ses 3 millions d’adhérents aspirent à une sortie du nucléaire et à un développement des énergies renouvelables.


Vous souhaitez également participer à la sortie du nucléaire ? Découvrez rapidement les solutions plus propres envisageables dans votre logement et les économies d’énergies qu’elles vous permettront de réaliser grâce au bilan énergétique gratuit en ligne de Quelle Energie.

Un rapport qui fait froid dans le dos

Grâce à son rapport, Greenpeace espère informer et heurter la population européenne. En effet, le phénomène de vieillissement des centrales nucléaires est peu connu du grand public. Aujourd’hui, 25 réacteurs européens fonctionneraient depuis plus de 35 ans. Les experts considèrent, pourtant, qu’à partir de 30 ans d’exploitation, les centrales s’exposent à des risques plus ou moins importants. 44% des réacteurs européens seraient, actuellement, dans cette situation.

Malgré un âge moyen des centrales européennes de 29 ans, la plupart des Etats n’envisagent pas de les remplacer. La durée de vie prévue lors de leur conception oscillait, pourtant, entre 30 et 40 ans. De nombreux exploitants européens, tels que l’Ukraine ou la Suisse, aspirent donc à la prolonger au maximum. L’exemple américain est dangereusement encourageant. En effet, aux Etats-Unis, plus de deux tiers des centrales ont été autorisées à être exploitées pendant 60 ans.

Par ailleurs, plus de la moitié des réacteurs européens fonctionneraient au-dessus de la puissance préconisée. Cette utilisation entrainerait une usure plus rapide et donc un risque de faille plus élevé. De plus, certains composants sont difficiles, voire impossibles, à remplacer. C’est le cas de la cuve des réacteurs. Une fuite aurait un impact désastreux sur l’environnement et la population. Par exemple, si un tel accident avait lieu dans la centrale de Fessenheim, plus de 4 millions de personnes seraient touchées à moins de 75 km.

Les centrales européennes ne sont pas seulement victimes d’un vieillissement matériel, le personnel qui y travaille lui aussi vieilli. En effet, selon Greenpeace, plus de 63% des cadres du nucléaire pourront prendre leur retraite d’ici 5 ans. Ces départs ne seront que très partiellement remplacés par des personnes qualifiées. La plupart seront des travailleurs intérimaires n’ayant pas forcément d’expérience dans le domaine. Nous assisterons donc à une perte du savoir-faire progressive qui accentuera les risques de failles humaines.


Tous ces facteurs plongent l’Europe dans une ère d’insécurité. Le vieillissement des centrales expose toute la population européenne à des risques nucléaires très importants. L’épisode de Fukushima doit rester dans les esprits, surtout que la moitié des centrales soumises aux risques de crues ou de séismes ont, aujourd’hui, plus de 30 ans.

Une sortie envisageable ?

Pour éviter une nouvelle catastrophe, beaucoup de pays réfléchissent déjà à une solution pour sortir rapidement du nucléaire. Dans les faits, seulement deux Etats européens, l’Autriche et la Belgique, se sont activement engagés dans cette voie.

Selon le Conseil Européen des Energies Renouvelables (l’EREC), il serait possible de se passer totalement du nucléaire d’ici 2040. Cette transition énergétique envisagée dans le scénario « Energy Revolution » serait rentabilisée en moins de 50 ans, et les économies qui pourront être réalisées s’élèveront à plus 75 milliards d’euros par an.

De nombreux efforts, ont toutefois, été faits. En 2012, 51% des centrales construites dans le monde étaient des centrales d’énergie renouvelable.

Vos réactions

16 Mar

D’autres informations sur le nucléaire
Association Loi 1901
Ma Zone Contrôlée
Condition de travail et de vie des sous-traitants de cette industrie qui participent à la production de l’électricité, réalisent la conduite et la maintenance de certaines installations, réalisent le démantèlement de nos vieilles installations et conditionnent les déchets.
http://www.ma-zone-controlee.com/
D’avance merci à tous de votre soutien

sentinelle2607
03 Avr

@Sentinelle2607 : Merci pour votre message. Cet articel avait pour but de souligner la vétusté des centrales nucléaires mais il ne faut pas oublier tous les gens qui travaillent dans ces centrales.

Mathilde Chevallier



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :