Rénovation énergétique : de gros changements en 2018

Rénovation énergétique : de gros changements en 2018

Depuis l’arrêté du 3 mai 2007, les critères de performance énergétique des bâtiments existants n’ont pas été modifiés. Dix ans plus tard, l’État a décidé de mettre à jour ses exigences en allant dans le sens de la protection des particuliers. L’arrêté en question rentrera en vigueur au 1er janvier 2018.

L’État revoit ses exigences à la hausse

Enfin l’arrêté du 3 mai 2007 se voit actualisé et durci. Celui du 22 mars 2017 vient le modifier et sera en vigueur à compter du 1er janvier 2018. Le but de ces nouvelles réglementations est de renforcer les normes des bâtiments existants – notamment les logements de particuliers – afin de mieux protéger leurs habitants. Ainsi, l’arrêté s’attaque à l’enveloppe thermique, aux installations de chauffage, et plus globalement, à la performance énergétique du bâtiment. Comme on peut s’en douter, les exigences sont revues à la hausse afin de continuer les efforts communs de limitation de la consommation énergétique.


Il est facile de limiter sa consommation énergétique lorsqu’on réalise des économies grâce aux travaux de rénovation.


Isolation : améliorer l’enveloppe thermique du logement

Le premier point à souligner dans cet arrêté est la nouvelle réglementation régissant l’enveloppe thermique d’un bâtiment. L’enveloppe thermique concerne en fait l’isolation de toutes les parois opaques d’un logement, à savoir, le toit, les murs et le plancher bas (sol du rez-de-chaussée).

De nouvelles règles ont donc été appliquées à la résistance thermique des matériaux utilisés pour l’isolation. Elles dépendent des zones climatiques, dans les régions du Nord, les normes étant plus strictes et les matériaux plus résistants thermiquement.

Les problèmes d’aération et d’humidité sont également dans le viseur. En effet, toute pièce ne disposant pas d’ouverture ou de fenêtre devra obligatoirement être équipée d’une système d’aération (comme une VMC) pour assurer le bon renouvellement de l’air et éviter les problèmes d’humidité qui peuvent endommager les matériaux de construction et nuire à la santé des occupants.

À noter également qu’en 2018, en réponse aux exigences d’éco-conception, les chaudières à basse température ou les chaudières à condensation seront obligatoires pour remplacer les chaudières à gaz et liquides non étanches.

Une réglementation qui fait polémique

Comme c’est le cas de beaucoup d’arrêtés officiels et de Lois émanant de l’État, cet arrêté pour la performance énergétique ne fait pas l’unanimité.

Pour certains, ce nouveau règlement n’est pas assez exigeant, trop loin du compte pour que cela change vraiment nos habitudes de consommation énergétique ainsi que nos mentalités. France Nature Environnement, Effinergie, le Cler, tous ces organismes sont d’accord sur un point : ce n’est pas suffisant. Ils se plaignent notamment de la transformation de l’arrêté en une version édulcorée et accusent le gouvernement s’être plié aux volontés des professionnels du bâtiment.

Le saviez-vous ?

 

Si vous avez fait votre choix en termes de travaux d’amélioration énergétique, vous pouvez directement demander un devis en ligne gratuitement.

 

De leur côté, les professionnels (Capeb, FFB) sont assez satisfaits du décret. Si l’arrêté du 22 mars renforce la performance énergétique des bâtiments, pour eux, cela est fait en fonction des moyens de tous et ne nuit pas au processus de rénovation énergétique qui fait en partie vivre le secteur.

On en parle dans cet article

L’isolation

Evitez les déperditions thermiques grâce à l’isolation. Elle permet de protéger l’intérieur de l’habitat de l’influence de l’extérieur, tant sur le plan thermique que sur le plan phonique.

En savoir plus

Vos réactions

03 Avr

La première étude pour modifier les critères de performance énergétique a été déclinée car jugée trop ambitieuse. La version choisie s’avère plus modérée pour convenir à un plus grand nombre de particuliers et de professionnels ; sachant qu’elle sera jugée par ses exigences plus modestes. Le changement des comportements est une affaire de longues années mais à défaut d’améliorer considérablement les habitudes de consommation, espérons que cet arrêté initie davantage d’actions par les acteurs.

Céline de Cozynergy.com
01 Août

j’habite l’ile de ré, récemment j’ai eu la visite d’un installateur photovoltaïque qui ma fait un devis d’installation, la mairie a refusé, sur l’ile de ré la pose de panneaux solaire est interdite.

TIVENIN Bernard
21 Sep

Bonjour, je souhaite remplacer ma chaudière fuel par une pompe a chaleur air/eau en 2018, à quelle aide puis-je prétendre avec la nouvelle loi de finances ? d’avance merci pour votre réponse. Cordialement . Mme VANDAELE Françoise

VANDAELE
21 Sep

Bonjour,

Je vous invite à lire notre article sur la nouvelle prime pour le changement d’une chaudière fioul : https://www.quelleenergie.fr/magazine/actu-environnement/une-prime-pour-les-mnages-abandonnant-leur-chaudire-fioul-polluante/

Bien à vous,

Céline Lequeux



Gratuit !

Les services Quelle Energie :

House-dpe-blue

Découvrez les solutions d'économie d'énergie adaptées à votre logement
Faire le test

Calculatrice-blue

Calculez vos aides et subventions
Calculer mes aides

Quotation-blue

Rencontrez des artisans qualifiés
Demander un devis gratuit


Avis des internautes (1090)

8,6/ 10

Afficher tous les avis

A PROPOS DE CET ARTICLE

Les lecteurs ont aussi aimé :