Les 25 ans de Tchernobyl

centrale nucléaireIl y a 25 ans, le 26 avril 1986, le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl explosait suite à une erreur de manipulation lors d’une série de tests de sécurité. L’explosion provoquait des rejets d’éléments radioactifs dont l’intensité est équivalente à 200 bombes du type de celle lancée sur Hiroshima. Elle a également irradié une bonne partie de l’Europe. Cette catastrophe est le premier accident de niveau 7 sur l’échelle internationale des événements nucléaires.

25 ans après, le bilan

La catastrophe de Tchernobyl est lourde de conséquences et de dégâts considérables encore visibles aujourd’hui. Sur un rayon de 30 km autour de la centrale nucléaire règne un véritable no man’s land de béton et de forêt. Dans cette zone interdite, le niveau de radioactivité est si important qu’il ne permet pas le retour de l’homme ni la production agricole d’ici encore plusieurs centaines d’années, voire d’ici 1 000 ans. De 1986 à 1990, 600 000 « liquidateurs » ont été envoyés pour éteindre l’incendie et nettoyer la zone autour de la centrale. Ils ont ainsi été exposés à de très fortes doses de radiations. Aujourd’hui, ils ne sont plus que 200 000 dont près de la moitié est invalide. Enfin, l’accident pèse lourd sur les finances de l’Ukraine qui a estimé avoir dépensé 13 milliards de dollars entre son indépendance en 1991 et 2002. Elle dépense encore chaque année 7 % de son budget pour surveiller la zone d’exclusion et fournir l’aide sanitaire et sociale envers les victimes irradiées.

Le sarcophage

Bien que la zone soit interdite, 3 800 personnes s’attachent à surveiller le site et le sarcophage. Elles travaillent par équipes tournantes, une personne ne devant pas dépasser 160 heures de présence sur le site par mois. Le sarcophage actuel, une chape de béton, a été bâti à-la-va-vite en 1986 et était prévu pour durer 10 ans ! Il n’a toujours pas été remplacé et fait état de nombreuses failles (environ 100 m²) en raison de son isolation précaire. C’est donc 4 tonnes de poussières radioactives qui pourraient être propulsées dans l’environnement. Au vu de l’urgence, un nouveau sarcophage est nécessaire. Ainsi, une arche géante, a été commandée auprès de Vinci et Bouygues en 2007. L’ouvrage est colossal : une ossature métallique de 18 000 tonnes, une hauteur de 105 m et une portée de 257 m. Mais le coût est évidemment considérable : 1 milliard 540 millions d’euros. Lors de la conférence des donateurs pour Tchernobyl du 19 avril à Kiev, la communauté internationale s’est engagée à financer 550 millions d’euros.

Hier Tchernobyl, aujourd’hui Fukushima et demain ? Le nucléaire présentera toujours un risque majeur dangereux pour l’environnement et la santé des populations. Ces catastrophes devraient servir d’exemple et encourager le recours aux énergies vertes.

Vos réactions



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :